Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

thrillers - policiers -...

2015-12-28T09:39:54+01:00

Un flair infaillible pour le crime

Publié par MyaRosa

A Particular Eye for Villainy - Ann Granger

383 pages, éditions 10/18 (Grands détectives), novembre 2015

L'histoire :

Lorsque Thomas Tapley, voisin de Benjamin Ross, est retrouvé mort dans son salon, l’inspecteur de Scotland Yard se rue sur la scène de crime. Tapley revenu récemment de l’étranger, on connaît peu de choses à son sujet.

Alors, quand son cousin, Jonathan Tapley, conseiller de la reine, se présente, la vérité au sujet du passé tragique remonte doucement à la surface.

Benjamin et Lizzie découvrent que plus d’une personne a tiré les bénéfices de cette mort.

 

Mon avis :

 

 "Un flair infaillible pour le crime" est le quatrième volet des enquêtes de Ben et Lizzie. C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je retrouve les personnages mais aussi les superbes descriptions de Londres au XIXème siècle ; la ville étant un personnage à part entière dans les romans d'Ann Granger.

 

 J'ai retrouvé cette atmosphère particulière qui m'avait tant plu dans les romans précédents. Même s'il ne s'agit pas d'un huis clos et que de nouveaux personnages viennent changer la donne au cours de l'enquête, on a quand même l'impression que tout se joue en petit comité, que les indices et le ou les coupable(s) sont là, sous nos yeux. L'enquête avance doucement mais sûrement, mais les suspects se multiplient et l'intrigue devient plus complexe au fil des pages. La vérité est comme masquée par cette épaisse couche de brouillard qui envahi Londres sans crier gare et rend l'atmosphère étouffante.

 

 

 Cette fois encore, je me suis régalée ! J'ai trouvé cette intrigue très bien ficelée. L'auteur arrive sans trop de mal à brouiller les pistes et à rendre la plupart des personnages louches et suspects. Et puis, j'aime tellement la façon dont l'auteur nous fait voyager dans le temps. On se croirait vraiment à une autre époque et ses descriptions des moeurs de l'Angleterre du XIXème siècle sont vraiment savoureuses. J'ai déjà hâte de retrouver Lizzie et Ben dans une autre enquête et je suis impatiente, comme toujours, de découvrir la merveilleuse couverture que nous réservent les éditions 10/18.

 

En quelques mots :

Une plongée savoureuse dans l'Angleterre du XIXème siècle. Une enquête bien ficelée qui met en lumière l'hypocrisie et les noirceurs de cette époque fascinante.

 

Un intérêt particulier pour les morts

La curiosité est un péché mortel

Un assassinat de qualité

Un flair infaillible pour le crime

 

Voir les commentaires

2015-11-26T10:17:36+01:00

Les Innocents

Publié par MyaRosa

River of the Dead - Robert Pobi

448 pages, éditions Sonatine, septembre 2015

L'histoire :

D’un tempérament impétueux, souvent borderline, Alexandra Hemingway, inspectrice à la section des homicides violents à New York, a l’habitude des enquêtes difficiles. Totalement impliquée dans son métier, elle n’hésite pas à prendre tous les risques. Son visage, refait, marqué par de multiples cicatrices, est là pour le prouver. Le jour où l’on retrouve dans l’East river le corps d’un enfant dont les pieds ont été sectionnés, l’affaire s’annonce particulièrement délicate. D’autant plus que la presse n’hésite pas à consacrer ses gros titres à ce genre de meurtre et à venir perturber les investigations. Lorsqu’un autre enfant est enlevé, la panique gagne Manhattan. Panique d’autant plus justifiée que le prédateur à l’œuvre est l’une des figures du mal les pires qui soient. Habituée aux noirceurs les plus effroyables de l’âme humaine, Alexandra pensait avoir tout vu. Elle n’avait pas connu le pire.

 

Mon avis :

 

 Voilà LE roman que j'attendais avec impatience mais aussi pour être honnête avec un peu d'appréhension car j'avais adoré "L'Invisible", le premier roman de l'auteur que j'avais lu à sa sortie en mai 2012 (Que le temps passe vite !) et j'avais du mal à croire que l'auteur puisse faire aussi bien une deuxième fois. J'avais tort, et tant mieux ! Ce roman est peut-être un poil plus prévisible et un peu moins crédible que le précédent, mais je l'ai dévoré et je me suis régalée !

 

 Le duo d'enquêteurs m'a plu dès le début. Alexandra est une femme forte et déterminée qui n'a rien à envier aux hommes et ne se laisse jamais marcher sur les pieds. Son coéquipier, Phelps, est beaucoup plus calme et moins impulsif, c'est la force tranquille. Il a quelque chose de touchant et de réconfortant. C'est un duo très équilibré qui fonctionne bien et auquel on s'attache tout de suite. D'ailleurs, j'aimerais beaucoup les retrouver dans d'autres enquêtes.

 

 C'est un thriller on ne peut plus sombre et glaçant. Ca fait vraiment froid dans le dos et on se sent presque coupable de prendre autant de plaisir à lire toutes ces horreurs, mais l'auteur nous embarque avec lui dès la première page et ne nous lâche plus. La tension monte, le rythme s'intensifie et on a juste envie de dévorer les pages, encore et encore, pour savoir, pour être sûr...

 

 Encore une fois, j'ai trouvé l'écriture de Pobi brillante et agréable et la construction de son roman très intelligente. Je suis restée scotchée du début à la fin. Pour une fois, j'avais découvert le pot aux roses bien avant le dénouement, mais ça n'a pas gâché mon plaisir. Je ne suis pas du tout déçue. Ce roman est au moins aussi réussi que le premier et j'attends déjà le prochain avec impatience ! Brrr, j'en tremble encore !

 

 

 En quelques mots :

Un excellent thriller, bien noir et bien rythmé, dont vous vous souviendrez longtemps...

 

 

Voir les commentaires

2015-11-13T20:21:04+01:00

Les Filles oubliées

Publié par MyaRosa

Sara Blaedel

320 pages, éditions Terra Nova, novembre 2015

L'histoire :

Le corps d'une femme est découvert dans une forêt isolée du Danemark. Une cicatrice sur le visage aurait dû rendre son identification facile, mais personne n'a signalé sa disparition. Louise Rick, enquêtrice au Département des Personnes Disparues, lance un appel à témoins. Une femme âgée reconnaît la victime qu’elle a connue enfant. Il s’agit d’une certaine Lisemette, qui fut internée autrefois dans une institution psychiatrique. Comme les autres enfants de cette lugubre institution, Lisemette était une « fille oubliée », abandonnée par sa famille. L’enquêtrice fait alors une autre découverte troublante : la victime avait une sœur jumelle. Et toutes les deux sont censées être mortes depuis une trentaine d'années...

 

Mon avis :

 

 Quelle bonne surprise, ce thriller ! La couverture n'est pas très engageante, mais il ne faut pas se fier aux apparences... Sara Blaedel est très célèbre dans son pays, le Danemark. Elle a écrit plusieurs romans qui ont été traduits dans plus d'une vingtaine de pays, et pourtant, elle est totalement inconnue chez nous. Pourquoi ? Je n'en ai aucune idée, mais j'espère de tout coeur que ce livre rencontrera le succès escompté car d'une part ce serait amplement mérité et d'autre part cela permettrait peut-être que ses autres romans soient traduits en français car figurez-vous que celui-ci est en fait la septième enquête de Louise Rick.

 

 Cette enquête m'a captivé du début à la fin. On y retrouve l'ambiance si particulière des romans nordiques et l'on suit en parallèle la vie personnelle de l'enquêtrice. Le tout est savamment dosé et ça fonctionne très bien. Tellement bien que je n'ai pas vu le temps passer et que j'ai dévoré ce roman sans m'en rendre compte alors que je lis très lentement en ce moment. J'y ai trouvé tout ce que j'aime dans les thrillers : de la noirceur, du suspense, des secrets bien gardés, des mensonges, de la culpabilité, des faits qui prouvent qu'on ne connaît jamais vraiment les gens qui nous entourent... Pour l'enquête, Louise est obligée de revenir dans une petite ville où elle a vécu et on sent qu'elle n'y va pas de gaieté de coeur. Elle connaît tout le monde ou presque ce qui rend l'ambiance encore plus singulière... et savoureuse ! On s'interroge sur l'affaire qui est mystérieuse et très, très glauque, mais aussi sur le passé et les secrets de l'enquêtrice. Si ce récit est une fiction, l'auteur s'est quand même inspirée de faits réels et ça fait vraiment froid dans le dos.

 

 En ce qui concerne l'écriture, j'ai trouvé ce roman très agréable à lire en dehors de quelques tournures de phrases un peu bancales qui ont été vite oubliées tant j'étais captivée par l'histoire. C'est le genre de romans que l'on peut lire d'un bout à l'autre sans voir le temps passer tant c'est fluide et rythmé. Tout m'a plu... La construction du roman, les personnages, l'intrigue, le contexte. J'espère vraiment que les autres romans seront traduits en français car là, j'ai juste envie de me jeter sur le prochain (ou les anciens) Sara Blaedel et c'est terriblement frustrant de savoir qu'il y en a mais qu'on n'y a pas accès... Si vous cherchez un bon thriller, foncez ! Vous ne serez pas déçus !

 

 

En quelques mots :

Aussi glaçant que captivant, un thriller à ne pas manquer !

 

Voir les commentaires

2015-11-10T20:13:39+01:00

Les Noces perdues

Publié par MyaRosa

Drömmen förde dig vilse - Anna Jansson

432 pages, éditions du Toucan (Toucan noir), septembre 2015

L'histoire :

Maria Wern est une jeune inspectrice de la brigade de police de Visby, charmante petite ville de l’île de Gotland, au sud de la Suède. Une nuit, alors qu’elle rentre à pied après une soirée arrosée où son amie Erika lui a présenté son nouveau compagnon, elle aperçoit trois hommes qui frappent brutalement un garçon déjà à terre. Elle tente de les arrêter mais les agresseurs se retournent contre elle et la rouent de coups. A son réveil à l’hôpital, elle apprend que le jeune garçon est mort. Ce meurtre, relayé par tous les medias de l’île, est un traumatisme pour une petite ville calme comme Visby. D’autant que deux jours plus tard, c’est une jeune infirmière de l’hôpital qui est retrouvée assassinée, horriblement mutilée.
Avec leurs maigres moyens, Maria et ses collègues se lancent à corps perdus à la poursuite du tueur, prêts à retourner toute l’île pour comprendre.
Mais il se pourrait qu’il ne soit pas nécessaire d’aller très loin…

 

Merci à Babelio et aux éditions du Toucan pour cette lecture.

 

Mon avis :

 

 Après "L'inconnu du nord", "Le Pacte boréal" et "Derrière les remparts", "Les Noces perdues" est le quatrième roman de l'auteur traduit en français. Je n'ai pas lu les précédents, mais je ne dis jamais non à un polar scandinave et on peut tout à fait les lire dans le désordre. J'ai un faible pour les pays nordiques et je trouve qu'il y a dans ces romans venues du nord une atmosphère vraiment particulière. J'étais impatiente de partir sur l'île de Gotland et de faire la connaissance de Maria Wern, l'enquêtrice que l'on retrouve dans toutes les enquêtes d'Anna Jansson publiées en France. Malgré quelques petits bémols, ce roman a tenu ses promesses et je l'ai trouvé... glaçant !

 

 Le roman commence fort puisque Maria Wern, la jeune inspectrice, est brutalement agressée en pleine rue alors qu'elle tente de porter secours à un jeune garçon. En plus des coups qu'elle a reçue et de son couple qui bat de l'aile, elle est dans l'angoisse et l'attente de résultats qui tardent à arriver et qui pourraient remettre son avenir en cause. Ses problèmes personnels sont rapidement balayés quand on retrouve un cadavre macabrement mis en scène. Pour une petite ville comme Visby, ça fait vraiment beaucoup ! Maria et ses collègues sont bien décidés à tout mettre en oeuvre pour trouver et arrêter le ou les coupable(s) et nous entraînent avec eux dans une course folle qui nous réserve quelques surprises...

 

 J'ai beaucoup apprécié cette lecture et j'ai trouvé l'écriture d'Anna Jansson très agréable. C'est un roman policier plutôt classique mais qui fonctionne très bien. Tout se met en place tranquillement et il faut attendre un bon moment avant d'entrevoir quelques parcelles de vérité. J'ai apprécié ce rythme qui m'a permis de mener l'enquête de mon côté, mais aussi de découvrir et d'apprécier les personnages. Ils ont tous une vie personnelle un peu compliquée et des blessures à gérer qui sont ravivées par l'enquête en cours.

 

 Les rebondissements sont nombreux, peut-être même un peu trop sur la fin pour qu'on puisse y croire totalement. J'ai été un peu surprise car même s'il est normal que le rythme s'accélère, j'ai trouvé que certaines choses arrivaient comme un cheveu sur la soupe et étaient un peu vite expédiées alors que l'auteur avait pris son temps et le soin de tout nous expliquer pendant presque tout le roman. C'est dommage... Je me suis d'ailleurs demandé à un moment si je n'avais pas sauté quelques pages. Néanmoins, si la forme m'a moins plu sur la fin, ça n'a pas tout remis en cause et le fond m'a agréablement surprise. Je n'ai rien vu venir ça fait froid dans le dos ! Une chose est sûre, je lirai d'autres romans d'Anna Jansson !

 

 

En quelques mots :

Un roman policier suédois classique mais efficace qui m'a beaucoup plu malgré quelques maladresses.

 

 

 

"Normalement, les légendes et les mythes ont pour motif de rappeler aux hommes de se méfier d'un danger. Les nixes peuplaient les fleuves pour que les enfants ne s'y aventurent pas et que les femmes évitent de suivre des hommes jouant du violon dans des escapades éthérées ; les sylphides pour que les enfants veillent à ne pas s'égarer dans la forêt et pour que les hommes se montrent chastes ; les sirènes pour qu'on se méfie des courants sous-marins. Pour ces raisons, on raconte ces histoires de génération en génération afin que les vivants ne commettent pas les mêmes erreurs que leurs ancêtres." (page 86)

 

"Lui-même avait du mal à se débarrasser de certaines affaires, en particulier de livres. Quand on les a lus, on devient une partie de l'intrigue : c'est comme si on donnait vie à un ouvrage quand on le lit. On y injecte ses réflexions et on ne peut plus s'en débarrasser après." (page 137)

 

Voir les commentaires

2015-08-27T07:28:21+02:00

Seuls les vautours

Publié par MyaRosa

Nicolas Zeimet

547 pages, éditions 10/18, mai 2015

L'histoire :

Dans une petite bourgarde de l'Utah, un soir de l'année 1985, une fillette de cinq ans disparaît brutalement. Toute la communauté se mobilise: les quelques policiers du poste local mais aussi le médecin, un journaliste mais aussi les enfants du village. Des enfants qui ont l'imagination fertile et qui racontent d'étranges histoires. En suivant les destins croisés d'une dizaine de personnages, l'enquête progresse, les haines et les attirances se cristallisent alors que des découvertes bien réelles mènent à des événements qu'on croyait définitivement sortis des mémoires. Certains, en tous cas, auraient bien voulu les oublier.
Un roman noir atmosphérique baigné de littérature américaine qui marque le début d'un jeune et talentueux écrivain français.

 

 

Mon avis :

 

 Ce roman m'aura tenu compagnie un bon bout de temps et ce n'est pas parce qu'il ne me plaisait pas, bien au contraire. J'étais totalement immergée dans l'ambiance : une petite ville des Etats-Unis, les années 80, vraiment, on s'y croirait et on en oublie que l'auteur est français ! Nicolas Zeimet a une écriture plaisante et très cinématographique, dans le bon sens du terme. On a l'impression de regarder un film ou une série TV. On apprend à connaître les personnages, on en apprend plus sur eux au fil des chapitres, on découvre leurs petits secrets, leurs rancoeurs et leurs névroses... Ca peut sembler un peu cliché parce qu'il y a vraiment toutes les catégories de personnages représentées, mais c'est vraiment bien fait : les policiers qui font bien leur travail et les incompétents qui abusent de leur statut, le journaliste, l'institutrice, le médecin du village, le noir du village qui s'est battu pour être accepté, le fermier un peu bizarre, la femme qui tient le café du coin, les mormons, les femmes battues, la fille aux moeurs légères que tout le monde critique sans rien connaître de sa vie, l'enfant tyrannisé par ses camarades, le petit voyou du coin, etc...

 

 

 Ce qui m'a plu, c'est la façon dont l'auteur mélange réel et imaginaire. Les faits concrets et l'enquête en cours sont en quelque sorte parasités par le folklore locale, par les rumeurs et les légendes qui courent depuis des années. Haine viscérale, angoisses, jalousie, peurs enfantines, histoires de fantômes et de diable, soupçons, rancoeurs, croyances ancestrales, sacrifices et légendes indiennes, etc... Tout est englué et il est bien difficile de démêler le vrai du faux. L'atmosphère n'en est que plus étrange et l'auteur s'amuse à nous entraîner sur de fausses pistes et à nous faire douter. C'est vraiment très malin !

 

 Le suspense est présent du début à la fin, les rebondissements sont nombreux. On a vraiment l'impression que l'auteur joue avec nos nerfs. Il y a des scènes angoissantes dont on croit deviner le dénouement et finalement, l'auteur arrive à nous surprendre à chaque fois. On se sent un peu ridicule d'avoir eu peur pour rien et de s'être laissé manipulé si facilement et à plusieurs reprises. Ce roman noir à l'atmosphère pesante et angoissante nous replonge dans nos peurs enfantines : peur du noir, croque-mitaine, esprit vengeur, on se met à croire et à craindre toutes ces choses qui nous semblent pourtant ridicules maintenant que nous sommes adultes. L'auteur arrive à nous mettre le doute et on ne sait plus si on lit un thriller ou un roman d'épouvante. J'ai souvent pensé à un autre roman que j'aime beaucoup : "Je suis ta nuit" de Loïc Le Borgne. En tout cas, vous l'aurez compris, ce mélange des genres m'a beaucoup plu et je me suis régalée ! Je vais suivre de près la carrière et les publications de ce jeune et talentueux auteur français.

 

"La peur était la face cachée de l'imagination : pour vaincre la première, il fallait museler la seconde."

 

En quelques mots :

Un roman noir à l'atmosphère aussi envoûtante qu'angoissante qui nous replonge dans nos peurs enfantines que l'on pensait avoir laissé loin derrière nous mais que l'auteur arrive à déterrer et à faire ressurgir avec une facilité déconcertante. C'est bluffant et terrifiant. J'ai adoré !

 

 

A lire aussi :

Je suis ta nuit (Loïc Le Borgne)

Arrive un vagabond (Robert Goolrick)

7 jours à River Falls (Alexis Aubenque)

 

 

Voir les commentaires

2015-08-15T12:33:34+02:00

Le Gardien de phare

Publié par MyaRosa

Fyrvaktaren - Camilla Läckberg

459 pages, éditions Actes Sud, juin 2013

L'histoire :

Par une nuit d'été, une femme se jette dans sa voiture. Les mains qu'elle pose sur le volant sont couvertes de sang. Avec son petit garçon sur le siège arrière, Annie s'enfuit vers le seul endroit où elle se sent en sécurité : la maison de vacances familiale, l'ancienne résidence du gardien de phare, sur l'île de Gråskär, dans l'archipel de Fjällbacka. Quelques jours plus tard, un homme est assassiné dans son appartement à Fjällbacka. Mats Sverin venait de regagner sa ville natale, après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg dans une association d'aide aux femmes maltraitées. Il était apprécié de tous, et pourtant, quand la police de Tanumshede commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Bientôt, il s'avère qu'avant de mourir Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l'île de Gråskär - appelée par les gens du cru "l'île aux esprits", car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants... Erica, quant à elle, est plus que jamais sur tous les fronts. Tout en s'occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu'elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s'efforce aussi de soutenir sa soeur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d'un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques...

 

Mon avis :

 

 Septième volet des enquêtes d'Erica Falck, Le Gardien de phare, est un roman envoûtant et difficile à lâcher qui joue avec nos peurs. Je n'ai pas attendu bien longtemps après avoir lu La Sirène avant de m'y plonger car le suspense était insoutenable et il fallait que ja sache ce qu'il allait advenir des personnages. Camilla Läckberg met nos nerfs à rude épreuve et n'épargne pas ses personnages, c'est le moins que l'on puisse dire... 

 

 J'ai trouvé ce volet tout aussi bon que les précédents. J'avais un peu peur car les avis sont assez partagés, mais j'ai tout de suite accroché à l'histoire de l'île aux esprits et ça m'a bien plu que Camilla Läckberg mélange le réel aux superstitions locales. L'atmosphère de ce roman est troublante, aussi angoissante qu'addictive. On a du mal à décrocher ! Et puis, j'aime beaucoup les huis clos et les romans qui se déroulent dans des lieux isolés. C'est le cas dans celui-ci de toutes les parties qui se déroulent sur la petite île et son phare. Cela m'a fait penser un peu à deux autres romans qui m'ont beaucoup plu : L'enfant des illusions et Une Vie entre deux océans. D'ailleurs, j'aimerais beaucoup lire d'autres histoires de gardiens de phare alors si vous en connaissez, n'hésitez-pas à faire des suggestions.

 

 

 Il y a des petites choses que j'avais senti venir assez rapidement, mais ça n'a pas gâché ma lecture pour autant. C'est toujours un plaisir de suivre les personnages : Erica, sa famille, mais aussi les collègues de Patrik. On les voit changer, évoluer au fil des livres, on apprend à les connaître, on les découvre un peu plus à chaque fois. C'est très plaisant. Je me passionne toujours autant pour les passages qui concernent le quotidien de chacun que pour l'enquête qui est au coeur du récit. Il n'y en a jamais trop, c'est toujours parfaitement dosé.

 

 J'ai été touchée par les femmes que l'on croise dans ce livre qui sont à la fois fortes et fragiles et qui font leur possible pour garder la tête hors de l'eau et faire le bonheur de leurs enfants. C'est un livre qui m'a fait frémir et m'a tenu en haleine du début à la fin. Les fantômes et les voix du passé planent au dessus de nous... Saurez-vous les écouter ? J'ai hâte de découvrir "La Faiseuse d'anges". Pour info, le prochain roman de Camilla Läckberg - Le Dompteur de lions - devrait arriver chez nous au printemps prochain.

 

 

En quelques mots :

Un roman addictif, mystérieux, angoissant et surtout impossible à lâcher !

 

Voir les commentaires

2015-07-29T15:25:04+02:00

La Sirène

Publié par MyaRosa

(Sjöjungfrun) - Camilla Läckberg

411 pages, éditions Actes Sud, juin 2012

L'histoire :

Un homme a mystérieusement disparu à Fjällbacka. Toutes les recherches lancées au commissariat de Tanumshede par Patrik Hedström et ses collègues s'avèrent vaines. Impossible de dire s'il est mort, s'il a été enlevé ou s'il s'est volontairement volatilisé. L'affaire se complique lorsque la police découvre que l'une des proches connaissances de la victime, l'écrivain Christian Thydell, reçoit des lettres de menace depuis plus d'un an. Lui ne les a jamais prises au sérieux, mais son amie Erica, qui l'a aidé à faire ses premiers pas en littérature, soupçonne un danger bien réel. Sans rien dire à Patrik, et bien qu'elle soit enceinte de jumeaux, elle décide de mener l'enquête de son côté...

 

Mon avis :

 

 C'est parti pour une sixième enquête d'Erica Falck ! C'est toujours avec autant de plaisir que je retrouve la plume de Camilla Läckberg, la petite ville de Fjällbacka et les personnages récurrents qui ont fait le succès de cette série de romans policiers. Il est vrai que l'auteur reprend toujours le même schéma narratif et les mêmes ingrédients, mais en ce qui me concerne, ça fonctionne toujours aussi bien. Je lis ses romans avec plaisir et j'ai toujours du mal à décrocher. A chaque fois, j'ai l'impression d'être aux côtés d'Erica pour mener l'enquête. Je ris toujours de ses petits défauts, de sa curiosité inébranlable et de ses maladresses qui la rendent irrésistible et attachante. Même si on parle beaucoup du quotidien des personnages, n'allez pas croire que l'enquête est secondaire, loin de là. Il y a toujours énormément de suspense dans les romans de l'auteur et c'est toujours noir, très, très noir !

 

 

 Avec "La Sirène", Camilla Läckberg nous livre encore un roman sombre et impossible à lâcher. Je regrette un peu la fin que j'avais vu venir longtemps à l'avance cette fois, mais il y a de nombreux éléments que je ne soupçonnais pas du tout et qui m'ont fait froid dans le dos. J'aime tellement cette ambiance de huis clos, ce côté oppressant, cette atmosphère sinistre que l'auteur arrive toujours à créer. On sait bien que le coupable est là, sous nos yeux et que les victimes le connaissent très bien. Fjällbacka étant une petite ville où tout le monde ou presque se connaît, l'atmosphère  n'en est que plus étouffante et dérangeante. J'adore les flash back mystérieux qui ponctuent le récit. On soupçonne des choses terribles mais on est toujours loin du compte ! Les toutes dernières pages laissent le lecteur à bout de souffle et complètement sonné. On a envie d'avoir des nouvelles des personnages et de se jeter immèdiatement sur la suite. Merci Mme Läckberg pour ces merveilleuses heures de frayeur. J'en veux encore !

 

 

En quelques mots :

Toujours aussi bien !  Camilla Läckberg nous entraîne dès les premières pages dans une histoire effroyable et glaçante à laquelle on pense tout le temps. Préparez-vous à passer une nuit blanche !

 

 

Voir les commentaires

2015-07-19T10:44:06+02:00

Révélée

Publié par MyaRosa

Disclaimer - Renee Knight

349 pages, Fleuve Noir, avril 2015

L'histoire :

Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé n'est certainement pas fortuite...
Le livre a simplement été déposé dans sa boîte aux lettres. Sans cachet de la poste, sans aucun message. Depuis qu'elle l'a commencé, Catherine ne dort plus. C'est sa vie qu'elle lit, révélée sur le papier par un inconnu. Un certain E. J. Preston qui sait tout d'elle. Même son secret le mieux enfoui...

 

Mon avis :

 

 Quelle bonne surprise, ce thriller ! Je n'en ai pas beaucoup entendu parler et j'en suis bien étonnée car je l'ai trouvé excellent et il m'a tenu en haleine de la première à la dernière page. Il faut reconnaître que ça démarre déjà fort. Imaginez... Vous découvrez chez vous un livre que vous n'avez jamais vu. Vous en lisez les premières pages et vous vous rendez compte qu'il parle de vous et qu'il raconte votre secret le plus intime, cette chose terrible que vous pensiez avoir réussi à cacher à tout le monde depuis des années. Vous n'avez aucune idée de qui cela peut être, mais une chose est sûre, quelqu'un sait et cette personne pourrait bien briser votre vie...

 

 Avec son premier roman, Renee Knight nous offre un thriller psychologique captivant et terrifiant. L'écriture et la construction du roman sont efficaces : des chapitres courts et bien rythmés, deux histoires en parallèle, un secret inavouable qui est la clé de tout et des rebondissements inattendus. Je vous conseille de commencer ce livre quand vous aurez un peu de temps devant vous car vous ne pourrez plus le lâcher. Je me suis levée plusieurs fois la nuit parce que j'y pensais et que j'avais envie d'avoir le fin mot de l'histoire et de savoir comment cela allait se terminer. Plusieurs fois, je me suis mise dans la peau des personnages, en me demandant comment j'aurais réagi à leur place. C'est une histoire qui fait frémir et vous brise le coeur. Ca m'a vraiment chamboulé.

 

 

En quelques mots :

Si vous cherchez un roman facile à lire et difficile à lâcher à lire sur la plage, ne cherchez plus ! "Révélée" est un excellent thriller psychologique qui vous tiendra en haleine pendant des heures et vous hantera longtemps...

 

 

A lire aussi :

La Fille du train

Une Fille parfaite

La Faute

 

Voir les commentaires

2015-07-16T09:43:43+02:00

La Fille du train

Publié par MyaRosa

The Girl on the Train - Paula Hawkins

379 pages, éditions Sonatine, mai 2015

L'histoire :

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 

Mon avis :

 

 Ce livre est un véritable best-seller international. On le croise partout depuis sa sortie, il est numéro un des ventes dans plusieurs pays et les droits d'adaptation de cette histoire ont déjà été achetés par Steven Spielberg. Oui, oui, rien que cela ! J'avais donc beaucoup d'attentes en commençant ma lecture et je n'ai pas été déçue. Moi qui peinais à lire depuis quelques semaines, j'ai trouvé le bon livre pour me remettre sur les rails...

 

 Lors de ces trajets quotidiens en train, Rachel observe les maisons de la banlieue proche de Londres qu'elle traverse. Le train marquant toujours un arrêt au même endroit, il y a une maison en particulier qu'elle aime observer. Elle est fascinée par le couple qui y vit. L'homme est aussi fort, attentionné et rassurant que la femme est belle, douce et calme et ils semblent passionnément amoureux. Au fil du temps, elle se met à leur donner des noms, à imaginer leur vie au point d'avoir l'impression de les connaître. Jusqu'au jour où la jeune femme belle et douce est portée disparue... Rachel essaie de comprendre, de démêler le vrai du faux, de rassembler ses souvenirs. Qu'est-il arrivé à cette femme ? S'est-elle enfuie malgré sa vie parfaite ? Y-avait-il de l'eau dans le gaz dans ce couple ? Quelqu'un d'extérieur lui veut-il du mal ? Rachel y pense le jour et la nuit. Cette histoire devient une véritable obsession, mais a-t-elle raison de vouloir à tout prix découvrir la vérité ?

 

 J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Je le trouve bien écrit et surtout très bien construit. L'atmosphère est pesante. On suit les trajets quotidien de Rachel, on observe avec elle, on apprend à la connaître. Parfois le narrateur change, nous faisant découvrir les pensées d'un autre personnage. L'auteur nous fait rapidement oublier tout ce que l'on croyait savoir en nous montrant que les apparences sont presque toujours trompeuses, que les choses ne sont jamais simples... Ce couple n'était peut être pas aussi heureux qu'il en avait l'air et Rachel n'est peut être pas non plus celle que l'on croit... La psychologie des personnages est vraiment intéressante. L'auteur nous manipule, joue avec nos nerfs. Toutes les pièces du puzzle qui nous semblaient bien en place sont remélangées plusieurs fois au cours de l'histoire. L'étau se resserre, certains éléments nous font tout remettre en cause et on se met à soupçonner tout le monde, même ceux qui nous paraissaient vraiment insoupçonnables. C'est diabolique !

 

 

En quelques mots : 

"La Fille du train" est un roman très addictif qui nous tient en haleine dès le début et ne nous lâche plus une seconde. On a envie de savoir, on croit comprendre, mais on doute tout le temps et on n'a aucune certitude jusqu'au final... grandiose ! J'ai adoré !

 

Voir les commentaires

2015-07-07T20:37:56+02:00

Le Trésor de l'abbaye

Publié par MyaRosa

Céline Le Gallo

202 pages, Oskar (polar), septembre 2014, dès 10 ans

L'histoire :

La petite communauté cistercienne de Notre-Dame est en émoi : depuis quelque temps, l'abbaye fait l'objet de mystérieuses visites nocturnes et de pillages. L'abbé, dom Lettelier, a même été agressé ! Seul indice : une étrange partition de musique coincée dans sa main. Il n'en faut pas plus à Armande Chabons, professeur d'histoire-géographie, pour alerter son filleul, le lieutenant Théodore Massarelli, et deux de ses élèves ; Zoé et Matthéo, qui se retrouvent entraînés malgré eux dans une bien curieuse affaire...

 

Mon avis :

 

 Comme j'aurais aimé lire ce livre lorsque j'avais une dizaine d'années. Je ne veux pas dire par-là que je ne l'ai pas apprécié, mais j'ai découvert les romans policiers très (trop ?) tardivement. Ma maman adorait les polars et j'ai essayé à plusieurs reprises de lire les romans qu'elle lisait sans accrocher plus que cela. J'ignorais alors qu'il existait des tas de polars pour les plus jeunes et je suis certaine qu'ils m'auraient passionné. J'aurais adoré mener l'enquête, rassembler les indices, chercher, déduire, émettre des hypothèses, essayer d'identifier le coupable, résoudre l'énigme ou être totalement surprise pas le dénouement. Oui, c'est certain, j'aurais adoré cela ! Et même s'ils n'existaient pas encore, je suis certaine que Zoé et Matthéo m'auraient bien plu. Je vous recommande donc vivement de découvrir leurs aventures, que vous ayez 10, 20, 30 ans ou plus, d'ailleurs...

 

 Toute cette enquête - qui est la première mettant en scène Zoé et Matthéo - se déroule dans une abbaye, au sein d'une petite communauté cistercienne. Des choses étranges s'y sont produites et Armande Chabons, professeur d'histoire-géographie, en a été avertie par l'un de ses amis. Elle fait donc appel à son filleul adoré, le jeune lieutenant Théodore Massarelli pour comprendre ce qui se passe là-bas, entraînant aussi, un peu malgré elle, deux de ses élèves. Aucun d'eux ne s'attend à ce qu'il va découvrir car c'est dans une véritable chasse au trésor mystérieuse, dangereuse et fascinante qu'ils se sont embarqués. Ils vont devoir faire preuve de bons sens, de patience et de courage pour découvrir le fin mot de l'histoire. Mais que se passe-t-il vraiment dans cette abbaye si mystérieuse ?

 

 J'ai beaucoup aimé le contexte de cette enquête et l'atmosphère qui s'en dégage. On a envie de savoir et de comprendre ce qui se passe entre ces murs qui semblent pourtant si ordinaires. Zoé et Matthéo m'ont bien plu. Ils sont très différents et se complètent à merveille. Zoé est studieuse et sage, Matthéo est plus étourdi, moins intéressé par l'école, mais il est courageux et très perspicace. J'ai hâte de les retrouver dans une autre histoire et ça tombe bien puisqu'un second livre les mettant en scène vient de paraître : Panique au cirque ! Promis, je vous en reparle très prochainement. En tout cas, je recommande vivement ce livre aux jeunes lecteurs qui cherchent une lecture addictive et mystérieuse pour les grandes vacances.

 

 

En quelques mots :

Un roman policier jeunesse vraiment chouette avec des codes et des énigmes à déchiffrer. Parfait pour s'initier aux polars et passer un bon moment.

 

 

" Lorsque le moment de se coucher fut venu, les deux enfants échangèrent encore discrètement quelques mots sur leur extraordinaire découverte avant de rejoindre bien sagement leur lit et de plonger dans un profond sommeil ; un sommeil peuplé de passages secrets, d'île déserte, de parchemins cryptés, de somptueux bijoux ou encore de cassettes remplies d'or.

 Le vent de l'aventure soufflait enfin au-dessus de leur tête et ils étaient tous deux fermement décidés à répondre à l'appel du grand large !"

 

Voir les commentaires

2015-06-17T19:27:23+02:00

Une Fille parfaite

Publié par MyaRosa

The Good Girl - Mary Kubica

390 pages, Mosaïc, avril 2015

L'histoire :

« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. » Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant.

 

 

Mon avis :

 

 Waouh ! Pour tout vous dire, cela fait vingt minutes que je suis plantée devant mon écran à essayer d'écrire quelque chose sur ce bouquin. J'efface, je recommence, j'efface encore. Rien ne me semble assez juste ou assez pertinent. J'ai plein de choses à dire et en même temps je ne veux rien dévoiler, ce qui complique un peu les choses...

 

 Ce livre, je voulais absolument le lire mais j'étais loin d'imaginer dans quoi je m'embarquais en tournant les premières pages. C'est un thriller psychologique intense dans lequel on s'immerge totalement et qu'on a beaucoup de mal à lâcher. L'auteur arrive à créer une certaine proximité avec les personnages, à nous faire entrer dans leur intimité, si bien que sans même en avoir conscience, on s'attache à eux laissant tout ce qu'on croyait savoir de côté.

 

 

 La construction du roman est vraiment très efficace. Les chapitres sont courts, on alterne les narrateurs et tout ne se passe pas à la même période. Il y a des flash back mais c'est suffisamment clair pour que le lecteur ne soit pas perdu. Petit à petit, le roman gagne en intensité et ce qui commençait comme un thriller classique se transforme en quelque chose d'autre, quelque chose de bien plus fort, un roman qu'on n'oubliera pas et qu'on aura même envie de relire en ayant toutes les cartes en main.

 

 

 Je trouve que c'est là toute l'originalité et la force du roman de Mary Kubica. Je lis beaucoup de thrillers mais en général, je les oublie vite une fois la dernière page tournée. Ici, j'ai ressenti beaucoup, beaucoup d'émotions, j'ai été surprise, je me suis attachée aux personnages, j'ai profondément aimé l'histoire et je n'avais pas du tout envie que ça s'arrête. J'ai ri, j'ai pleuré, j'avais envie de connaître la fin, mais en même temps, je n'avais aucune envie de lire autre chose. Maintenant, j'ai juste envie de tourner les pages en sens inverse pour tout reprendre depuis le début.

 

 

 L'auteur a vraiment frappé fort avec son premier roman ! C'est totalement bluffant et en dehors de la surprise, je suis surtout épatée par son écriture, par la façon dont elle arrive à nous rapprocher des personnages, à faire qu'ils nous touchent en plein coeur alors qu'on ne s'y attend pas. J'aime la façon dont elle décrit le quotidien des personnages, leur histoire, leur passé, ce qui les a forgé. C'est pertinent et ça sonne juste. Il y a des passages vraiment très touchants, des descriptions superbes et des parties qui se déroulent en huis clos dans une atmosphère singulière. Une Fille parfaite est un livre fort et remarquable qui ne peut laisser personne indifférent. Une vraie claque et un joli coup de coeur, en ce qui me concerne.

 

 

En quelques mots :

Imprévisible et totalement bluffant, ce thriller psychologique est une vraie claque. J'ai adoré ! Il devrait même séduire ceux qui habituellement ne sont pas friands de ce genre de lectures.

 

Extraits :

"Aussi loin que je m'en souvienne, Mia a toujours dessiné. Elle a vraiment du talent. Un jour, je lui ai demandé pourquoi elle aimait autant dessiner, ce que cela lui apportait. Et elle m'a répondu que c'était la seule façon pour elle de changer les choses. En quelques coups de crayon, elle pouvait transformer un canard en cygne ou un jour brumeux en une belle journée ensoleillée. C'était un endroit où la réalité cessait de s'imposer."

 

"Le monde entier est calme. Tout est en paix. Je crois que je n'ai jamais connu une nuit plus parfaite de toute ma vie. Elle déclare qu'il semble impossible d'imaginer que quelque part, loin d'ici, des guerres font rage. Que des gens meurent de faim. Que des enfants sont maltraités. Nous sommes coupés de toute civilisation.

- Nous sommes comme deux petites figurines dans une boule à neige de verre qu'un enfant aurait retournée.

Je nous imagine alors, plantés sur une petite montagne en céramique tandis que des flocons brillants tombent autour de nous dans notre propre bulle."

 

 

Voir les commentaires

2015-06-10T06:49:45+02:00

Le beau monde

Publié par MyaRosa

(Alys, Always) - Harriet Lane

286 pages, éditions Pocket, mai 2015

L'histoire :

Frances Thorpe est invisible.

Correctrice aux pages « Livres » d'un prestigieux journal, elle regarde briller le beau monde des lettres tandis qu'elle s'enlise dans une existence médiocre.

Jusqu'au jour où elle croise une voiture accidentée sur une route de campagne et recueille les derniers mots de la conductrice, Alys Kyte, épouse du célèbre écrivain Laurence Kyte.

En rencontrant la famille d'Alys, Frances entrevoit la lumière et ne résiste pas à son attraction. Dans le halo qui les entoure, la jeune femme ordinaire côtoie l'exception, les privilèges qui lui sont refusés : il lui faut goûter à cette chaleur, à cette lumière. À tout prix.

 

 

Mon avis :

 

 Ce livre, je l'ai choisi pour une mauvaise raison : sa couverture que je trouvais irrésistible et parfaite pour les beaux jours. En ce qui concerne le reste, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre ni même d'Harriet Lane. C'était donc une totale découverte qui s'est transformée en une très bonne surprise !

 

 Frances mène une existence plutôt tranquille. Elle est célibataire, vit dans un petit appartement terne et sans charme, entretient des relations assez froides avec ses propres parents et occupe un poste sans intérêt dans un journal. Le beau monde, Frances le regarde de loin. Elle travaille dans le monde des lettres mais ne fait que corriger les chroniques des autres. Elle se sent invisible, insignifiante, quelconque...

 

 Jusqu'au jour où elle se retrouve bien malgré elle au coeur d'un événement effroyable mais qui va redonner un sens à sa vie. C'est elle qui découvre la voiture accidentée de la femme d'un grand écrivain. Celle-ci lui confie quelques mots avant de rendre son dernier souffle. Dans ces quelques mots, Frances, sans même savoir à qui elle parle, devine l'aisance, l'élégance, la sérénité et la vie de rêve de cette femme. Cela devient rapidement une obsession. D'elle, elle veut tout savoir, tout connaître...

 

 

 Dérangeant et bluffant, Le Beau monde est un thriller psychologique habilement mené. Manipulation, obsession, intrusion, on ne sait pas jusqu'où l'auteur va nous emmener. C'est assez déstabilisant - et très malin ! - car on a du mal à cerner Frances. On sent qu'elle a passé des années à vivre dans l'ombre, à observer les gens importants, à déchiffrer leurs codes. On ne sait pas si elle a tout planifié depuis le début ou si les choses se sont enclenchées au fur et à mesure, un peu malgré elle, mais on n'arrive pas vraiment à lui en vouloir. Frances est beaucoup plus intelligente que ne l'imaginent les personnages qui l'entourent. Elle porte un regard lucide, détaché, souvent cruel mais plein de bons sens sur le beau monde et la vie en général. Elle a une façon bien à elle de voir les choses et d'envisager l'avenir et la réussite. C'est un roman surprenant et troublant, glaçant et délicieux en même temps. Une bonne surprise !

 

En quelques mots :

Le monde des lettres et la haute société londonienne décortiqués et montrés du doigt avec cynisme et subtilité dans un thriller troublant et épatant. J'ai beaucoup aimé.

 

Voir les commentaires

2015-05-30T19:31:00+02:00

Un assassinat de qualité

Publié par MyaRosa

A Better Quality of Murder - Ann Granger

356 pages, éditions 10/18 (Grands détectives), mai 2015

L'histoire :

Londres, 1867. Un soir d'octobre, alors que l'inspecteur Ben Ross de Scotland Yard rentre chez lui, le fog tourbillonne et l'enveloppe telle une créature vivante. Lorsque le brouillard se lève le lendemain, une femme gît assassiné dans Green Park. Allegra Benedict était la belle épouse italienne d'un marchand d'art de Piccadilly. Qu'avait-elle été faire à Londres cet après-midi ? Pourquoi avait-elle vendu sa broche dans Burlington Arcade quelques heures avant sa mort ? Alors que Ben poursuit son enquête, son épouse Lizzie se penche sur la vie privée d'Allegra et découvre plus d'une raison pour laquelle quelqu'un aurait voulu sa mort.

 

Mon avis :

 

 Quel bonheur de voyager dans le temps et de retrouver Lizzie et Ben pour une nouvelle enquête ! Nous sommes à Londres, à l'époque victorienne. Lizzie et Ben forment un joli couple. Elle est fille de médecin, courageuse et intelligente. Lui est inspecteur de Scotland Yard et prend son travail très à coeur. Nous avons déjà fait leur connaissance dans deux précédents romans : Un intérêt particulier pour les morts et La curiosité est un péché mortel.

 

 Cette fois, Ann Granger nous prend au piège grâce au fameux fog londonien, ce brouillard tellement épais qu'il semble vivant. L'ambiance est étrange et effrayante. On ne voit pas plus loin que le bout de son nez. On marche à l'aveuglette, espérant ne pas tomber dans la Tamise. Pourtant, un danger plus terrible encore nous menace... Dans les rues de Londres, on raconte que les jours de brouillard, un spectre menaçant vient vous prendre par surprise et vous serrer la gorge... Foutaises, direz-vous, pourtant, le lendemain, un corps est retrouvé à Green Park. La morte était une femme magnifique, riche épouse d'un marchand d'art et elle a été étranglée. Se pourrait-il que cet acte cruel soit l'oeuvre du spectre ou quelqu'un lui voulait-il du mal ? Mystère...

 

 

 J'ai beaucoup aimé ce roman, plus encore pour le tableau qu'il dépeint que pour l'enquête en elle-même, je crois. Quel portrait terrible de l'époque victorienne ! On y dénonce l'hypocrisie, les inégalités (entre hommes et femmes, entre riches et pauvres), le manque de considération des notables pour les classes inférieures et leur côté moralisateur. Les descriptions des rues de Londres et du fameux fog sont aussi terribles que superbes. On a l'impression de sentir, de voir et d'entendre tout ce que l'auteur nous décrit. C'est comme si on voyageait dans le temps. On est au coeur de l'histoire, on en fait même partie.

 

 Une fois encore, j'ai passé un très bon moment. Je me suis régalée ! J'aime beaucoup, beaucoup Ann Granger. J'ai eu un coup de coeur immédiat quand j'ai découvert le premier volet des enquêtes de Lizzie et Ben et depuis, j'attends chaque nouvelle parution avec impatience. Lizzie, Ben, Londres et l'époque victorienne, tout cela me manque déjà...  Merci aux éditions 10/18 de publier enfin en français les romans d'Ann Granger et de nous offrir d'aussi belles couvertures. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, je les trouve toutes superbes !

 

En quelques mots :

Tout aussi réussi que les deux premiers, ce roman policier m'aura tenu en haleine du début à la fin. J'ai adoré cette atmosphère pesante et oppressante ainsi que ce tableau cruel et sans fard de l'époque victorienne.

 

 

A découvrir aussi :

Un intérêt particulier pour les morts

La curiosité est un péché mortel

 

 

Voir les commentaires

2015-05-11T10:52:11+02:00

Prendre Lily

Publié par MyaRosa

Marie Neuser

521 pages, Fleuve noir, mai 2015

L'histoire :

Une mère de famille retrouvée assassinée dans sa baignoire, les seins tranchés, les doigts comme un écrin renfermant deux mèches de cheveux.
Le corps d'une étudiante coréenne abandonné la nuit dans un quartier désert.
Et des jeunes femmes qui témoignent : leurs cheveux coupés net, tandis qu'elles vivent, marchent, respirent dans une petite ville balnéaire d'Angleterre qui ne connaît pas les débordements.

Non loin de la salle de bains de Lily Hewitt vit Damiano Solivo. On lui donnerait le bon Dieu sans confession si ce n'étaient ces déviances auxquelles il s'adonne en secret.
Mais son épouse peut le jurer : Damiano est innocent. Damiano est même victime. Victime, oui : de la complexité d'une machinerie sociale et judiciaire qui sait comment on façonne les monstres.

 

Mon avis :

 

 "Prendre Lily" est le premier volet d'un diptyque intitulé "Prendre femme" qui s'inspire d'un fait divers qui a chamboulé l'Angleterre et l'Italie de 1993 à 2011. Le second volet, "Prendre Gloria", devrait paraître en 2016.

 

 L'originalité du roman de Marie Neuser est que le coupable du crime est identifié par la police dès le début. Pourtant, les preuves manquent et le suspect, malgré les nombreux interrogatoires et les soupçons qui pèsent sur lui, arrive toujours à s'en sortir. Nous suivons l'équipe chargée de l'enquête durant huit ans. Huit années de traque infernale, de lutte, d'espoir, d'insomnies et de rage, en particulier pour Gordon qui met sa vie en suspens tant il est hanté par le fantôme de Lily et obsédé par cette affaire.

 

 Pour être honnête, j'ai eu un peu de mal au début de ma lecture car je ne voyais pas comment l'auteur allait réussir à maintenir l'attention et l'intérêt du lecteur en nous dévoilant tant de choses dès le début. Le fait que l'enquête piétine et tourne en rond m'a prise au dépourvu. Je m'attendais à quelque chose de plus palpitant, de plus sensationnel peut être, et je trouvais le temps un peu long. Et puis, contre toute attente, je me suis prise au jeu et j'ai été, moi aussi, et sans même m'en rendre compte, totalement obsédée par cette enquête. Je voulais à tout prix que Solivo avoue, qu'il se retrouve piégé et qu'il paie pour ses actes abominables. Je n'ai plus vu le temps passer et je n'avais même pas envie de refermer le livre. Je pensais à Lily, à Sun, à Gloria...

 

 L'auteur a réussi à rendre les personnages plus vrais que nature. Il y a bien sûr Solivo, personnage complexe et bordeline que l'on prend tantôt pour un simple d'esprit, tantôt pour un être machiavélique intelligent et répugnant, mais il y a aussi et surtout Gordon, cet enquêteur qui s'oublie totalement dans cette enquête et veut tellement aller au bout des choses qu'on le croirait investi d'une mission vengeresse. Il est prêt à tout et même à vendre son âme au diable pour coincer le meurtrier de cette innocente mère de famille retrouvée atrocement mutilée et dont le cadavre le hante encore à chaque instant. Les autres membres de l'enquête s'investissent aussi, mais ils ont une vie à côté et ne franchissent pas les limites. Gordon, lui, semble n'en avoir aucune ce qui est à la fois rassurant et terrifiant.

 

 Finalement, ce livre m'aura tenu en haleine et passionné jusqu'à la fin et je suis vraiment très impatiente de découvrir le second volet de ce diptyque implacable et fascinant qui met en avant la follie humaine, le manque de scrupule et tout ce que peut acheter l'argent. Le fait que cette histoire soit basée sur des faits réels n'en est que plus effrayant et on se sent un peu coupable d'être à ce point obsédé par cette enquête. Voyeurisme, fascination morbide, volonté de comprendre la complexité du cerveau humain, désir de justice, il y a un peu de tout cela, je crois, dans "Prendre Lily" et ça fonctionne très, très bien !

 

En quelques mots :

Un roman noir implacable dont on ne sort pas indemne. Une lecture addictive, effrayante et fascinante. J'attends avec impatience le second volet de ce diptyque !

 

 

Voir les commentaires

2015-04-13T10:06:26+02:00

Je suis lasse des ombres (Alan Bradley)

Publié par MyaRosa

I Am Half-Sick of Shadows - Alan Bradley

307 pages, éditions 10/18 (Grands détectives), avril 2015

L'histoire :

C’est Noël, et Flavia de Luce – enquêtrice amateur de 11 ans avec une passion pour la chimie – s’est enfermée dans son laboratoire pour concocter une potion afin de piéger le Père Noël. Mais elle est dérangée par l’arrivée d’une équipe de cinéma venue tourner un film dans le manoir familial croulant de Buckshaw, avec la fameuse Phyllis Wyvern dans le rôle principal. Malgré le blizzard, tout le village de Bishop’s Lacey se retrouve à Buckshaw pour assister à la performance de Wyvern. Personne, pourtant, ne s’attendait à ce que la soirée se termine sur une note aussi macabre : un cadavre est retrouvé étranglé avec une bobine de film…

 

Mon avis :

 

 "Je suis lasse des ombres" est la quatrième enquête de Flavia de Luce, petite fille de onze ans passionnée par la chimie qui se retrouvé malgré elle au coeur de sombres affaires. Ses aventures se déroulent dans la campagne anglaise durant les années 1950. Flavia vit avec sa famille au manoir de Buckshaw que son père commence à avoir beaucoup de mal à entretenir et même à conserver. Certaines pièces sont laissées à l'abandon, ce qui en fait le terrain de jeu idéale pour une fillette curieuse, exploratrice en herbe. L'avenir de la famille De Luce dans la demeure familiale est plus qu'incertain. Alors, lorsqu'une équipe de cinéma s'intéresse à Buckshaw pour le tournage d'un film, le père de Flavia saute sur l'occasion et accepte de sacrifier certaines pièces de sa précieuse demeure pour quelque temps. Le manoir, d'ordinaire si calme et silencieux, se retrouve donc envahi par toute une équipe de tournage et par quelques célébrités. Une chose est sûre, ce Noël ne sera pas comme les autres...

 

 

 J'admire totalement Alan Bradley - quelle intelligence, quelle ingéniosité et quel humour aussi ! -et je suis une fan inconditionnelle de Flavia de Luce. Je pourrais arrêter tout ce que je suis en train de faire pour passer un instant à Buckshaw. A chaque fois que je me plonge dans cet univers, j'oublie tout le reste, je suis dans ma bulle. Je souris tout le temps, je me bidonne comme une baleine (pour reprendre l'expression de Flavia) et je m'émerveille du talent, de l'écriture remarquable et de l'imagination de Mr Bradley. Flavia fait partie de mes personnages littéraires préférés. Elle est unique en son genre et inoubliable. Une fois encore, je me suis régalée !

 

 La particularité de ce tome est qu'il se déroule en huis clos, à Buckshaw. Cette fois, on ne se balade pas aux côtés d'une Flavia à bicyclette qui explore son village. L'histoire se passe au moment de Noël et à cause de la neige, les voisins se retrouvent tous bloqués à Buckshaw en plus de l'équipe de tournage qui était déjà présente là-bas. C'est dans cette atmosphère confinée qu'un cadavre va être retrouvé et que notre petite Flavia va mener l'enquête, tout en concoctant un plan pour découvrir si le Père Noël existe vraiment ou non.

 

 

 J'ai beaucoup aimé cette ambiance qui n'est pas sans rappeler celle des romans d'Agatha Christie. Flavia m'a encore fait mourir de rire et je prends toujours autant de plaisir à suivre les disputes des soeurs De Luce et les réparties cinglantes qu'elles s'envoient. Les questions que se posent Flavia sur la vie, sur l'histoire de sa famille et la façon dont elle cherche sa place me touchent beaucoup. Cette enquête n'est pas la plus palpitante des quatre tomes, il y a un peu moins de suspense, mais elle est tout de même très bien menée et j'ai aimé découvrir Buckshaw sous un autre jour et pouvoir l'explorer davantage. Comme toujours, je me sens un peu triste et nostalgique de quitter Flavia et Buckshaw. Vite, vite, une autre enquête ! Merci de tout coeur aux éditions 10/18 d'avoir publié ce tome inédit et de ne pas nous avoir laissé sur notre faim, car il y a quelque mois encore, on ignorait si la suite des aventures de Flavia serait traduite en français...

 

En quelques mots :

Comme tous les autres tomes... un régal !

Une héroïne unique et inoubliable qu'on n'a pas du tout envie de quitter.

 

Quelques extraits :

"Il m'arrivait de me sentir au bord d'un océan froid, un pied dans le Nouveau Monde et un pied dans l'ancien. Tandis qu'ils s'éloignaient irrémédiablement, je courais le risque de me retrouver déchirée en deux."

 

"Pour Daffy, l'argent représentait des livres, et bien que Buckshaw en contînt plus que la bibliothèque de Bishop's Lacey, aux yeux de ma soeur, ce n'était jamais assez.

"Les livres sont comme de l'oxygène pour un plongeur sous-marin, avait-elle déclaré un jour. Retirez-les-moi et vous n'aurez plus qu'à commencer à compter les bulles."

 

"Ma vie serait-elle donc toujours ainsi ? Allais-je éternellement passer en quelques secondes du soleil à l'ombre ? Du chaos à la solitude ? D'une colère intense à un amour encore plus intense ?"

 

Toutes les enquêtes de Flavia déjà publiées :

Les étranges talents de Flavia de Luce

La Mort n'est pas un jeu d'enfant

La Mort dans une boule de cristal

Je suis lasse des ombres

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog