Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

thrillers - policiers -...

2015-05-11T10:52:11+02:00

Prendre Lily

Publié par MyaRosa

Marie Neuser

521 pages, Fleuve noir, mai 2015

L'histoire :

Une mère de famille retrouvée assassinée dans sa baignoire, les seins tranchés, les doigts comme un écrin renfermant deux mèches de cheveux.
Le corps d'une étudiante coréenne abandonné la nuit dans un quartier désert.
Et des jeunes femmes qui témoignent : leurs cheveux coupés net, tandis qu'elles vivent, marchent, respirent dans une petite ville balnéaire d'Angleterre qui ne connaît pas les débordements.

Non loin de la salle de bains de Lily Hewitt vit Damiano Solivo. On lui donnerait le bon Dieu sans confession si ce n'étaient ces déviances auxquelles il s'adonne en secret.
Mais son épouse peut le jurer : Damiano est innocent. Damiano est même victime. Victime, oui : de la complexité d'une machinerie sociale et judiciaire qui sait comment on façonne les monstres.

 

Mon avis :

 

 "Prendre Lily" est le premier volet d'un diptyque intitulé "Prendre femme" qui s'inspire d'un fait divers qui a chamboulé l'Angleterre et l'Italie de 1993 à 2011. Le second volet, "Prendre Gloria", devrait paraître en 2016.

 

 L'originalité du roman de Marie Neuser est que le coupable du crime est identifié par la police dès le début. Pourtant, les preuves manquent et le suspect, malgré les nombreux interrogatoires et les soupçons qui pèsent sur lui, arrive toujours à s'en sortir. Nous suivons l'équipe chargée de l'enquête durant huit ans. Huit années de traque infernale, de lutte, d'espoir, d'insomnies et de rage, en particulier pour Gordon qui met sa vie en suspens tant il est hanté par le fantôme de Lily et obsédé par cette affaire.

 

 Pour être honnête, j'ai eu un peu de mal au début de ma lecture car je ne voyais pas comment l'auteur allait réussir à maintenir l'attention et l'intérêt du lecteur en nous dévoilant tant de choses dès le début. Le fait que l'enquête piétine et tourne en rond m'a prise au dépourvu. Je m'attendais à quelque chose de plus palpitant, de plus sensationnel peut être, et je trouvais le temps un peu long. Et puis, contre toute attente, je me suis prise au jeu et j'ai été, moi aussi, et sans même m'en rendre compte, totalement obsédée par cette enquête. Je voulais à tout prix que Solivo avoue, qu'il se retrouve piégé et qu'il paie pour ses actes abominables. Je n'ai plus vu le temps passer et je n'avais même pas envie de refermer le livre. Je pensais à Lily, à Sun, à Gloria...

 

 L'auteur a réussi à rendre les personnages plus vrais que nature. Il y a bien sûr Solivo, personnage complexe et bordeline que l'on prend tantôt pour un simple d'esprit, tantôt pour un être machiavélique intelligent et répugnant, mais il y a aussi et surtout Gordon, cet enquêteur qui s'oublie totalement dans cette enquête et veut tellement aller au bout des choses qu'on le croirait investi d'une mission vengeresse. Il est prêt à tout et même à vendre son âme au diable pour coincer le meurtrier de cette innocente mère de famille retrouvée atrocement mutilée et dont le cadavre le hante encore à chaque instant. Les autres membres de l'enquête s'investissent aussi, mais ils ont une vie à côté et ne franchissent pas les limites. Gordon, lui, semble n'en avoir aucune ce qui est à la fois rassurant et terrifiant.

 

 Finalement, ce livre m'aura tenu en haleine et passionné jusqu'à la fin et je suis vraiment très impatiente de découvrir le second volet de ce diptyque implacable et fascinant qui met en avant la follie humaine, le manque de scrupule et tout ce que peut acheter l'argent. Le fait que cette histoire soit basée sur des faits réels n'en est que plus effrayant et on se sent un peu coupable d'être à ce point obsédé par cette enquête. Voyeurisme, fascination morbide, volonté de comprendre la complexité du cerveau humain, désir de justice, il y a un peu de tout cela, je crois, dans "Prendre Lily" et ça fonctionne très, très bien !

 

En quelques mots :

Un roman noir implacable dont on ne sort pas indemne. Une lecture addictive, effrayante et fascinante. J'attends avec impatience le second volet de ce diptyque !

 

 

Voir les commentaires

2015-04-13T10:06:26+02:00

Je suis lasse des ombres (Alan Bradley)

Publié par MyaRosa

I Am Half-Sick of Shadows - Alan Bradley

307 pages, éditions 10/18 (Grands détectives), avril 2015

L'histoire :

C’est Noël, et Flavia de Luce – enquêtrice amateur de 11 ans avec une passion pour la chimie – s’est enfermée dans son laboratoire pour concocter une potion afin de piéger le Père Noël. Mais elle est dérangée par l’arrivée d’une équipe de cinéma venue tourner un film dans le manoir familial croulant de Buckshaw, avec la fameuse Phyllis Wyvern dans le rôle principal. Malgré le blizzard, tout le village de Bishop’s Lacey se retrouve à Buckshaw pour assister à la performance de Wyvern. Personne, pourtant, ne s’attendait à ce que la soirée se termine sur une note aussi macabre : un cadavre est retrouvé étranglé avec une bobine de film…

 

Mon avis :

 

 "Je suis lasse des ombres" est la quatrième enquête de Flavia de Luce, petite fille de onze ans passionnée par la chimie qui se retrouvé malgré elle au coeur de sombres affaires. Ses aventures se déroulent dans la campagne anglaise durant les années 1950. Flavia vit avec sa famille au manoir de Buckshaw que son père commence à avoir beaucoup de mal à entretenir et même à conserver. Certaines pièces sont laissées à l'abandon, ce qui en fait le terrain de jeu idéale pour une fillette curieuse, exploratrice en herbe. L'avenir de la famille De Luce dans la demeure familiale est plus qu'incertain. Alors, lorsqu'une équipe de cinéma s'intéresse à Buckshaw pour le tournage d'un film, le père de Flavia saute sur l'occasion et accepte de sacrifier certaines pièces de sa précieuse demeure pour quelque temps. Le manoir, d'ordinaire si calme et silencieux, se retrouve donc envahi par toute une équipe de tournage et par quelques célébrités. Une chose est sûre, ce Noël ne sera pas comme les autres...

 

 

 J'admire totalement Alan Bradley - quelle intelligence, quelle ingéniosité et quel humour aussi ! -et je suis une fan inconditionnelle de Flavia de Luce. Je pourrais arrêter tout ce que je suis en train de faire pour passer un instant à Buckshaw. A chaque fois que je me plonge dans cet univers, j'oublie tout le reste, je suis dans ma bulle. Je souris tout le temps, je me bidonne comme une baleine (pour reprendre l'expression de Flavia) et je m'émerveille du talent, de l'écriture remarquable et de l'imagination de Mr Bradley. Flavia fait partie de mes personnages littéraires préférés. Elle est unique en son genre et inoubliable. Une fois encore, je me suis régalée !

 

 La particularité de ce tome est qu'il se déroule en huis clos, à Buckshaw. Cette fois, on ne se balade pas aux côtés d'une Flavia à bicyclette qui explore son village. L'histoire se passe au moment de Noël et à cause de la neige, les voisins se retrouvent tous bloqués à Buckshaw en plus de l'équipe de tournage qui était déjà présente là-bas. C'est dans cette atmosphère confinée qu'un cadavre va être retrouvé et que notre petite Flavia va mener l'enquête, tout en concoctant un plan pour découvrir si le Père Noël existe vraiment ou non.

 

 

 J'ai beaucoup aimé cette ambiance qui n'est pas sans rappeler celle des romans d'Agatha Christie. Flavia m'a encore fait mourir de rire et je prends toujours autant de plaisir à suivre les disputes des soeurs De Luce et les réparties cinglantes qu'elles s'envoient. Les questions que se posent Flavia sur la vie, sur l'histoire de sa famille et la façon dont elle cherche sa place me touchent beaucoup. Cette enquête n'est pas la plus palpitante des quatre tomes, il y a un peu moins de suspense, mais elle est tout de même très bien menée et j'ai aimé découvrir Buckshaw sous un autre jour et pouvoir l'explorer davantage. Comme toujours, je me sens un peu triste et nostalgique de quitter Flavia et Buckshaw. Vite, vite, une autre enquête ! Merci de tout coeur aux éditions 10/18 d'avoir publié ce tome inédit et de ne pas nous avoir laissé sur notre faim, car il y a quelque mois encore, on ignorait si la suite des aventures de Flavia serait traduite en français...

 

En quelques mots :

Comme tous les autres tomes... un régal !

Une héroïne unique et inoubliable qu'on n'a pas du tout envie de quitter.

 

Quelques extraits :

"Il m'arrivait de me sentir au bord d'un océan froid, un pied dans le Nouveau Monde et un pied dans l'ancien. Tandis qu'ils s'éloignaient irrémédiablement, je courais le risque de me retrouver déchirée en deux."

 

"Pour Daffy, l'argent représentait des livres, et bien que Buckshaw en contînt plus que la bibliothèque de Bishop's Lacey, aux yeux de ma soeur, ce n'était jamais assez.

"Les livres sont comme de l'oxygène pour un plongeur sous-marin, avait-elle déclaré un jour. Retirez-les-moi et vous n'aurez plus qu'à commencer à compter les bulles."

 

"Ma vie serait-elle donc toujours ainsi ? Allais-je éternellement passer en quelques secondes du soleil à l'ombre ? Du chaos à la solitude ? D'une colère intense à un amour encore plus intense ?"

 

Toutes les enquêtes de Flavia déjà publiées :

Les étranges talents de Flavia de Luce

La Mort n'est pas un jeu d'enfant

La Mort dans une boule de cristal

Je suis lasse des ombres

 

Voir les commentaires

2015-03-25T13:56:07+01:00

La Collectionneuse de boules à neige

Publié par MyaRosa

I Bastardi  di Pizzofalcone - Maurizio De Giovanni

316 pages, Fleuve éditions, mars 2015

L'histoire :

Giuseppe Lojacono ne pouvait pas espérer de plus belle mise au placard. Sa mutation à Pizzofalcone a tout d'une pénitence. Il y rejoint une équipe nouvellement constituée d'outsiders des autres commissariats de Naples. À leurs côtés, il va pouvoir exercer ses talents en toute liberté : le commissaire Palma lui fait une entière confiance et il a le soutien – et peut-être plus... – de la belle magistrate Laura Pires.


Tout ce qu'il lui faut en somme pour éprouver sa sagacité sur le meurtre de Cecilia de Santis. Une femme au coeur d'or, violemment tuée d'un coup de boule à neige. Elle qui collectionnait avec passion ces objets au kitsch désuet n'imaginait pas voir si tôt le dernier flocon se déposer au fond de l'eau calme de sa vie de femme trompée...

 

 

Mon avis :

 

 En 2013, j'ai eu un gros coup de coeur pour "La Méthode du crocodile", le précédent roman de Maurizio De Giovanni paru en France. J'étais tellement impatiente de retrouver Lojacono dans une nouvelle enquête que je me suis jetée sur ce livre et n'en ai fait qu'une bouchée. Une fois encore, Maurizio De Giovanni a réussi à me captiver et à me tenir éveillée une bonne partie de la nuit. Assurez-vous d'avoir un peu de temps devant vous avant de vous y plonger car ce thriller est impossible à lâcher !

 

 Le contexte dans lequel se déroule cette nouvelle enquête est un peu particulier. A Naples, un commissariat de quartier a perdu presque tous ses employés car ces derniers étaient impliqués dans des affaires plus que douteuses... Une nouvelle équipe est donc formée pour sauver le commissariat, mais elle est constituée de flics dont personne ne veut plus parce qu'ils ont tous commis des fautes plus ou moins graves... Lojacono fait partie de cette équipe de losers dont tout le monde se moque et contre toute attente, l'ambiance y est plutôt bonne. Arriveront-ils à faire taire les mauvaises langues qui les pensent incapables de sauver le commissariat et de mener à bien la moindre enquête ?

 

 Leur première enquête est le meurtre de Cecilia De Santis, l'épouse d'un notaire renommé. Elle a été assassinée violemment avec l'une de ses précieuses boules à neige qu'elle aimait tant. En parallèle, nous suivons d'autres histoires : celle d'une jeune femme qui semble prisonnière d'un appartement. Une vieille femme qui passe son temps à observer les immeubles environnants déclare apercevoir de temps en temps une jeune femme qui ne sort jamais de chez elle et n'ouvre jamais les rideaux. Après quelques vérifications, il s'avère qu'il y a effectivement quelque chose de louche derrière tout cela... L'un des enquêteurs est, quant à lui, obsédé par les suicides. Il trouve que parmi les suicides de ces dernières années, certains ne sont pas clairs. Y aurait-il anguille sous roche ? L'intrigue centrale est assez classique, mais l'enquête est menée par une équipe singulière qui ne manque pas de pimenter la chose. Le résultat est très réussi.

 

 En plus de ces enquêtes qui m'ont tenu en haleine, j'ai également beaucoup aimé la façon dont l'auteur nous parle de ses enquêteurs. Ils ont tous une face cachée, des secrets et bien souvent, il ne faut pas se fier aux apparences... Je trouve qu'il y a, dans les romans de Maurizio De Giovanni, beaucoup d'humour et de suspense et aussi beaucoup de noirceur. Il sait comment nous glacer le sang sans pour autant choisir la facilité et utiliser la violence et le sang, non, avec lui c'est bien plus psychologique et subtil. Il sait analyser l'être humain et ses zones d'ombres et a une vision assez pessimiste mais néanmoins pertinente de la vie. Il nous faire douter de tout et de tout le monde. Il nous montre que chacun est capable du pire comme du meilleur et brise les tabous et les préjugés sur la vie de famille, l'amour, la sexualité, la liberté... Il y a dans ses romans - je ne sais pas si ça fait partie des particularités des thrillers & polars italiens ou si c'est juste propre à cette auteur - une certaine résignation, un détachement, un constat, et une sorte de clairvoyance sur la nature humaine qui font froid dans le dos. J'ai adoré ! Vivement la suite des enquêtes de Lojacono !

 

En quelques mots :

Un thriller captivant et difficile à lâcher avec une équipe d'enquêteurs originale et fascinante. J'ai adoré et suis déjà impatiente de lire d'autres romans de l'auteur.

 

 

"[...] quand les femmes prennent un homme, elles le choisissent entre tous. Elles voient ses défauts et s'imaginent pouvoir le changer. Mais les hommes ne changent pas. Et les hommes prennent une femme en espérant qu'elle ne changera jamais, alors que les femmes changent toujours." (Page 232)

 

 

Voir les commentaires

2015-03-23T15:45:02+01:00

Six ans déjà (Harlan Coben)

Publié par MyaRosa

Six years - Harlan Coben

367 pages, éditions Pocket, mars 2015

L'histoire :

Impuissant, Jake assiste au mariage de Natalie, la femme qu’il aime. Leur histoire est bien finie, et elle lui fait promettre de ne plus jamais la contacter. Ni essayer de la voir.

Jake tiendra parole, pendant six ans. Jusqu’à ce qu’il tombe sur la notice nécrologique de Todd Sanderson, le mari de Natalie. Du moins, semblait-il. Car aux funérailles, la veuve se révèle être une parfaite inconnue.

Alors, où est Natalie ? Pourquoi lui aurait-elle menti ? Déterminé à retrouver celle qui lui a brisé le cœur, Jake va devenir la proie d’une machination meurtrière. Et découvrir qu'en amour, il est des vérités qui tuent...

 

Mon avis :

 

 Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu Harlan Coben. Pourtant, je garde encore de très bons souvenirs de ses romans "Ne le dis à personne" et "Sans un mot". Je me souviens que je les avais trouvé efficaces et très rythmés. C'est d'abord la couverture de ce livre qui m'a tapé dans l'oeil et sa présentation a attisé ma curiosité. C'était l'occasion idéale de renouer avec l'auteur et je dois reconnaître que ça fonctionne toujours aussi bien.

 

 J'ai lu ce livre en très peu de temps. Le point de départ m'a intrigué et plus j'avançais dans ma lecture, plus j'étais curieuse de savoir ce qu'il y avait derrière tous ces mystères. Je trouve que l'écriture d'Harlan Coben est très cinématographique. On a l'impression que les scènes se déroulent sous nos yeux et il y a beaucoup d'action. On ne s'attarde pas sur des détails, tout est dans l'instant présent. On suit le personnage principal jour après jour et on découvre tout en même temps que lui. C'est rythmé, simple mais efficace, et les rebondissements sont nombreux. On a vraiment du mal à reposer le livre et à penser à autre chose. On a envie de le lire d'une traite et on vit pleinement tout ce qui se passe, comme si on était à côté du personnage, comme si on était à sa place en quelque sorte...

 

 "Six ans déjà" n'est pas le thriller le plus original que j'ai eu l'occasion de lire, mais il n'en est pas moins efficace. L'intrigue est intéressante, les rebondissements surprenants et on ne s'ennuie pas une seule seconde. C'est un bon divertissement plein d'action et de mystère. J'ai beaucoup aimé et suis déjà impatiente de lire d'autres romans de l'auteur.

 

 

En quelques mots :

Un polar classique mais qui fonctionne très bien. C'est rythmé, mystérieux et on ne s'ennuit pas une seule seconde !

 

 

Voir les commentaires

2014-12-13T16:11:00+01:00

Un feu dans la nuit (Erin Kelly)

Publié par MyaRosa

Un feu dans la nuit

(The Burning Air)

Erin Kelly

couv61217445.jpg

Catégorie(s) : Thriller psychologique - Littérature anglaise

Edition / Collection : JC Lattès

Date de parution : 15 octobre 2014

Nombre de pages : 380

Prix : 17€

 

L'histoire :

Depuis toujours, les MacBride se rendent à Far Barn, dans le Devon, pour la nuit des feux de joie, mais cette année, tout a changé. Lydia, la matriarche, vient de mourir ; Sophie, la fille aînée, tente désespérément de sauver un mariage qui part à la dérive, et Felix, le petit dernier, est venu accompagné de sa petite amie pour la première fois. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez cette fille, Kerry, ils le sentent sans pouvoir se l'expliquer. Mais lorsqu'ils la laissent surveiller la petite fille de Sophie le temps d'une soirée et qu'à leur retour, elles ont toutes les deux disparu, ils sont obligés de se demander s'ils n'ont pas laissé entrer le loup dans leur bergerie...

 

monavis

 

 Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un thriller aussi palpitant ! J'ai A-DO-Ré ! Le synopsis de ce roman me plaisait bien, mais je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi complexe et si bien ficelé. J'ai été 9098766554445.jpgcharmée par l'écriture d'Erin Kelly dès les premières pages et a aucun moment je n'ai décroché. Je n'ai pas vu le temps passer. Il y a, dans ce livre, tout ce que j'aime retrouver dans les romans en général et surtout dans les thrillers. L'auteur prend bien le temps de nous décrire chaque personnage afin que l'on comprenne bien sa personnalité, ses sentiments, son histoire et son vécu. Ce qui m'a beaucoup plu aussi, c'est la construction du roman. Il est découpé en plusieurs parties et l'on revient à plusieurs reprises sur les mêmes faits et les mêmes scènes mais avec un point de vue différent. Ca pourrait être répétitif, mais ça ne l'est pas du tout. A chaque nouveau point de vue, on voit les choses différemment, ils viennent parfois tout remettre en question et on se dit que les indices étaient là sous nos yeux mais qu'on ne se doutait de rien. C'est bluffant !

 

 J'ai aimé passer du temps aux côtés des MacBride, découvrir leur vie, leurs habitudes, leurs secrets. Une grande partie de l'histoire se déroule à Ottery St Mary dans le Devon, la ville qui a vu naître Samuel Taylor CV.jpgColeridge. C'est là-bas que le clan MacBride au complet se réunit chaque année pour la nuit des feux de joie. Mais cette année, tout sera différent... C'est sous un brouillard presque surnaturel qu'ils vont vivre la nuit la plus effroyable de leur vie...

 

 La deuxième partie du roman m'a totalement prise au dépourvu. Je ne savais pas trop dans quoi je mettais les pieds. J'ai cru deviner quelque chose et finalement, je n'y étais pas du tout et j'ai encore plus aimé ça. Cette deuxième partie est vraiment excellente ! J'étais totalement fascinée et absorbée par l'histoire de Darcy qui vit au milieu des livres  et qui lit et relit des romans victoriens avec sa mère. Leur relation est si particulière... L'auteur nous balade d'une hypothèse à une autre et nous délivre les pièces de son macabre puzzle au compte-goutte. L'atmosphère est pesante et dérangeante  et en même temps totalement fascinante. C'est glaçant, bien écrit, habilement maîtrisé et j'ai été totalement hypnotisée par cette histoire de dingues ! Des romans comme celui-ci, je voudrais en lire plus souvent. J'ai justement un autre roman d'Erin Kelly dans ma PAL : L'arbre au poison. J'ai déjà hâte de m'y plonger ! Merci à Livraddict et aux éditions JC Lattès pour cette lecture effrayante et palpitante qui m'a fait frémir pendant plusieurs heures et que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher.

 

En quelques mots :

J'ai adoré ! Un thriller psychologique noir et palpitant qui m'a totalement hypnotisé et tenu en haleine jusqu'au bout !

987HIFFB

"Ma Mère possédait peu de choses : des livres, une armoire que nous partagions contenant nos rares vêtements, et une série de matriochkas, seuls vestiges de son enfance, de sa moitié de vie avant moi. Les poupées vivaient sur notre cheminée, à la place des photos de famille que les gens mettent d'habitude à cet endroit. Je doute qu'elles aient valu grand-chose mais avec leurs couleurs chatoyantes, elles me semblaient aussi inestimables que n'importe quel objet précieux. J'aimais la richesse des détails, le minuscule coup de pinceau sur leurs châles de brocart, les cils bien dessinés, les petites fleurs sur leurs foulards." (Page 99)

 

"Je ne sais pas ce que faisaient les autres mères lorsqu'elles étaient nerveuses : la mienne citait Jane Austen." (Page 105)


 

Voir les commentaires

2014-11-06T13:14:00+01:00

La Fille dans l'escalier (Louise Welsh)

Publié par MyaRosa

La Fille dans l'escalier

(The Girl on the stairs)

Louise Welsh

couv71409079.jpg

Catégorie(s) : Thriller psychologique - Roman noir - littérature écossaise

Edition / Collection Métailié / Noir

Date de parution : 2 octobre 2014

Nombre de pages : 256

Prix : 18€

 

L'histoire :

Jane arrive à Berlin par une triste nuit de novembre. Sa compagne Petra l’a installée dans un bel appartement du quartier branché de Mitte. Pour Jane tout est nouveau : la langue, les rues, les gens, sa situation. Elle est isolée, enceinte, et voudrait s’intégrer. Alors que Petra est occupée à travailler, elle reste seule à la maison et se demande encore si elle fait bien d’avoir cet enfant. Elle explore le voisinage. Dans le bâtiment abandonné qui surplombe leur cour, une lumière vacille : une ombre passe dans l’escalier. Des cris dans la nuit, une voix d’homme, des pleurs d’enfant. Au matin Jane voit par la fenêtre une jeune fille habillée d’un manteau à capuche rouge traverser la cour. Son visage, très jeune, est outrageusement maquillé. Très vite, Jane devient obsédée par la cour et par ses voisins, la pensée de sa maternité imminente se transforme en visions, en délire. Le lecteur, troublé, suit Jane dans cette ville hantée, et il a sans doute moins peur pour elle que pour le mal qu’elle peut faire autour d’elle, ou en elle.

 

Merci à Babelio et aux éditions Métailié pour cette lecture.

 

monavis

 

 Je découvre la plume de l'écossaise Louise Welsh grâce à ce roman et j'en frémis encore autant de peur que d'excitation ! Dès les premières lignes, le décor est posé et l'atmosphère est déjà très pesante. Jane a quitté son pays natal, l'Ecosse, pour rejoindre sa compagne, Petra, à Berlin. Elle ne connaît rien de cette ville, ne parle même pas allemand et est enceinte jusqu'au cou. Dès le début, on la sent réticente et même méfiante à l'égard de tout et de tout le monde. On a même du mal à savoir si elle veut vraiment ce bébé et cette vie que Petra semble avoir choisi pour elles deux.  Jane n'a pas choisi cette ville, n'a pas eu son mot à dire sur le choix de l'appartement et se retrouve presque aussitôt toute seule puisque sa compagne doit s'absenter pour un déplacement professionnel.

 

 Berlin au mois de novembre. Les descriptions de la ville sont sombres et angoissantes. L'auteur dresse un portrait glacial et peu encourageant de cet endroit. Elle insiste sur le froid, l'humidité, la sonorité de la langue inconnue, les bâtiments délabrés, l'omniprésence des prostituées. Tout semble glauque et angoissant. On se met dans la peau de Jane qui se retrouve du jour au lendemain dans cette atmosphère et qui, très rapidement, commence à entendre et à voir des choses étranges : des cris dans la nuit, des claquement de portes, des insultes, des pleurs et une lumière qui semble venir d'un bâtiment abandonné. Et puis il y a Anna, sa voisine, une jeune adolescente qui semble en détresse, se balade seule la nuit et a parfois des ecchymoses sur le visage. Tout le monde a beau lui dire de ne pas s'en mêler et de se préserver pour son bébé, Jane est obsédée par tous ces mystères qui l'intriguent au point de l'empêcher de dormir. Que se passe-t-il vraiment dans cet endroit ? Petra est-elle réellement partie pour le travail ou a-t-elle des choses à cacher ?

 

 Ce roman m'a agréablement surprise et c'est exactement le genre de lectures dont j'avais envie. Ca se prête bien à cette période de l'année, je trouve. L'ambiance est vraiment sombre et angoissante, des secrets, des ombres et des fantômes semblent planer sur la ville et les descriptions du cimetière plein de corbeaux et du bâtiment laissé à l'abandonné sont vraiment effrayantes. C'est une lecture très déstabilisante car on ne sait pas vraiment quoi en penser. On doute de tout et de tout le monde y compris de Jane car on ressent bien ces réticences à l'idée de l'arrivée du bébé et ses angoisses. On se demande quels terribles drames elle a pu vivre dans le passé. Elle a parfois des pensées et des propos étranges et des phrases vraiment bizarres viennent se glisser dans des conversations anodines ce qui nous amène à nous demander si elle n'a pas tout imaginé. En même temps, les voisins ont tous quelque chose de louche aussi et puis cette Petra qui disparaît mystérieusement juste après l'arrivée de sa compagne qu'elle attendait depuis des mois... Bizarre, bizarre !

 

 On se sent vraiment perdu et on a envie de comprendre, de découvrir la vérité, le fin mot de l'histoire. On se pose beaucoup de questions. On est dans le flou tout le temps, même quand on pense entrevoir quelques vérités. Ca colle parfaitement avec le temps qui ne semble pas pouvoir s'améliorer : pluie, brouillard, absence de soleil et de lumière. Quelle ambiance ! J'en ai encore la chair de poule ! C'est vraiment noir de chez noir, autant dans l'intrigue que dans l'écriture, les descriptions, le décor. Ca m'a beaucoup plu et je me suis régalée d'un bout à l'autre du roman à suivre cette femme enceinte, un peu inconsciente et peut être folle (ou pas !), qui se lève en pleine nuit pour espionner ses voisins. C'est un huis clos à la fois pesant et captivant, et ce jusqu'au dénouement, encore plus troublant. Bref, tout ce que j'aime ! Je recommande ce roman à ceux qui aiment les thrillers psychologiques, les romans noirs, les atmosphères étouffantes et angoissantes. Vous n'allez pas être déçus !

 

          98776554.jpg HGF.jpg

 

En quelques mots :

Une lecture addictive et efficace. On rentre dans l'histoire dès les premières lignes et on se laisse piéger et ensevelir dans cette atmosphère glauque à souhait où on doute de tout et de tout le monde. J'ai adoré !

 

BVN.jpg

"Dans les contes de fées, les mères attiraient des malédictions sur leurs bébés aussi sûrement que la mer attirait les tempêtes. Elles oubliaient d'inviter une sorcière à un baptême ou privaient sans le vouloir un troll de sa dîme, et c'était l'enfant qui en subissait les conséquences. Même laisser un bébé tout seul dans son berceau revenait à provoquer une catastrophe. Les histoires n'étaient que des histoires, mais elles s'inspiraient de la réalité. Pères tyranniques et marâtres cruelles, enfants abandonnés et épouses assassinées, telles étaient les matières premières des légendes, mais aussi de la vie." (Page 104)

 

"N'ayez pas peur des morts, ils sont plus nombreux que nous depuis bien longtemps. S'ils avaient voulu se venger, ils l'auraient déjà fait." (Page 118)


Voir les commentaires

2014-10-30T07:43:00+01:00

Tout pour plaire (Ingrid Desjours)

Publié par MyaRosa

Tout pour plaire

Ingrid Desjours

couv59088381.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Robert Laffont

Date de parution : 2 octobre 2014

Nombre de pages : 524

Prix : 21,50€

 

L'histoire :

Rien n'est plus suspect qu'une personne qui a tout pour plaire. Voila, vous y êtes. Arrivés au point de rupture. Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu'une belle et brillante jeune femme n'a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ca, sans être influencée. Ou vénale. Parce qu'un séducteur avide de pouvoir n'a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques. Oui les ragots vont bon train. Alors quand s'installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s'échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n'arrange rien. Bien au contraire. Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d'un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus. Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture...

 

monavis2

 En ce moment, j'ai envie de me plonger dans des thrillers captivants, des lectures effrayantes qui tiennent en haleine et font froid dans le dos. Je me suis donc tournée vers le dernier roman d'Ingrid Desjours, auteur que je connais seulement pour sa trilogie Kaleb et que j'avais envie de retrouver dans un autre univers. J'ai eu de très bons échos de ces précédents thrillers, raison de plus pour sauter le pas.

 

 Le début, m'a vraiment captivée. J'ai lu les cent-cinquante premières pages sans m'en rendre compte, sans voir le temps passer, ne sachant pas trop où j'allais, mais comme j'aime me faire balader par l'auteur, ça ne m'a pas posé de problème et je me suis laissée guidée. Je trouvais les personnages assez antipathiques, mais l'intrigue me plaisait bien. Et puis, vers le milieu, mon enthousiasme est retombé d'un seul coup. J'ai eu l'impression de tourner en rond, de m'enliser dans les détails de la vie des personnages qui ne m'intéressaientt plus du tout. Pour tout vous dire, j'ai même hésité à m'arrêter là car je n'arrivais plus à me concentrer ni à m'intéresser à l'histoire. Je me suis acharnée plusieurs jours sans retrouver ce qui m'avait tant plu au début. Et puis, contre toute attente, je m'y suis remise et j'ai dévoré les dernières centaines de pages et la fin m'a encore plus plu que le début.

 

 Il faut reconnaître que ce thriller est très bien ficelé. Je ne m'attendais pas à une intrigue aussi complexe et aussi complète. Toutes les pièces du puzzle s'assemblent, doucement mais sûrement, pour nous offrir un tableau des plus effrayants. J'ai adoré la dernière partie et la toute fin de ce thriller qui a presque rattrapé les longueurs du milieu. C'est vraiment dommage qu'on se perde dans tant de détails et que les choses stagnent un peu vers le milieu, parce que le début et la fin sont vraiment rythmés et très addictifs. Du coup, je pense me plonger bientôt dans un autre thriller d'Ingrid Desjours qui est dans ma PAL depuis longtemps : Potens. L'avez-vous lu ?

 

En quelques mots :

Un thriller vraiment bien ficelé qui malheureusement s'essoufle un peu vers le milieu. Heureusement, la fin vient tout rattraper et nous offre, en prime, quelques surprises. Noir, c'est noir !


Voir les commentaires

2014-09-19T12:09:00+02:00

Cadavre 19 (Belinda Bauer)

Publié par MyaRosa

Cadavre 19

(Rubbernecker)

Belinda Bauer

987654333689.jpg

Catégorie(s) : Thriller - Policier

Edition / Collection : Fleuve noir

Date de parution : 11 septembre 2014

Nombre de pages : 384

Prix : 18,90€

 

L'histoire :

Les cadavres ne parlent pas, paraît-il. Pourtant en salle d'autopsie, le cadavre n°19 a des choses à dire...

 

Ce jour-là, Patrick Fort, un étudiant en anatomie atteint du syndrome d'Asperger, doit déterminer la cause de la mort d'un homme. Or le corps étendu sur la table de dissection s'apprête à lui livrer une histoire bien différente des conclusions officielles du légiste. Patrick est passionné, obsessionnel, il veut comprendre. Mais tandis qu'il tente d'exhumer une vérité que certains s'évertuent à cacher, il déterre nombre de secrets et mensonges, dont certains le concernent personnellement...

 

monavis878

 

 Entre deux lectures calmes et réconfortantes, j'avais envie d'un petit coup de fouet, d'une lecture qui me bouscule un peu, me fasse frémir et trembler de peur. Le dernier roman de Belinda Bauer m'a tapé dans l'oeil avec sa jolie couverture (bien plus belle que celles des éditions étrangères, n'est-ce pas ? Et puis, elle a ce petit côté décalé et étonnant que l'on retrouve dans le roman). J'ai déjà lu un autre roman de l'auteur, "L'Appel des ombres", qui sans être extraordinaire m'avait tenu en haleine et c'est ce qui m'a poussé à sauter le pas. Bon, je l'avoue, même si je n'aime pas trop quand on fait référence à d'autres livres sur les quatrièmes de couvertures, l'allusion au "Bizarre incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon, un roman que j'adore, a aussi attisé ma curiosité et achevé de me convaincre. Et la bonne surprise, c'est que cette prétendue ressemblance est loin d'être mensongère !

 

 J'ai tout de suite aimé la plume de Belinda Bauer. Je ne me souvenais pas qu'elle était aussi mordante. Le style est drôle, incisif, percutant, exactement ce qu'il me fallait. Certaines catégories de personnes s'en prennent plein les dents et c'est assez jouissif. Si je n'ai pas eu les petits moments de frisson que j'espérais, j'ai eu d'autres choses que je n'attendais pas et c'est une très bonne surprise. Tout d'abord, j'ai beaucoup ri. Patrick est un personnage vraiment unique et inoubliable ! Je connais bien le syndrome d'Asperger et je trouve que l'auteur a bien réussi à retranscrire les particularités que cela engendre. Les réactions de Patrick face aux situations qu'il affronte sont souvent très amusantes. Attention, on ne se moque pas de lui, loin de là. Au contraire, ses réactions sont tellement logiques, tellement pragmatiques qu'on se rend compte que les nôtres ne le sont pas. On ne se rend pas compte du nombre de fois où l'on emploie des expressions étranges, où l'on dit des choses illogiques et où on utilise le second degrés. Finalement, on rit autant de lui que de nous mêmes !

 

 J'ai aimé la manière dont est construit ce roman. On rencontre des narrateurs peu communs qui rendent l'intrigue encore plus efficace et percutante. Il y a de nombreux rebondissements et beaucoup d'action. On parle aussi beaucoup de la vie de Patrick en dehors de ses études, de la façon dont il s'intègre dans la société, de son enfance, de ses pensées. J'ai adoré tous ces passages. Plus le récit avance et mieux on le comprend. On essaie de voir les choses sous un autre angle avec ses yeux à lui, on essaie d'anticiper ses réactions.

 

 La fin ne m'a pas déçue. C'est peut être un peu gros pour être crédible à 100%, les coïncidences sont trop nombreuses, mais j'ai aimé que toutes les pièces du puzzle s'assemblent de cette façon. Et puis, plus que l'enquête en elle-même, c'est finalement Patrick qui m'a fascinée. C'est lui la vedette de ce roman. On attend surtout de voir comment il va s'y prendre pour trouver la vérité et pour déchiffrer les éléments qu'il possède avec sa manière, bien à lui, de réfléchir et de penser. Je l'ai trouvé irrésistible et très attachant et je pense que je me souviendrai encore longtemps de lui. Il a effectivement, ce petit quelque chose qui n'est pas sans rappeler Christopher Boone, le petit héros de Mark Haddon.

 

 En tout cas, ce n'est pas un roman policier conventionnel. On a parfois l'impression de lire une comédie. Je ne m'attendais pas à rire autant et je pense que ce livre pourrait parfaitement être adapté en série TV. J'ai déjà hâte de me plonger dans un autre roman de l'auteur. Ca tombe bien puisque "Le Voleur d'enfants tristes" vient de sortir en poche. Vous connaissez ?

 

RUB.jpg

 

En quelques mots :

Une construction originale, un style mordant et percutant, beaucoup d'humour, de l'action, des rebondissements et surtout un personnage irrésistible et attachant font de ce roman un page-turner à ne surtout pas manquer !

 

A lire aussi :

90909090 ¤

Voir les commentaires

2014-08-02T05:00:00+02:00

Villa du crime (Guy Jimenes)

Publié par MyaRosa

Villa du crime

Guy Jimenes

98764323679965.jpg

Catégorie(s) : Roman policier - Jeunesse

Edition / Collection : Oskar éditeur / Polar

Date de parution : juin 2014

Nombre de pages : 105

Prix : 11,95€

Dès 11 ans

 

L'histoire :

Comme un paquebot immobile dans la chaleur de l'été, la villa de location domine le causse, non loin de la mer ; à ses pieds, un homme à la main blême rôde en compagnie d'un chien. Marie est là pour quinze jours de vacances au soleil avec son père Damien. Quinze jours dans une maison vide depuis le terrible drame qui a frappé ses anciens habitants, il y a un an...

 

monavis

 

 Je poursuis mes lectures estivales avec "Villa du crime", un roman policier jeunesse qui m'a beaucoup plu. Les parents de Marie sont divorcés et, comme chaque année, elle va passer deux semaines de vacances avec son père. Cette année, il a loué une villa près de la mer, mais lorsqu'ils arrivent sur place, Marie est un peu déçue. La villa est bien moins belle que sur les photos et elle sent le renfermé. Elle succombe malgré tout rapidement au charme du lieu mais se demande pourquoi un tel endroit n'a accueilli personne avant eux. La réponse ne tarde pas à arriver... Il y a eu un terrible drame dans ce lieu, un an auparavant. Après cette révélation, Marie se sent très mal à l'aise. Elle n'arrive pas à s'enlever cette histoire de la tête et a le sentiment que quelqu'un rôde près de la villa...

 

 Si vous cherchez un bon roman destiné à un ado, je vous recommande celui-ci ! L'intrigue est assez simple, mais l'auteur nous embarque dans son histoire dès la première page et ne nous lâche plus. La tension est palpable et le suspense maintenu jusqu'au bout. C'est un roman qu'on a envie de lire d'une traite. Il est très agréable à lire et je pense qu'il pourrait même plaire à des adolescents qui lisent peu ou n'aiment pas trop la lecture. C'est d'ailleurs un bon moyen de leur faire découvrir l'univers du roman policier. Je suis certaine qu'après avoir découvert celui-ci, ils auront envie d'en lire d'autres ! C'est, en plus, une histoire qui se passe pendant les vacances d'été. Ca m'a fait penser à la série Clairvoyance de Amélie Sarn.

 

En quelques mots :

Parfait pour initier les ados au roman policier. Une lecture estivale addictive qu'on a envie de lire d'une traite.

 

A découvrir aussi :

couv45545687.jpg ¤  couv66257750.jpg ¤

Voir les commentaires

2014-07-23T21:58:00+02:00

L'Enfant allemand (Camilla Läckberg)

Publié par MyaRosa

L'Enfant allemand

(Tyskungen)

Camilla Läckberg

couv40662254.jpg

Catégorie(s) : Littérature suédoise - roman policier

Edition / Collection : Actes Sud / Actes noirs

Date de parution : 5 janvier 2011

Nombre de pages : 455

Prix : 23€

 

L'histoire :

La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné... Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.

 

monavis2.jpg

 

 "L'Enfant allemand" est le cinquième volet des enquêtes d'Erica Falck et de Patrick Hedström. Je me suis jetée sur les quatre précédents dès leur sortie en librairie et je ne sais vraiment pas pourquoi j'ai attendu si longtemps avant de lire la suite. Surtout que j'apprécie énormément les histoires de Camilla Läckberg ainsi que les personnages récurrents de cette série policière suédoise et la fin du tome précédent nous laissait avec de nombreuses interrogations en tête. Cela dit, j'avais trouvé "L'Oiseau de mauvais augure", le quatrième volume, un peu en dessous des autres et c'est sans doute pour cela que je ne m'y suis pas remise avant. J'ai quand même eu un choc en voyant que ma dernière lecture de l'auteur datait d'il y a... 4 ans ! Je suis désolée, je m'égare un peu. Ce que j'essaie de vous dire c'est que je suis vraiment, vraiment fan de cette auteur et qu'après m'être replongée dans cette série, j'ai juste envie de me jeter tout de suite sur la suite.

 

BVN.jpg

 

 J'ai toujours entendu dire que ce livre était le meilleur de Camilla Läckberg. Je ne sais pas si c'est mon préféré, mais il est sur le haut de la liste, c'est certain. Comme toujours, l'intrigue est prenante et, cette fois, elle touche de près la famille d'Erica. Il m'a fallu à peine un paragraphe pour être totalement captivée. Je ne me souvenais plus que Camilla Läckberg avait l'habitude de se focaliser sur un personnage différent à chaque paragraphe. C'est un peu déstabilisant au début, mais on s'y fait vite et ça apporte beaucoup de rythme au récit puisqu'il y a toujours une mini-intrigue liée au personnage. Il y a toujours des indices semés ici et là et les pièces du puzzle s'assemblent au fur et à mesure.

 

8997643.jpg

 

 Ce que j'aime dans cette série, c'est que même si l'enquête est différente à chaque fois, on suit les mêmes personnages sur plusieurs années. On les voit évoluer, changer, grandir, faire face à des échecs et des déceptions ou au contraire se reconstruire, s'épanouir et devenir vraiment heureux. Attention, tout n'est jamais tout rose avec Camilla, et c'est tant mieux ! Je trouve qu'elle décrit la vie, la vraie, avec beaucoup de finesse. Elle aborde les problèmes de couples, la vie de jeune parent qui n'est pas toujours facile, et des tas d'autres sujets, certains très graves, très noires. Elle arrive toujours à mettre le doigt sur quelque chose qui nous parle à nous, lecteurs. Vous allez me dire qu'il y a beaucoup de romans policiers dans lesquels on retrouve les mêmes enquêteurs. Certes, mais là on les suit aussi dans leur quotidien et dans leur vie de famille. On apprend à les connaître et même à connaître leurs proches au fil des tomes et c'est vraiment plaisant. Je les trouve attachants, crédibles et touchants. Je pense notamment à Melberg qui est toujours aussi incompétent mais qu'on voit sous un autre jour dans ce volet... Et ce côté romancé, léger, n'enlève rien à la noirceur des enquêtes et des thèmes abordés qui sont toujours très, très noirs.

 

987532.jpg

 

 J'ai été captivée par cette histoire. L'auteur nous balade entre le passé et le présent et nous livre des informations au compte goutte. On est tenu en haleine du début à la fin et on a beaucoup de mal à reposer le livre lorsqu'on l'a commencé. Je n'ai pas arrêté de me dire "Allez, encore un paragraphe !" et comme je vous l'ai dit plus haut, étant donné que l'on change de personnage très régulièrement, le suspense est à son comble. Camilla Läckberg cultive la tension et la frustration en nous laissant toujours sur notre faim. D'ailleurs, je crois qu'à chaque fois, je suis autant impatiente d'en apprendre plus sur l'enquête en cours que sur ce qui va se passer dans la vie des personnages. Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré cette lecture. Je me suis régalée du début à la fin et c'est une histoire que je n'oublierai pas de sitôt. Camilla Lâckberg sait, comme personne, mêler l'horreur, le suspense et l'émotion. Je suis déjà impatiente de me plonger dans les autres volumes qui m'attendent ainsi que dans l'adaptation TV de ce roman. Je vous en parlerai certainement très prochainement.

 

9009865.jpg

 

En quelques mots :

Bluffant, captivant, terrible et émouvant, ce cinquième roman est très addictif. J'ai eu beaucoup de mal à le lâcher et lorsque je ne lisais pas, j'y pensais quand même. Je me posais des tas de questions, j'essayais d'imaginer... J'ai tremblé, j'ai ri, j'ai été horrifiée, émue, bref c'est un roman que je n'oublierai pas, c'est certain. A lire absolument ! 

 

 

¤¤¤¤

C'est une question que l'on me pose régulièrement via les commentaires, alors voilà l'ordre de lecture des romans de Camilla Läckberg qui mettent en scène Patrick et Erica :


¤ La Princesse des glaces ¤

¤ Le Prédicateur ¤

¤ Le Tailleur de pierre ¤

¤ L'Oiseau de mauvais augure ¤

¤ L'Enfant allemand ¤

¤ La Sirène ¤

¤ Le Gardien de phare ¤

¤ La Faiseuse d'anges ¤


Voir les commentaires

2014-05-27T09:33:00+02:00

La Curiosité est un péché mortel (Ann Granger)

Publié par MyaRosa

La Curiosité est un péché mortel

(A Mortal Curiosity)

Ann Granger

98765

Catégorie(s) : Roman policier historique

Edition / Collection : 10/18 / Grands détectives

Date de parution : 22 mai 2014

Nombre de pages : 357

Prix : 7,50€

 

L'histoire :

Lizzie Martin a été envoyée à New Forest pour soutenir une jeune femme dont le bébé a connu une mort tragique. Mais les choses prennent une tournure encore plus sombre lorsqu’un homme est retrouvé assassiné dans le jardin, la jeune femme éplorée et couverte de sang à ses côtés. Ne sachant pas vers qui se tourner, Lizzie appelle son ami l'inspecteur Ross Ben de Scotland Yard pour résoudre ce crime horrible.

 

monavis878

 

 J'avais beaucoup aimé le premier tome des enquêtes de Lizzie Martin - Un intérêt particulier pour les morts - et j'attendais avec impatience un nouvel épisode de ses aventures. Cette fois, l'intrigue ne se 9765.jpgdéroule pas à Londres, mais dans la campagne anglaise, à la même époque (en 1864). Lizzie est envoyée auprès de la nièce d'un notable qui vient de perdre son enfant. Cette jeune fille, orpheline, vit entourée de ses deux tantes, deux vieilles femmes strictes qui ne tolèrent pas le moindre écart et encore moins les excentricités. Lizzie se retrouve donc propulsée dans un nouvel environnement, hostile et très différent de sa vie londonienne et elle n'est pas au bout de ses peines puisque peu de temps après son arrivée, un cadavre est retrouvé dans le jardin...

 

 Quel plaisir de retrouver Lizzie et Ben et la délicieuse écriture de Ann Granger ! J'ai savouré cette lecture et me suis délectée de chacune des pages de ce livre comme si je dégustais une excellente tasse de thé. Ann Granger arrive sans difficulté à nous faire remonter le temps jusqu'à l'époque victorienne. Elle décrit à merveille la condition féminine dans la société victorienne, les convenances, les moeurs et les injustices de cette époque. J'aime la description qu'elle nous fait des lieux et des personnages. On s'y croirait ! J'ai vraiment eu l'impression de passer quelques jours à Shore House en compagnie de Lizzie. J'imaginais ce séjour à la campagne comme un agréable moment d'évasion, loin du bruit, de la poussière et des voyous de Londres, une occasion de profiter du grand air, mais en fait, ce fût tout sauf cela. Bien qu'ouvert et en bord de mer, New Forest est un endroit où on ne se sent pas en sécurité et où on doute de tout le monde. Les habitants se connaissent, tout le monde est au courant de la vie des autres et on a le sentiment d'être épié à chaque instant. Même le calme, au lieu d'être apaisant, est inquiétant. Ce roman m'a vraiment fait l'effet d'un huis clos oppressant et... j'ai adoré ça !

 

 On a vraiment des doutes sur tout le monde. Il y a Lucy, frêle et fragile mais qui semble parfois perdre la raison jusqu'à nous sembler carrément psychotique. Il y a ce mystérieux docteur, un peu trop bon pour être honnête, venu évaluer la situation. Il y a ces gitans qui vivent sur la lande et ont de mystérieuses coutumes. Il y a ce chasseur de rats aux yeux brillants et sa femme robuste et intrigante. Il y a les deux tantes, aussi froides que la glace et leurs domestiques qui ont l'air totalement dévoués, et puis il y a les villageois qui n'aiment pas les étrangers et sont très supersticieux. Sans parler de cette ombre qu'a vu Lizzie et cette impression qu'elle a d'être suivie... Que se passe-t-il vraiment à New Forest ?

 

 J'ai adoré ce roman. Je me suis amusée à mener l'enquête et si j'avais deviné certains points, j'ai tout de même été surprise par certaines révélations. Sur la quatrième de couverture, ce roman est décrit comme "une partie de Cluedo [se déroulant] à Downton Abbey". C'est tout à fait cela ! Il y a même un petit quelque chose d'Agatha Christie. Quelle lecture délicieuse et fascinante ! Je crois que j'aime de plus en plus les romans se déroulant à cette époque et encore plus quand il s'agit de mener l'enquête. Ce n'est peut être pas l'intrigue la plus originale qu'il m'ait été donné de lire ni le suspense le plus insoutenable qui soit, mais je me suis régalée et j'attends déjà avec impatience les prochaines enquêtes de cette chère Lizzie, si pétillante et intelligente. J'espère que les éditions 10/18 ne nous feront pas trop attendre et nous offriront encore une magnifique couverture comme celle-ci et comme la précédente qui sont toutes deux sublimes !

 

En quelques mots :

Un roman délicieux qui nous fait remonter le temps jusqu'à l'époque victorienne et nous invite à mener l'enquête, en compagnie de l'héroïne, sur une mystérieuse affaire se déroulant en pleine campagne anglaise. J'ai adoré !

 

 

A lire aussi :

couv56927829.jpg


Voir les commentaires

2014-05-22T12:20:00+02:00

La Faute (Paula Daly)

Publié par MyaRosa

La Faute

(Just what kind of mother are you ?)

Paula Daly

couv24147614.jpg

Catégorie(s) : Thriller - Littérature anglaise

Edition / Collection : Cherche midi / Thriller

Date de parution : 6 mars 2014

Nombre de pages : 345

Prix : 18,90€

 

L'histoire :

Avec trois enfants au foyer et un métier à plein temps, Lisa Kallisto est une femme débordée. Elle a du mal à être à la fois la mère, l’épouse et l’amie idéale qu’elle voudrait être et se le reproche sans cesse. Aussi envie-t-elle la vie facile de sa meilleure amie, Kate, mère au foyer, pour qui tout semble plus simple. Le jour où la fille de Kate, Lucinda, qui devait dormir chez elle, disparaît mystérieusement, l’existence de Lisa tourne au cauchemar. L’adolescente a-t-elle été enlevée, comme cette autre jeune fille, que l’on vient de retrouver par miracle, errant à moitié nue et complètement traumatisée dans les rues de la ville ? Si Lucinda ne revient jamais, Lisa, qui se sent terriblement en faute, ne se le pardonnera jamais. Aussi n’a-t-elle pas le choix, elle doit tout faire pour retrouver la jeune fille.

 

monavis878

 

 Lisa Kallisto est une femme épuisée qui n'arrive plus à tout gérer. Entre son travail, ses trois enfants, 98742.jpgl'entretien de sa maison et l'aide qu'elle apporte aux écoles fréquentées par ses enfants, elle n'arrive plus à tout gérer. Elle se sent totalement dépassée et envie toutes ces autres mères à qui tout semble réussir. Celles qui sont toujours tirées à quatre épingles et dont les maris gagnent une fortune qui leur permet de rester à la maison et de participer à une ou deux oeuvres de charité entre deux tasses de thé. Exactement la vie que mène son amie Kate, en fait... Sa vie, qui lui paraissait déjà pénible, vire au cauchemar lorsque la fille de son amie - qui était sous sa responsabilité - disparaît... Rongée par les regrets et étouffée par ce sentiment de culpabilité qui ne la quitte plus, Lisa ne sait pas comment s'y prendre pour soutenir Kate dans cette terrible épreuve, mais elle ne veut pas rester les bras croisés à attendre que l'enquête avance. Aussi, décide-t-elle de se racheter en s'investissant à corps perdu dans les recherches de Lucinda, la petite disparue qu'elle connait si bien.

 

 La Faute - dont je préfère le titre original - est le premier roman de l'anglaise Paula Daly. C'est un roman noir, un thriller psychologique qui 90099765.jpgm'a captivé d'un bout à l'autre. Ce thriller ne plaira pas à tout le monde car le rythme est plutôt lent. Il n'y a ni scène sanglante ou violente, ni rebondissements à toutes les pages, mais une atmosphère pesante et toute particulière qui m'a beaucoup plu. L'auteur se sert de cette mystérieuse disparition pour aborder, avec beaucoup de justesse, la complexité des relations humaines. Il est question - entre autres -  de secrets, de mensonges, de non-dits, d'hypocrisie, de culpabilité et de jalousie. J'ai beaucoup aimé la façon dont elle nous présente les personnages. Elle les décortique, nous montre que chacun n'est pas ce qu'il semble être au premier abord. Les femmes, en particulier, sont très crédibles. Le portrait qu'elle fait de la femme d'aujourd'hui, imparfaite, complexée et surmenée est très pertinent. On parle également du fait que, quoi que l'on fasse et quelle que soit la vie que l'on mène, l'herbe nous semble toujours plus verte ailleurs. On ne peut pas s'empêcher de comparer, de rivaliser, d'envier. 

 

 L'écriture de Paula Daly est très agréable et j'ai beaucoup aimé suivre cette enquête. Il y a des choses qu'on voit venir, mais la vérité est plus complexe qu'on ne le croit. Et puis, on se met à douter de tout et de tout le monde. Le dénouement m'a beaucoup plu, je l'ai trouvé bien ficelé. Le seul petit bémol selon moi, c'est que Kate et Lisa ne soient pas plus proches. Après avoir lu la quatrième de couverture, je pensais qu'elles étaient les meilleures amies du monde, qu'elles partageaient et se disaient tout, hors de n'est pas le cas. On a plus le sentiment que ce sont deux femmes qui se sont rapprochées parce que leurs filles sont amies et qu'elles n'ont personne de plus proches, mais on ne les sent pas vraiment complices et du coup, ça a moins d'impact dès le départ. En revanche, ce qui fait froid dans le dos, c'est le côté réaliste de cette histoire. D'ailleurs il n'y a pas une histoire mais des histoires. Des histoires de couples, de famille, des secrets. De vilains secrets...  Les personnages de ce livre pourraient être vous, moi, un ami, un voisin, une connaissance, ou bien cette femme que vous croisez chaque jour devant l'école de vos enfants et que vous croyez connaître. Les apparences sont souvent trompeuses... Connaît-on vraiment les gens, même ceux qui nous sont proches ?

 

987643389.jpg

 

En quelques mots :

Un thriller psychologique très addictif et passionnant. J'ai eu beaucoup de mal à le reposer et les thèmes abordés sont, en plus, pleinement d'actualité.


Voir les commentaires

2014-04-25T09:23:00+02:00

L'épouse modèle (Emma Chapman)

Publié par MyaRosa

L'épouse modèle

(How to be a good wife)

Emma Chapman

9876644.jpg

Catégorie(s) : Littérature anglaise - Thriller - Roman noir

Edition / Collection : Plon / Feux croisés

Date de parution : 7 mai 2014

Nombre de pages : 267

Prix : 20€

 

87659864.jpg

 

L'histoire :

Marta range, Marta nettoie, Marta prépare le dîner de son mari, tient sa maison, veille à ce que tout soit propre, net et lisse. Le jour de son mariage avec Hector, son ombrageuse belle-mère lui a offert un livre : le Manuel de l'épouse modèle. Elle s'en répète les bons principes de soumission et de bonheur domestique. Jour après jour. Jour après jour aussi, Hector lui tend, à heure fixe, une poignée de pilules et un verre d'eau, qu'elle avale docilement, d'aussi loin qu'elle s'en souvienne. Sauf qu'elle a récemment arrêté. Cachées sous sa langue, les pilules ne descendent plus dans sa gorge, elle les recrache. La dépression refait surface, des hallucinations aussi, à moins que ce soient des souvenirs. À moins qu'Hector ne l'ait droguée toutes ces années. Peu à peu, le tableau parfait de sa vie rangée lui semble plus trouble : est-elle en train de devenir folle ou de retrouver ses esprits ? Qui est vraiment Marta ?

 

monavis2

 

 Cela fait plus de vingt-cinq ans que Marta vit dans ce petit village scandinave qu'elle ne quitte jamais. Elle entretient la même routine quotidienne depuis tout ce temps. Elle range, nettoie, cuisine, inspecte les moindres recoins de la maison, sort faire son marché - toujours à la même heure, croisant les mêmes personnes sans pour autant les connaître - et se tient prête pour accueillir chaleureusement son époux rentrant du travail. C'est ainsi que les choses doivent être et pas autrement. C'est du moins ce que Marta a retenu de sa lecture du livre offert par sa belle-mère le jour de son mariage. Elle en connaît chaque chapitre par coeur et fait de son mieux pour en appliquer les préceptes et ne pas décevoir son mari. Mais depuis que son fils a quitté la maison, Marta a décidé d'arrêter de prendre les médicaments que son mari lui fait avaler depuis toujours et des choses étranges commencent à se produire. Marta ne tourne plus rond. Elle a des moments d'égarement durant lesquelles elle oublie ce qu'elle était en train de faire, elle a des hallucinations et se retrouve parfois ailleurs, dans une autre vie, et puis elle se sent déprimée et n'arrive plus à vivre normalement. Elle s'inquiète, devient soupçonneuse, doute de tout le monde, se sent persécutée et son mari commence à se demander ce qui ne tourne pas rond chez sa femme qu'il retrouve de plus en plus souvent perdue dans ses pensées. Le mari et le fils s'inquiètent de voir Marta se comporter de plus en plus étrangement, faire des choses qui ne lui ressemblent pas, et à vrai dire, elle aussi commence à se poser des questions...

 

 Ce roman est vraiment troublant. J'ai aimé le parti pris par l'auteur et la façon dont elle a construit son récit. Tout commence normalement, nous suivons le quotidien de Marta et puis, de plus en plus, elle commence à tenir des propos incohérents, à voir des choses bizarres. C'est tellement subtil et discret au début qu'on se demande si on a bien compris et on continue la lecture sans se poser trop de questions, mais petit à petit, le récit devient de plus en plus étrange et on se pose de plus en plus de questions sur la fiabilité de Marta et sur ce qu'elle nous raconte. Peut-on croire ce qu'elle nous dit ? Peut-on vraiment lui faire confiance ? Est-elle folle à lier ou bien y a t-il une part de vrai dans ce qu'elle nous dit ?

 

 La lecture de ce roman a été une expérience unique et déstabilisante. C'est vraiment perturbant de ne pas pouvoir se fier au narrateur, de douter de lui à chaque instant, de ne pas savoir si ce qu'on nous raconte est réel ou pure folie. On reste toujours dans l'ambiguïté, dans la possibilité que soit vrai ou pas, dans le doute et dans l'angoisse. On se pose vraiment beaucoup de questions et c'est tellement prenant qu'on a du mal à s'arrêter. J'ai commencé ce livre hier soir et je l'ai terminé ce matin car je voulais savoir, il fallait que je comprenne. Plus on avance et plus on doute. On ne sait plus quoi penser et l'atmosphère devient de plus en plus angoissante. C'est un premier roman au suspense incroyable, un roman noir et perturbant que j'ai dévoré et adoré ! Seul petit bémol, la fin que je n'imaginais pas du tout comme ça et que j'ai trouvé un peu frustrante même si je comprends le choix de l'auteur. Néanmoins, ça ne cache en rien le plaisir que j'ai eu à lire ce roman qui m'a vraiment fait froid dans le dos et que je vous recommande fortement si vous aimez frisonner et être déstabilisé.

 

howtobeagw 

 

"Et voilà qu'elle revient, cette étrange peur qui résonne en moi et se glisse dans les craquelures qui se sont formées dans ma mémoire.C'est facile de regarder une photographie et de se dire que les choses se sont passées d'une certaine manière, de se dire qu'on était heureux. C'est facile d'en parler jusqu'à ce qu'on croie vraiment que les choses se sont déroulées de cette manière. Mais au moment où je hasardais mon regard à travers mon voile vaporeux, les pétales de mon bouquet tremblant dans mes mains, au moment où je faisais ces quelques pas vers Hector, sans le bras de mon père pour me soutenir, je me souviens que c'était la peur bien plus que l'excitation qui me faisait frémir." (Pages 116-117)

 

En quelques mots :

Un récit noir et troublant que l'on a beaucoup de mal à reposer tant l'atmosphère est prenante et tant le suspense nous tient en haleine. A lire le soir, à la lueur d'une bougie, pour frisonner de peur... et de plaisir !

 


Voir les commentaires

2014-04-11T08:56:00+02:00

L'Enfant aux cailloux (Sophie Loubière)

Publié par MyaRosa

L'Enfant aux cailloux

Sophie Loubière

couv51402294

Catégorie(s) : Thriller - Littérature française

Edition / Collection : Pocket

Date de parution : 13 mars 2014

Nombre de pages : 345

Prix : 6,80€

 

L'histoire :

Elsa Préau est une retraitée ordinaire. Une vieille dame un peu trop seule qui observe ses voisins pour tromper l'ennui. Et qui, à force d'épier, se persuade que la famille d'à côté a des choses à cacher. En plus de leurs deux enfants, rayonnants, un troisième apparaît parfois – triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble appeler à l'aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre... Aider ce petit garçon devient alors pour Elsa une véritable obsession. Mais que faire, seule, face à la police et aux services sociaux qui lui affirment qu'il n'existe pas ?

 

monavis

 

 Mon ressenti sur "Black Coffee", le dernier roman de Sophie Loubière, était plutôt mitigé, mais j'avais malgré tout envie de découvrir cet Enfant aux cailloux dont j'ai entendu le plus grand bien. J'ai eu raison de me laisser tenter car j'ai dévoré ce roman en un rien de temps et je l'ai trouvé très addictif et sans aucune fausse note. Il m'a vraiment tenu en haleine du début à la fin.

 

 J'ai adoré suivre Elsa dans son quotidien et la voir mener son enquête toute seule de son côté. Le roman est couv50394868.jpgtrès bien construit et j'ai été séduite par la plume de l'auteur, pleine d'ironie et de cynisme. Elsa est un personnage au caractère bien trempé qui m'a semblé on ne peut plus vrai. J'ai adoré sa répartie, ses sarcasmes et son obstination. Je l'ai trouvé totalement fascinante ! Le roman est bien rythmé et ne souffre d'aucune longueur. J'ai beaucoup aimé les lettres qui viennent ponctuer le récit ainsi que les retours sur le passé.

 

 Dès le début, l'histoire nous intrigue. On se pose des tas de questions et il est bien difficile de démêler le vrai du faux. Le mystère s'épaissit au fil de la lecture et l'angoisse monte jusqu'à rendre l'atmosphère suffocante et terrifiante et pourtant, impossible pour nous de décrocher, au contraire, on est totalement happé par ce couv56113776.jpghuis clos infernal. L'auteur joue avec nos nerfs, elle fait du yoyo avec nous, nous faisant passer d'une hypothèse à l'autre, revenir sur notre première idée puis douter encore et encore et le final est, selon moi, largement à la hauteur.

 

 Sophie Loubière est diabolique et son roman est très efficace. La version des éditions Pocket a été revue par l'auteur, mais n'ayant pas lu la version précédente, je ne peux pas vous parler de ce qui a été modifié. Je tenais néanmoins à le préciser. Dans la préface rédigée par Jean-Bernard Pouy, Sophie Loubière est décrite comme "Une Agatha Christie qui pète un plomb" et je trouve ça vraiment très juste. On se sent un peu coupable d'apprécier et de prendre autant de plaisir à lire une histoire aussi noire, aussi glaçante, mais qu'est ce que c'était bien ! J'ai adoré !

 

En quelques mots :

Sophie Loubière signe ici un roman terrifiant et bouleversant qui m'a totalement convaincue. J'ai été fascinée du début à la fin par l'histoire et les personnages et je ressors de cette lecture totalement bluffée. C'est un roman que je n'oublierai pas de sitôt ! Une vraie claque ! 


Voir les commentaires

2014-03-31T07:10:00+02:00

Ecoute-nous (Liz Coley)

Publié par MyaRosa

Ecoute-nous

(Pretty Girl-13)

Liz Coley

41kLlZGO8WL._SY445_.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Presses de la cité

Date de parution : 27 mars 2014

Nombre de pages : 293

Prix : 20€

 

Ce livre a également été publié sous le titre : "Angie, 13 ans, disparue".

 

L'histoire :

Angela a 13 ans quand elle disparaît d’un camp de vacances. Le lendemain, elle rentre chez ses parents – ou du moins c’est ce qu’elle croit : en réalité, elle a été absente plus de trois ans. Trois années dont elle n’a aucun souvenir. Que s’est-il passé ? Où était-elle tout ce temps ? Sans la moindre réponse à ces questions, Angela tente de reprendre une vie plus ou moins normale avec l’aide de la psychologue qu’elle voit désormais régulièrement. Au fil des séances, alors qu’elle cherche à retrouver la mémoire, Angela laisse parler les différentes personnalités qu’elle s’est créées pour supporter son calvaire. La jeune fille l’ignore, mais ce qu’elle a vécu est encore plus terrifiant que tout ce qu’elle peut imaginer…

 

monavis

 

 Je ne sais pas par où commencer ce billet tellement ce livre m'a prise au dépourvu. Je m'attendais à un thriller assez classique et je suis tombée sur un roman plutôt unique en son genre qui mélange les genres et nous emmène là où on ne l'attendait pas. Il y a d'abord cette mystérieuse disparition qui fait qu'on s'interroge. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Et puis, bien plus étrange encore, il y a cette réapparition d'Angie, trois ans plus tard. La jeune fille revient chez elle en ayant l'impression d'avoir quitté ses parents la veille. Elle ne se souvient pas de ce qu'elle a vécu durant ces trois années et n'a aucune idée du calvaire vécu par ses parents pendant ce temps et des moyens mis en place pour la retrouver. Angie va donc se retrouver confrontée à une situation bien singulière. Elle va devoir se réapproprier son corps et sa vie, reprendre le chemin du lycée, retrouver ses amis et le reste de sa famille et commencer une thérapie afin de comprendre ce qui lui est arrivé et de retrouver la mémoire. Mais a-t-elle vraiment envie de se souvenir ? Et peut-on vraiment reprendre le cours de sa vie quand on a oublié trois années ? Peut-on vivre comme une ado normale de seize ans quand on a encore treize ans dans sa tête ? Quand les souvenis commencent à refaire surface, Angie se rend compte que la réalité est bien plus terrifiante que ce qu'elle imaginait...

 

 Quelle lecture étonnante ! Le roman commence comme un thriller classique et prend peu à peu une autre dimension, beaucoup plus singulière. "Ecoute-nous" est le premier roman pour adultes de Liz Coley qui a l'habitude d'écrire pour la jeunesse, et ça se sent ! Attention, ce n'est pas du tout une remarque péjorative car ce roman est très bien écrit, mais j'ai souvent eu l'impression de lire un roman pour ados ou jeunes adultes. On sent que l'auteur connait bien cet univers et ses règles : la vie au lycée, les ragots, les embrouilles entre copines, la jalousie, la réputation que l'on peut se faire et qui peut être ruinée en un rien de temps,... Plus étrange encore, bien que l'histoire soit vraiment noire, j'ai souvent trouvé ce roman... drôle ! Oui, vous avez bien lu ! Drôle ! Il y a des dialogues et des scènes qui m'ont carrément fait éclater de rire malgré l'horreur de la situation. C'est un choix plutôt étonnant mais qui se justifie pourtant puisque l'héroïne dit à un moment qu'elle a besoin de rire et de minimiser les choses pour pouvoir continuer à vivre normalement. Ce thriller prend des allures de plus en plus surprenantes au fil des pages et l'auteur a pris tellement de libertés qu'on touche du doigt l'univers fantastique.

 

 C'est un roman vraiment très prenant qu'il est difficile de reposer lorsqu'on l'a commencé. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur a traité son sujet. C'est émouvant, parfois drôle, triste et surprenant. Comme je vous l'ai dit plus haut, on navigue entre les genres et on va de surprises en surprises. J'ai trouvé Angie très sympathique et très touchante et son histoire m'a émue. Il y a quand même des points discutables car peu crédibles ou vraiment tirés par les cheveux, mais malgré tout, j'ai aimé les libertés prises par l'auteur. Elles rendent le récit encore plus étonnant et plus fascinant. J'aime être surprise et déroutée et ici, j'ai été servie ! Ce roman est vraiment unique en son genre et je ne suis pas près de l'oublier... Je garderai un souvenir ému d'Angie et de tous les autres...

 

           A1D.jpg 8986-copie-1.jpg 876-copie-1.jpg

 

En quelques mots :

Un thriller unique en son genre, à ne surtout pas manquer ! L'auteur a pris pas mal de libertés et l'histoire est parfois tirée par les cheveux, mais c'est tellement déroutant que ça vaut le détour !


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog