Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

thrillers - policiers -...

2013-01-16T14:45:00+01:00

Des Noeuds d'acier (Sandrine Collette)

Publié par MyaRosa

Des Noeuds d'acier

de Sandrine Collette

dnda

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Denoël / Sueurs froides

Date de parution : 17 janvier 2013

Nombre de pages : 265

Prix : 17€

 

L'histoire : Avril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, au creux d'une vallée isolée couverte d'une forêt noire et dense, un homme est enchaîné. Il s'appelle Théo, il a quarante ans, il a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Comment Théo a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l'ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d'eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers. Mais qui pourrait sortir de ce huis clos sauvage d'où toute humanité a disparu ?

 

monavis2

 

 Des Noeuds d'acier est le premier roman de Sandrine Collette et je suis certaine qu'on entendra parler d'elle car elle commence fort ! Ce roman est impossible à lâcher, une fois commencé, et même si on est plongé dans l'horreur d'un bout à l'autre, on en redemande ! L'auteur nous entraîne dans un huis clos aussi fascinant que déroutant. Théo, un quarantenaire tout juste sorti de prison, se retrouve enfermé dans une cave par deux vieillards et se voit rapidement réduit en esclavage, complètement impuissant face à ses hommes fous et dangereux. On suit le quotidien de Théo, sa descente aux enfers, l'humiliation et les tortures qu'il subit jour après jour. C'est dur, violent et pourtant, on n'arrive pas à décrocher. On veut à tout prix savoir s'il va s'en sortir, et si oui, comment. On veut comprendre ce qui peut pousser des êtres humains à être aussi cruels et sans scrupules et on se demande ce qu'on ferait si on était à la place de Théo.

 

 Terriblement inquiétant et profondément troublant, ce huis clos ne peut laisser quinconque indifférent. L'écriture de l'auteur est agréable et ne souffre d'aucune lourdeur. Sandrine Collette ne nous épargne rien et pourtant, on n'a pas le sentiment qu'elle essaie de trop en faire ou de rajouter des scènes de violence inutiles. Les détails nous permettent justement d'imaginer l'horreur de la situation et de nous mettre dans la peau de Théo l'espace de quelques heures. J'ai dévoré ce roman très rapidement, écoeurée et fascinée à la fois, tournant les pages avec appréhension et avidité, ne sachant plus vraiment ce que je désirais : que Théo s'en sorte ou qu'il meure au plus vite. C'est un thriller noir et percutant dont on ne sort pas indemne... Accrochez-vous !


Voir les commentaires

2012-10-19T08:02:00+02:00

La Mort dans une boule de cristal (Alan Bradley)

Publié par MyaRosa

La Mort dans une boule de cristal

Une enquête de Flavia de Luce (3ème volet)

(A Red Herring Without Mustard)

de Alan Bradley

traduit de l'anglais par Hélène Hiessler

La mort dans une boule de cristal

Catégorie(s) : Roman policier / Jeunesse

Edition / Collection : Editions du Masque / MSK

Date de parution : 10 octobre 2012

Nombre de pages : 405

Prix : 17,60€

 

L'histoire : Toujours aussi curieuse et téméraire, la jeune détective Flavia de Luce reprend du service. Fenella Faa, une gitane de passage dans le Sud de l’Angleterre, a été agressée dans sa roulotte non loin du manoir de Buckshaw. La diseuse de bonne aventure en savait-elle trop ? Quand on retrouve un cadavre pendu à la fontaine de Poseidon, Flavia n’a pas besoin d’une boule de cristal pour comprendre que les deux affaires sont liées. Décidée à éclaircir le mystère, elle se lance dans l’enquête, sans savoir ce que l’avenir lui réserve…

 

monavis2

 

9781409118169.jpgcoeur Je ne sais pas si vous vous souvenez de mon engouement pour les deux premiers volets des enquêtes de Flavia de Luce, mais ces livres ont été pour moi une véritable révélation. J'ai rarement été passionnée à ce point par un roman et je n'avais vraiment pas grand chose à redire sur l'univers d'Alan Bradley et sur son écriture. Je suis totalement fan de Flavia, cette chimiste en herbe, curieuse et malicieuse, et de Buckshaw, le manoir délabré dans lequel sa famille vit depuis des générations et qui est, dans chaque intrigue, un personnage à part entière. Je sais que l'écriture d'Alan Bradley ne fait pas l'unanimité mais j'adhère totalement et pour moi, il n'y a rien à jeter. L'auteur est un adepte des digressions, des longues descriptions et des références qui ne parlent pas à tout le monde, tout ce qu'en général je n'aime pas, et pourtant, je me régale à chaque fois et je n'imagine pas une aventure de Flavia sans tout cela. Ca colle tellement bien à l'histoire, aux personnages. A chaque fois, j'ai l'impression de me retrouver dans la campagne anglaise des années 1950, et j'adore ça ! La politesse, les règles de savoir-vivre, les restes de l'aristocratie, le puritanisme et les ragots de village sont un vrai régal et qu'est ce qu'elle est drôle cette Flavia ! Une fois encore, j'ai passé un merveilleux moment.

 

Alan-Bradley__A-Red-Herring-Without-Mustard-130.jpg Il se passe encore de drôles de choses à Bishop's Lacey... Flavia fait la connaissance d'une gitane qui semble connaître beaucoup de choses sur elle et sur sa mère. Peu de temps après l'avoir invitée à séjourner sur les terres des de Luce, Flavia découvre la gitane presque sans vie dans sa roulotte. Que s'est-il passé ? Elle surprend ensuite un homme peu fréquentable à l'intérieur du manoir en plein milieu de la nuit et tombe nez à nez avec son cadavre peu de temps après... Il se passe vraiment de curieuses choses par ici... bk-Red-Herring-Polish.jpgLoin d'être effrayée, Flavia décide de mener l'enquête de son côté et compte bien en profiter pour faire quelques expériences dans son laboratoire de chimie. Encore une fois, notre petite chimiste va se mettre dans des situations dont elle ne soupçonne pas le danger.

 

 J'ai vraiment adoré cette nouvelle intrigue. C'est toujours un plaisir de retrouver les anciens personnages (Dogger, Madame Mullet, les soeurs de Flavia, ...), on en apprend un peu plus sur chacun d'eux, et c'est également très agréable de découvrir d'autres personnages comme Fenella ou Porcelaine. Flavia m'a encore impressionné par son intelligence et ses brillantes déductions et elle m'a fait beaucoup rire lorsqu'elle se met dans des situations embarassantes, notamment lorsqu'elle se retrouve coincée avec un coq agressif. Elle a une façon de se défendre vraiment peu banale. Quelle drôle de petite fille ! J'ai également été très émue par tous les passages qui concernent sa mère disparue. Harriet est présente dans chaque recoin de Buckshaw et à tout moment dans le coeur de Flavia. Je serais bien restée encore un petit moment à Buckshaw. J'aurais aimé explorer les couloirs, les chambres vides, la bibliothèque et le laboratoire en compagnie de Flavia et qu'elle me prépare le super petit déjeuner dont elle a le secret. C'est vraiment l'un de mes personnages préférés en littérature. Je suis totalement fan et j'en redemande. Vivement la suite !

 

a-red-herring-without-mustard.jpg

 

 "J'avais très tôt appris que l'esprit aime beaucoup se faire des frayeurs en se racontant des histoires invraisemblables, comme s'il prenait les neurones pour une bande de scouts crédules et innocents rassemblés autour d'un feu de camp dans l'obscurité du crâne."

 

"Les meilleurs homme sur terre sont comme ça : ils ne cherchent pas à vous emprisonner dans les mailles d'un filet."

 

"Un menteur déteste par dessus-tout découvrir qu'un autre menteur l'a trompé."

 

"Je me tenais au bas des escaliers, un peu à l'écart des autres, contemplant, comme si c'était la première fois, la splendeur mélancolique de la demeure ancestrale des de Luce. A une époque, des échos de rires avaient résonné dans les couloirs de Buckshaw, du moins me l'avait-on raconté, mais très franchement, j'avais du mal à me l'imaginer. Le manoir semblait s'être figé dans une pose austère, ne renvoyant que l'écho de chuchotements et imposant des limites invisibles mais rigides à tous ceux qui vivaient dans ses murs."

 

 

Voir les commentaires

2012-10-12T12:14:00+02:00

Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage

Publié par MyaRosa

Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage

(The Herring Seller's Apprentice)

de L.C. Tyler

couv74706289.jpg

Catégorie(s) : Roman policier - littérature anglaise

Edition / Collection : Sonatine

Date de parution : 13 septembre 2012

Nombre de pages : 229

Prix : 16,20€

 

L'histoire : Ethelred Tressider écrit des romans policiers sous trois noms différents. Et, ces temps-ci, il a trois fois plus de problèmes que n’importe qui. Avec l’inspiration d’abord, qui commence à lui faire sérieusement défaut, avec son agent littéraire ensuite, l’encombrante Elsie, qui n’aime ni la littérature ni les écrivains, avec son ex-femme enfin, Géraldine, qui vient de disparaître mystérieusement. Lorsque le corps de celle-ci est retrouvé près de chez lui et que la police évoque la piste d’un tueur en série, l’infatigable Elsie pousse notre brave romancier à exploiter d’hypothétiques talents de détective pour résoudre cette étrange affaire qui, elle en est convaincue, saura lui rendre l’inspiration...

 

monavis2.jpg

 

 J'ai tout de suite été intriguée par le titre de ce livre, long et énigmatique, qui promettait une lecture un peu loufoque et déjantée. Ce que je peux vous dire, pour commencer, c'est que je me suis régalée ! Ce livre ne plaira pas à tout le monde, c'est certain, mais il devrait satisfaire tous les adeptes de l'humour british et ceux qui aiment les lectures un peu décalées. J'ai tout de suite bien accroché au style de L.C. Tyler, souvent assez familier et toujours très drôle et j'ai beaucoup aimé les personnages, aussi bien Ethereld, l'écrivain raté en manque d'inspiration, que Elsie, l'agent littéraire totalement loufoque et qui ne mâche pas ses mots. A eux deux, ils forment une paire d'enquêteurs très originale et j'ai aimé les suivre durant cette enquête.

 

 Il y a dans ce roman plusieurs histoires liées les unes aux autres. Il est question du métier d'Ethereld, de la difficulté d'écrire et de son manque d'inspiration. Il est comme hanté par les personnages de ses romans, surtout par Fairfax, son personnage le plus connu, qui selon Ethereld, mène une vie propre et l'empêche d'écrire ce qu'il voudrait, le faisant souvent partir dans des cheminements sans queue ni tête ou en décalage avec ce qu'il avait prévu d'écrire. En plus des romans policiers, il écrit aussi des romans policiers historiques ainsi que des romans sentimentaux et on a l'impression qu'il n'a rien choisi, que ça lui est tombé dessus comme ça, d'un coup. Qu'il devait écrire ces histoires qu'il n'a pas choisi alors qu'il rêve d'écrire tout autre chose. J'ai beaucoup aimé tous ces passages sur l'écriture et l'image de cet écrivain totalement dépassé et possédé par les personnages de ses romans, emprisonné au coeur d'histoires qui ne lui plaisent pas. On suit également sa relation compliquée avec Elsie, son agent littéraire, qui le pousse à enquêter sur la disparition de son ex-femme. Elsie vaut son pesant d'or. J'ai adoré cette petite bonne femme accro au chocolat, ses habitudes vestimentaires risibles et son franc-parler. Elle est vraiment excellente et m'a fait beaucoup rire. Bien sûr, pour comprendre l'enquête, on revient aussi sur le passé d'Ethereld, sur son histoire avec Géraldine et ce qui a fait capoter leur couple.

 

 En dehors de cela, il y a bien évidemment l'enquête qui n'est pas en reste. L'auteur nous entraîne sur des fausses pistes, sème des indices là où on ne les attend pas et nous fait tourner en rond. Il joue avec les codes et les clichés du roman policier et les détourne avec brio. Il y a dans ce roman policier beaucoup de codes des classiques du genre et en même temps un petit quelque chose de très moderne. J'ai beaucoup aimé suivre les différents rebondissements, l'avancée de l'enquête et les pensées des personnages. La fin ne m'a vraiment pas déçue et je suis déjà impatiente de lire d'autres romans de L.C. Tyler (Celui-ci est le premier d'une série). Drôle, décalé et en même temps très bien ficelé, ce polar saura séduire les amateurs du genre et ceux qui aiment l'humour british. J'ai passé un excellent moment et je suis très contente de cette belle découverte qui me change de ce que j'ai l'habitude de lire. A ne pas manquer !

 

                      The Herring Seller´s Apprentice  The-Herring-Sellers-Apprentice-220x300

 

"Ma crainte n'est pas de me retourner un jour sur les cinq dernières années de ma vie et de les trouver désespérément mornes et vaines. Ma crainte est de m'apercevoir qu'elles furent les meilleures de mon existence."

 

"Il y a une différence majeure entre la fiction et la vraie vie. La fiction doit être crédible.

Les personnages que crée le romancier sont tenus d'avoir un comportement cohérent, malgré le fait que nous soyons tous une somme d'exceptions et de contradictions. Dans la vraie vie, il suffit que nous ayons étiqueté quelqu'un d'avare pour qu'il nous déçoive aussitôt avec un acte de générosité totalement gratuit. Dans la vraie vie, les gens les plus inattendus deviennent des héros, et certaines personnes que vous croiseriez dans la rue sans même vous retourner ont peut-être bien une grand-mère assassinée enterrée sous la dalle de béton de la nouvelle véranda."

 

"Je ne sais pas si vous faites des puzzles, mais il y a toujours un moment où vous jureriez que ces idiots ont encore oublié une pièce. Vous avez beau fouiller dans la boîte, aucune ne ressemble, même de loin, à celle qui vous manque. Et puis vous en ramassez une que vous aviez sous les yeux depuis le début, vous la retournez et bingo ! Eh ben là, ça me fit exactement le même coup. La pièce dont j'avais besoin avait toujours été là, elle attendait seulement que je la regarde dans le bon sens."



Voir les commentaires

2012-09-21T13:54:00+02:00

Vertiges mortels (N. Baer & J. Greene)

Publié par MyaRosa

Vertiges mortels

(Kill Switch)

de Neal Baer & Jonathan Greene

vertigesmortels

Catégorie(s) : Roman policier - Thriller

Edition / Collection : MA éditions / Pôle noir

Date de parution : 18 septembre 2012

Nombre de pages : 369

Prix : 20€

 

L'histoire : Claire Waters est une jeune psychiatre spécialisée en médecine légale, passionnée par son métier. Hantée par un événement traumatisant de son enfance – le kidnapping de sa meilleure amie devant ses yeux à l'âge de huit ans – Claire a toujours été attirée par les patients dits incurables, ceux qui semblent n'avoir ni conscience ni peur. Elle accepte de rejoindre le programme mis en place par le célèbre docteur Paul Curtin au centre pénitencier de Rikers Island, l'une des plus grandes institutions psychiatriques des États-Unis. Dès son premier jour, et comme pour tester ses capacités, le docteur Curtin lui demande d'interroger un certain Todd Quimby afin de déterminer s'il est apte à retourner à la vie civile. Détenu à l'esprit dérangé, dont le beau visage enfantin dissimule une histoire sordide de dysfonctionnement et de mauvais traitements, Quimby réveille chez Claire quelque chose qu'elle préférerait ne pas affronter. Elle donne alors un peu trop rapidement un avis favorable à la sortie de Quimby. Quelques nuits plus tard, l'homme l'appelle chez elle en lui expliquant que ses pulsions le reprennent. Le lendemain matin, Claire apprend qu'une jeune prostituée blonde a été retrouvée morte à Times Square, étranglée avec une corde et les yeux brûlés à l'acide.
Elle se rend aussitôt au commissariat pour raconter ce qu'elle sait et se retrouve devant l'inspecteur Nick Lawler. Tout d'abord soupçonneux à l'égard de la jeune femme, il comprend vite que les informations qu'elle vient lui apporter sont sûrement d'une importance capitale. Une course contre la montre s'engage alors contre Todd Quimby...

 

monavis2

 

kills.jpg J'avais envie de retourner un peu vers un genre que j'apprécie énormément, les romans policiers et thrillers. La couverture et le synopsis de ce roman m'ont bien plu et même si je n'apprécie pas trop les bandeaux publicitaires, celui-ci a quand même attisé ma curiosité car j'aime beaucoup la série New York Unité Spéciale. Au début de ma lecture, j'ai été un peu désarçonnée par l'écriture (ou le traduction ?) de ce roman que je trouvais trop simpliste voire un peu brouillonne. Néanmoins, je suis rentrée dans ks2.jpgl'histoire très rapidement et j'ai vite oublié mes premières impressions pour me laisser porter par cette enquête en apparence banale mais qui se révèle finalement plus surprenante et originale que ce que j'avais imaginé.

 

 C'est un roman qui se lit très rapidement. Tout est bien expliqué, on rentre vite au ks.JPGcoeur de l'enquête et les rebondissements ne se font pas attendre. J'ai bien aimé la construction de ce roman qui est assez originale puisque j'ai eu l'impression durant ma lecture de lire deux livres différents. Il y a deux enquêtes traitées l'une après l'autre par les mêmes personnages, un peu comme si c'était une série télévisée en plusieurs épisodes. Cette idée m'a bien plu. Concernant l'enquête, comme je l'ai dit plus haut, on part sur quelque chose de très classique au départ mais les surprises arrivent à point nommé. En revanche, j'ai trouvé que c'était assez tiré par les cheveux. Ca manque parfois d'explications et c'est surtout beaucoup trop facile. Les protagonistes mettent le nez dans une enquête et tombent presque d'emblée sur les bonnes pistes. C'est tout de même un peu gros... Néanmoins, j'ai passé un bon moment et j'ai bien aimé la fin du roman. Le style n'est certes pas transcendant mais ça se lit très bien et les personnages sont sympathiques. Nick m'a beaucoup plu, c'est un personnage intéressant, hanté par son passé et ses secrets et il a finalement beaucoup de points communs avec Claire, la belle et jeune psychiatre. Qui sait, peut-être qu'ils nous réservent encore d'autres enquêtes de ce genre ? Si c'est le cas, je serai au rendez-vous !

 

Voir les commentaires

2012-08-28T11:26:00+02:00

Penelope Green : L'affaire Bluewaters

Publié par MyaRosa

Penelope Green, tome 2 :

L'affaire Bluewaters

de Béatrice Bottet

couv63083819.jpg

Catégorie(s) : Roman policier - Jeunesse/Jeunes adultes - Aventure

Edition / Collection : Casterman

Date de parution : 25 mai 2012

Nombre de pages : 328

Prix : 15€

 

Mon avis sur le premier tome

 

L'histoire :

Nom : Green

Prénom : Penelope

Situation familiale : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green

Situation professionnelle : journaliste de choc au Early Morning News

Signes particuliers : un terrible mal de mer, un garde du corps français particulièrement précieux et un goût prononcé pour l'aventure et le danger.

 

La première enquête de Penelope Green a bien failli lui coûter la vie. Mais qu'à cela ne tienne ! Il n'est pas dit que ce léger contretemps suffira à la décourager. A peine remise de ses émotions, la voici qui prend la mer, direction NEW YORK, où l'attend un nouveau terrifiant mystère.

 

monavis2

 

 Charmée par le premier tome de cette série lu il y a quelques jours, j'ai abandonné toutes mes lectures en cours pour me plonger dans une autre enquête de Penelope. J'ai bien fait car j'ai passé un très bon moment. J'ai aimé ce second tome au moins autant que le premier voire encore plus. L'affaire Bluewaters est une affaire sombre, très sombre. Il est rare de voir autant de noirceur dans un livre destiné à la jeunesse et c'est justement ce qui me plait dans cette série. Toutes ces histoires, aussi horribles soient elles, sont crédibles et pourraient avoir un fond de vérité. C'est vraiment glaçant ! Si ce n'est pas déjà fait, je vous déconseille d'aller lire les synopsis présents sur les sites marchands et sur les forums de lecture car ils en dévoilent beaucoup trop. En les lisant, j'ai appris plus de la moitié de l'histoire avant même d'avoir ouvert le livre et je regrette d'avoir appris certaines révélations - qui arrivent tardivement dans le roman - de cette façon. Néanmoins, rien n'aurait pu gâcher ce très bon moment de lecture. J'ai adoré retrouver les personnages, mener l'enquête avec Penelope et Cyprien et découvrir avec effroi toutes les pièces du puzzle menant à Bluewaters.

 

 Désormais journaliste au Early Morning News, Penelope Green est envoyée à New York dans le but de faire un article sur une jeune poétesse ayant obtenu un prix et doit, par la même occasion, observer la condition des femmes américaines afin d'écrire sur le sujet. C'est dans le bateau qui la conduit là-bas que Penelope fait la connaissance d'une femme fragile et mélancolique qui semble porter un lourd secret. Malheureusement pour elle, cette femme qui noie son chagrin dans le landanum, a l'esprit embrouillé et ne lui délivre que des bribes d'informations. Armée d'une patience d'or, Penelope est bien décidée à la faire parler car elle tient peut-être un article croustillant pour le journal qui l'emploie.

 

 Penelope est vraiment une héroïne hors du commun. Elle n'a pas froid aux yeux et ne recule devant rien pour connaître la vérité. Elle se met souvent en danger, au grand dam de Cyprien, le beau marin, qui s'inquiète sans cesse pour elle. Elle ne se conduit pas comme les jeunes filles de son époque, ne fait pas se qu'on attendrait d'elle et mène une vie tout à fait choquante pour ceux qui l'entourent, ce qui donne souvent lieu à des scènes très amusantes. Passer ses journées le nez sous une ombrelle à siroter du thé et à parler chiffon, très peu pour elle ! Penelope aime l'action, l'aventure et le frisson. C'est une héroïne comme je les aime. Cette fois, l'histoire ne se déroule plus à Londres, mais à New-York : parapsychisme, interprétation des rêves, trafics en tous genres, étrange orphelinat, corruption, opium, bienvenue en Amérique ! Un récit passionnant, impossible à reposer une fois commencé. Une enquête périlleuse, obscure et passionnante. J'en redemande !

 

coeurmya

Voir les commentaires

2012-08-25T17:44:00+02:00

Penelope Green : La Chanson des enfants perdus (Béatrice Bottet)

Publié par MyaRosa

Penelope Green, tome 1 :

La Chanson des enfants perdus

de Béatrice Bottet

couv67357758.jpg

Catégorie(s) : Roman policier - Aventure - Jeunesse/Jeunes adultes

Edition / Collection : Casterman

Date de parution : 14 septembre 2011

Nombre de pages : 310

Prix : 15€

 

Présentation de l'éditeur :  

NOM : Green
PRÉNOM : Pénélope
SITUATION FAMILIALE : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green
AMBITION (SCANDALEUSE) : devenir journaliste
SIGNES PARTICULIERS : une envie d'étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l'aventure et le danger

Pénélope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier FOXGLOVE COURT. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres ?

 

monavis2.jpg

 

 Je me suis offert le premier tome des aventures de Penelope Green il y a quelques mois, persuadée que ça ne pouvait que me plaire et je suis ravie de constater que je ne m'étais pas trompée. Ayant adoré la saga Rose-Aimée de Béatrice Bottet, j'avais envie de me plonger de nouveau dans l'univers de l'auteure et de faire la connaissance de cette mystérieuse Penelope Green dont je voyais le nom partout. J'ai passé un merveilleux moment et je ne peux que vous recommander cette charmante lecture à l'accent british.

 

 L'histoire se déroule à la fin du XIXème siècle. Penelope Green vient de perdre son père et se retrouve orpheline et seule dans la  maison famiale londonienne. Loin de faire ce que l'on attendrait d'une jeune femme bien comme il faut : se marier et laisser son époux gérer sa vie, Penny a un caractère bien trempé et a d'autres ambitions. Elle souhaite devenir journaliste comme son père. Cette excentricité à le don d'agacer Mrs Black, la cuisinière attitrée des Green, ainsi que Mrs Hillier qui voudrait bien que Penelope accepte enfin la demande en mariage de son fils, Wilfrid. Avant de mourir, son père a brûlé sans aucune explication, un dossier sur lequel il enquêtait et dont Penelope n'a pu apercevoir que le nom : Foxglove court. Il n'en faut pas plus pour aiguiser la curiosité de notre héroïne qui voit là une bonne occasion de rendre hommage à son père et de lui succèder dans son travail. Mais Penelope est loin de se douter de ce qu'elle va découvrir dans les quartiers malfamés de Londres...

 

 Je me suis régalée en lisant ce livre. J'ai vraiment tout aimé. Penny et son fort caractère, les répliques cinglantes qu'elle envoie à sa cuisinière spécialiste des bonnes moeurs, ses confrontations avec Wilfrid, l'enquête qui est absolument passionnante et effrayante et puis évidemment, Cyprien, le beau marin, piètre garde du corps mais tellement irrésistible ! Action, humour, dangers, amour, suspense et découverte du Londres des années 1880, j'ai été totalement charmée par ce premier opus. Même si j'avais un peu deviné le mystère, je ne m'attendais pas à une histoire si sombre et dérangeante. L'écriture de Béatrice Bottet est délicieuse. On sent qu'elle est passionnée par son sujet et qu'elle a envie de partager avec nous tout son savoir. Des thèmes passionnants sont abordés : la condition des femmes à cette époque, les clubs de gentleman, les suffragettes, la musique, l'univers des marins, la vie dans les bas-fonds de Londres,etc..  Ce roman m'a souvent fait penser à Rose-Aimée et ça ne m'a pas dérangé, bien au contraire. Je me réjouis déjà de découvrir second tome de cette série qui m'attend dans ma PAL - il est sorti en mai  et la sortie du troisième volet est prévue pour le 5 septembre - . Un cocktail réussi pour ce premier tome qui tient toutes ses promesses et marque le début d'une série policière jeunesse à ne pas manquer.

 

coeurmya.jpg

 

"Harry était supersticieux, ne passait jamais sous une échelle, voyait des présages partout et achetait aux vieilles marchandes ambulantes de la sauge qu'il mettait dans ses poches pour se garantir de tous les malheurs.

- Le malheur, on vit tous les jours dedans, lui crachait parfois une des filles, alors un peu plus un peu moins."

 

alire

                couv23023455.jpg ¤ couv74888712.jpg

Voir les commentaires

2012-07-12T04:00:00+02:00

Trois semaines pour un adieu

Publié par MyaRosa

Trois semaines pour un adieu

(Three weeks to say goodbye)

de C. J. Box

9782757828328

Catégorie(s) : Roman policier - Littérature américaine

Edition / Collection : Points

Date de parution : 7 juin 2012

Nombre de pages : 414

Prix : 7,90€

 

L'histoire : Trois semaines, et pas un jour de plus : Jack et Melissa devront alors rendre leur fillette de 9 mois à son père biologique. La séparation s'annonce d'autant plus déchirante que les motivations de ce bon à rien notoire de 19 ans, fils d'un juge influent, ne semblent guères paternelles... Commence alors le combat des parents adoptifs, aidés d'un ami policier, contre un système judiciaire corrompu.

 

¤¤

 

3585061.jpg Je ne connaissais pas C.J. Box et je n'avais jamais entendu parler de ce roman mais j'ai tout de suite été attirée par le synopsis. A la suite d'une erreur administrative commise par l'agence d'adoption, Jack et Melissa se retrouvent confrontés à une situation horrible et déchirante. Ils doivent renoncer à élever Angelina, leur petite fille adorée qu'ils ont ardemment désiré et attendu pendant tant d'années. Ils ont suivi la grossesse de la mère biologique et ont élevé cette petite fille avec amour et dévotion jusqu'à ce terrible coup de fil de l'agence d'adoption qui va bouleverser leur vie à jamais. Le père biologique veut récupérer sa fille et n'a jamais signé les papiers d'adoption. Le compte à rebours a sonné, Jack et Melissa, désarmés et sous le choc n'ont que trois semaines pour trouver un moyen de garder leur fille. Malheureusement pour eux, le combat semble perdu d'avance. Le père biologique d'Angelina n'est autre qu'un fils de juge intouchable...

 

goodbye.jpg Même si j'ai trouvé quelques passages un peu longs, j'ai beaucoup aimé ce roman. Le combat de Jack et Melissa est affreux et on souffre avec eux devant tant d'injustice. La tension est palpable durant tout le roman mais il y a, selon moi, plusieurs parties bien distinctes. Dans la première, une relation étrange s'installe entre le père biologique d'Angelina et Jack et Melissa. Celui-ci sait qu'il a toutes les cartes en main et que le couple serait prêt à tout pour qu'il signe les papiers. Il commence donc à s'immiscer dans leur vie... J'ai beaucoup aimé la tournure que prenait l'histoire, je pensais vraiment que tout l'intérêt du roman allait être dans cette relation étrange et j'ai été un peu déstabilisée et déçue de voir que finalement cet aspect là partait très vite en fumée pour partir sur autre chose. C'est dommage, car ça aurait pu être vraiment très intéressant. La deuxième partie m'a semblé du coup un  peu longue. J'ai trouvé qu'il manquait un peu d'action car il était surtout three.jpgquestion de démarches et des manoeuvres judiciaires. Néanmoins, je dois avouer que j'ai fini par m'intéresser à tout cela et j'ai trouvé toutes les explications très intéressantes. Dans la troisième partie, il y a beaucoup plus d'action et de rebondissements et apporte un petit quelque chose en plus.

 

  Bien différent des romans policiers que j'ai l'habitude de lire, celui-ci a su attiser ma curiosité et m'a beaucoup plu. J'ai aimé suivre Melissa et Jack dans leur combat, sentir la pression monter à mesure que le temps passait et découvrir comment fonctionne le système judiciaire américain. J'ai aimé les nombreux rebondissements même si j'aurais aimé que le schéma amorcé au départ soit un peu plus exploité. Malgré quelques passages un peu longs, je suis contente d'avoir découvert ce roman et j'ai bien envie de découvrir les autres livres de C. J Box. De plus, j'ai été très émue par les personnages et le dénouement de l'histoire. Un bon moment de lecture. 

 


Voir les commentaires

2012-07-08T23:16:00+02:00

Le Clebs

Publié par MyaRosa

Le Clebs

de Hervé Mestron

couv72678399

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Lokomodo / Zone d'ombres

Date de parution : 23 juin 2012

Nombre de pages : 169

Prix : 6€

 

L'histoire : Pete a tout pour être heureux : un emploi d'architecte, une épouse aimante, Cath, une vie bien rangée... Seulement voilà, il y a le beau Paulo, avec qui Cath entretient une relation fusionnelle et envahissante. Lorsque Pete tue accidentellement Paulo, il ne lui reste plus qu'à cacher le corps, mais il ignore qu'un mystérieux maître chanteur va l'envoyer jusqu'au bout de la folie. Et pourtant ! Paulo n'est jamais qu'un chien...

 

¤¤

 

 Intriguée par le résumé, j'ai eu envie d'en savoir plus sur cette histoire. Je ne connaissais pas les éditions Lokomodo ainsi que cette collection de livres de poche alors c'était l'occasion de tenter l'expérience. La couverture fait froid dans le dos mais elle est bien plus dans l'esprit du roman que celle de l'édition en leclebsgrand format. J'ai beaucoup aimé le format du livre et la taille de la police. Dommage qu'il y ait quelques coquilles...

 

 Ce roman me laisse une drôle d'impression. J'ai trouvé qu'il se lisait tout seul et j'ai beaucoup aimé l'écriture de Hervé Mestron, simple et efficace. Il arrive sans difficulté à nous mettre dans la peau de son personnage. Pete mène une vie paisible et ordinaire avec Cath, sa compagne. Ils ont une jolie petite maison, une vie bien rangée dans un quartier sans histoire. Mais tout bascule le jour où Pete tue accidentellement Paulo, le chien de Cath. Honteux et bouleversé, Pete fait le choix de ne pas en parler à Cath. Mauvais choix. Ce mensonge va bouleverser à jamais son existence. Pete s'enlise dans les mensonges et se retrouve coincé dans un engrenage infernal...

 

 J'ai aimé la façon dont l'auteur a construit ce récit. On suit Pete, on se questionne, on a parfois envie de le bousculer un peu et en même temps on espère qu'il réussira à se sortir de ce pétrin. Les personnages qui l'entourent nous paraissent étranges, tantôt sympathiques tantôt le_clebs.jpglouches. On en vient à douter de tout et de tout le monde. Ce récit est découpé en trois actes et le troisième m'a vraiment semblé très étrange. Jusqu'aux derniers mots, je ne savais pas du tout si j'allais trouver cette fin formidable ou complètement abracadabrante. J'étais vraiment perplexe et au final, je dois avouer que ça m'a bien plu. C'est un roman qui oscille sans cesse entre plusieurs tonalités. Je ne sais pas bien comment l'expliquer. On passe parfois de scènes légères et ordinaires à des passages violents et choquants pour revenir aussitôt à quelque chose de plus léger et normal, si bien qu'on se demande si on a bien lu. J'ai beaucoup aimé cette sensation. C'est un thriller vraiment particulier qui ne plaira pas à tout le monde mais j'ai beaucoup aimé car il m'a dérangé. Il m'a laissé un arrière goût étrange et indéfinissable que je trouve assez effrayant. J'aime les lectures qui me bousculentet là, je dois dire que c'est réussi !


Voir les commentaires

2012-07-02T14:35:00+02:00

La Fin de l'innocence

Publié par MyaRosa

La Fin de l'innocence

( The End of everything )

de Megan Abbott

couv31093218

Catégorie(s) : Littérature américaine - Roman noir

Edition / Collection : JC Lattès

Date de parution : 9 mai 2012

Nombre de pages : 331

Prix : 21€

 

L'histoire : Les années 1980. Lizzie, 13 ans, et sa voisine Evie Verver sont inséparables. Un jour, Evie disparaît. Le seul indice : la voiture que Lizzie a aperçue plus tôt dans la journée. Evie aurait-elle pu monter de son plein gré dans la voiture d'un homme ? Lizzie, rongée par la curiosité et le désir de sauver les Verver de l'anéantissement, essaie de comprendre ce qui a pu arriver. Elle passe ses journées avec M. Verver, sous le choc, et ses nuits à arpenter le quartier pour trouver des indices. Hantée par la disparition d'Evie, émoustillée par la place centrale qu'elle occupe dans les recherches, Lizzie découvre qu'elle est loin de tout savoir sur sa meilleure amie.

 

¤¤

 

 Pour une fois, mon billet sera très court. Pas parce que ce livre ne m'a pas plu, loin de là, mais parce que j'ai theend.jpgpeur de trop en dire. Je cherche depuis un bon moment une façon de parler de ce roman, de tous les sujets qu'il évoque mais j'ai à chaque fois l'impression que ce serait déjà dévoiler trop de choses. Ce que je peux vous dire, c'est que j'ai été totalement envoûtée par l'écriture de Megan Abbott. Dès les premières pages, j'ai été totalement happée par ses mots qui ont même pris le dessus sur l'histoire. Sur la quatrième de couverture, il y a citation du Sunday times sur ce roman que je partage à 100 % : "Un thriller psychologique accompli... un roman admirablement maîtrisé, addictif et hypnotique." Je me méfie souvent de ce genre d'avis et pourtant, cette fois, c'est exactement ce que j'ai ressenti. Ce roman est hypnotique, c'est exactement ça. Hypnotique et dérangeant. Il y a une atmosphère très particulière. Une sorte de tension qui ne nous quitte pas, nous bouscule, nous dérange et nous fascine en même temps. On n'arrive pas toujours à savoir ce qui nous gêne, mais on sait que c'est là tout près. On est partagé entre la répulsion et la fascination. C'est très étrange...

 

 J'ai savouré chaque page de ce livre et j'ai adoré cette atmosphère même si c'est assez étrange de l'avouer vu la noirceur de cette histoire. Megan Abbott met le doigt sur des choses que tout le monde préfère taire. Elle explore l'âme humaine et n'hésite pas à briser les tabous. C'est un roman noir très juste et d'une grande intensité. Les relations entre les personnages sont tellement complexes et en même temps tellement naturelles et sincères... Il y a beaucoup d'ambiguité dans les relations qu'entretiennent les personnages et cette histoire confirme qu'il y a finalement très peu d'écart entre le bien et le mal, l'amour et la haine. Si vous cherchez un thriller sanglant et bourré d'action, passez votre chemin, en revanche si vous aimez les romans noirs, les thrillers psychologiques, alors ne passez pas à côté de celui-ci. Je suis vraiment chamboulée par cette histoire. Scotchée par la justesse des propos, choquée par l'histoire et par ma propre réaction face à celle-ci. Ce thriller ne plaira pas à tout le monde, c'est certain mais ce qui est également sûr, c'est que je m'en souviendrai encore longtemps. Une vraie claque ! Je lirai les autres romans de Megan Abbott en espérant retrouver au travers d'autres histoires cette écriture qui m'a tant charmé.

 

VVV


"Alors sa voix s'élève, aiguë, tremblante, et mes mains sont sur lui. Il me répond, il cède, il raconte. J'ai beau voir le chagrin circuler en lui, dans ses veines, je ne sais pas d'où il vient ni comment l'arrêter. De toute façon, je ne sais même pas si j'aurais vraiment envie de l'arrêter, parce que j'en arrive à me dire qu'il n'y a rien de plus beau au monde qu'une peine profonde et la nostalgie des choses disparues."


         teof the end of everything - megan abbott


Voir les commentaires

2012-06-30T11:03:00+02:00

Noire lagune

Publié par MyaRosa

Noire lagune

de Charlotte Bousquet

couv59331587.jpg

Catégorie(s) : Policier - Jeunesse - Historique

Edition / Collection : Gulf Stream / Courants noirs

Date de parution : janvier 2010

Nombre de pages : 286

Prix : 13,50€

Page facebook de la collection

 

L'histoire : Venise, 1579. Dans les brumes de décembre, les cloches de San Zanipolo chassent les âmes en peine. A l'aube du carnaval, la cité des Doges s'éveille sur des cris : tordu dans une affreuse posture, une salive noirâtre aux commissures des lèvres, le corps sans vie d'un imprimeur est découvert derrière un étal de marché. Ce n'est que le premier cadavre aux lèvres noircies, la peste est de retour en ville ! Peste... ou complot ? Seule Flora, une jeune courtisane, entrevoit la vérité. Mais qui la croira ? Veronica Franco, sa tutrice ? Galeazzo Foscarini, qu'elle aime sans espoir de retour ? Les jours passent, le fantôme de Dandolo, le doge sanguinaire, revient semer le trouble dans les esprits. Le mal se répand, apportant son lot de violences et d'injustices pour un cortège macabre. Et tandis que les Vénitiens, terrifiés, cherchent des boucs émissaires, les vrais coupables poursuivent leur oeuvre de mort. Risquant sa vie, Flora ne pourra compter que sur son sang-froid pour noyer dans les eaux sombres de la lagune les malédictions de Venise...

 

¤¤

 

 J'ai découvert la collection Romans noirs il y a quelques mois avec Desolation Road que j'avais beaucoup aimé et j'étais impatiente de découvrir d'autres titres. Vous avez forcément croisé quelques ouvrages de cette collection aux magnifiques couvertures signées Aurélien Police. Cette collection s'adresse à un public assez large. Elle est composée de romans policiers historiques qui s'adressent principalement aux adolescents mais qui peuvent aussi répondre aux attentes d'un public adulte. C'est un bon moyen de découvrir des périodes importantes de l'Histoire au travers de fictions passionnantes.

 

 Noire lagune est un récit sombre d'une grande intensité. Charlotte Bousquet nous propose de découvrir Venise au XVIème siècle. Une ville pleine de mystères avec véritablement deux facettes : le luxe, le carnaval, les courtisanes mais aussi les ruelles sombres humides et les complots venimeux. Nous suivons Flora, une jeune courtisane ravissante et futée. Après la découverte de plusieurs cadavres, la terreur s'installe à Venise : la peste est de retour ! Mais Flora ne croit pas à cette théorie et décide de mener l'enquête avec le beau Galeazzo qu'elle aime en secret.

 

 Quel fabuleux voyage ! Aventure, amour, dangers, ce roman est passionnant. L'époque et le décor sont fabuleux entre ombre et lumière et les personnages principaux sont vraiment très attachants. J'ai aimé la place importante réservée aux femmes qui sont bien trop souvent oubliées ou mises au second plan lorsqu'il est question de cette partie de l'Histoire. On sent toute la passion de Charlotte Bousquet pour ce sujet et le récit est très documenté. On retrouve un glossaire à la fin ainsi que des annexes très intéressantes sur la vie à cette époque, le rôle des courtisanes ainsi que des repères historiques. Quelle ville merveilleuse, aussi belle qu'inquiétante ! Le décor, les costumes et les coutumes m'ont vraiment charmé. Une jolie découverte.


Voir les commentaires

2012-06-11T19:56:00+02:00

Si douce sera la mort

Publié par MyaRosa

Si douce sera la mort

(Sweet and Deadly)

de Charlaine Harris

41I4BkdQPdL. SL500 AA300

Catégorie(s) : Roman policier - Littérature américaine

Edition / Collection : J'ai Lu

Date de parution : 13 juin 2012

Nombre de pages : 247

Prix : 8,90€

 

L'histoire : Catherine Lowfield décide de retourner dans sa ville natale, dans le Mississippi, après la mort tragique de ses parents. Peu convaincue qu’il s’agissait d’un accident, elle part en quête de réponses. Lorsqu’elle découvre le corps de l’infirmière qui assistait son père, elle comprend que la ville cache de nombreux secrets et que sa vie est en danger.

 

¤¤

 

 Charlaine Harris a publié beaucoup de romans outre-Atlantique mais bon nombre d'entre eux n'ont malheureusement jamais été traduit en français. Il aura fallu le succès de sa série de bit-lit La Communauté du sud - dont est tiré la série télévisée True Blood - pour que l'on puisse enfin découvrir le reste de son oeuvre. Si douce sera la mort est son premier roman policier paru en 1981. J'étais impatiente de le découvrir car j'aime beaucoup les aventures de Harper Connelly - qui est déjà plus ancré dans l'univers du polar que dans celui du fantastique - mais je voulais voir quel genre de romans policiers Charlaine Harris pouvait nous proposer. En plus, pour une fois, il s'agit d'un one shot et non d'une série ! Bon, je vais arrêter là mes explications et entrer vraiment dans le vif du sujet. Il s'agit d'un roman policier classique alors si vous aimez uniquement les thrillers sanglants ou bourrés d'action, passez votre chemin ! En revanche, si vous aimez mener l'enquête en même temps que les personnages et rassembler les indices pour essayer de découvrir le nom du coupable, si vous appréciez les histoires qui se déroulent dans des petites communautés où tout le monde se connait, vous ne serez pas déçus car c'est ce que vous trouverez ici et c'est vraiment pas mal du tout !

 

6589.jpg Imaginez un peu... Le Mississippi en plein été. La chaleur moite et étouffante. Les insectes qui grouillent. Une petite ville où tout le monde se connait depuis toujours, où les générations se succèdent les unes après les autres. Une petite ville du Sud dans laquelle la ségrégation n'est pas si loin et a laissé beaucoup de traces indélébiles. Une ville dans laquelle quartiers noirs et quartiers blancs sont encore séparés. Un endroit où les gens vivent encore dans le passé avec des codes désuets, des moeurs discutables et des idées bien arrêtées sur ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Une ville dans laquelle on sent encore tout le poids du passé et des secrets. Bienvenue à Lowfield !

 

 C'est ici que Catherine a grandi. Elle travaille pour le journal local, une petite gazette sans prétention dans laquelle on retrouve plus de rubriques sur le jardinage et les conseils du médecin local que d'articles sur des faits divers. couv17555658.jpgCatherine est propriétaire d'une partie de la ville depuis la mort de ses parents dans un accident de voiture. C'est en se baladant sur ses terres qu'elle découvre un cadavre. Sous le choc, elle ne s'aperçoit pas qu'il s'agit de quelqu'un qu'elle connait très bien : Leona, l'infirmière qui travaillait avec son père. On apprend bien vite que cette femme faisait chanter tout le monde pour arrondir ses fins de mois et que par conséquent, tout le monde est suspect ! On suit le quotidien de Catherine et on se met à soupçonner les habitants les uns après les autres. 9876.jpgCatherine se méfie de ceux qui sont distants mais aussi de ceux qui font preuve de trop de compassion. Elle sait que le tueur est parmi eux. Est-ce un collègue, un ami, un proche, une copine de lycée, un voisin ? Rumeurs, commérages, spéculations, tout le monde a son avis sur la question et pour certains, elle est le suspect numéro 1.

 

 Si l'intrigue reste classique, j'ai beaucoup aimé cette immersion dans une petite ville du Sud des Etats-Unis. J'ai aimé l'atmosphère lourde et étouffante du Mississippi et une nouvelle fois, j'ai apprécié l'écriture de Charlaine Harris. Le narrateur a parfois une longueur d'avance sur nous et l'héroïne découvre le pot aux rose avant nous. J'ai beaucoup aimé que le sujet soit traité de cette façon. Je n'ai rien vu venir ! Il n'y a pas beaucoup d'action, on suit surtout la vie des habitants et on s'égare souvent dans les méandres du passé et dans les souvenirs de chacun mais je me suis laissée emporter par cette ambiance. Un très bon moment de lecture et j'ai bien envie de me plonger dans les autres romans policiers de Charlaine Harris.


Voir les commentaires

2012-05-14T22:00:00+02:00

L'Invisible

Publié par MyaRosa

L'Invisible

( Bloodman )

de Robert Pobi

couv56879759

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Sonatine

Date de parution : 10 mai 2012

Nombre de pages : 426

Prix : 21,30€

 

L'histoire : Montauk, Nouvelle-Angleterre. Jake Cole revient pour la première fois depuis près de trente ans dans la maison où il a grandi. Son père, Jacob Coleridge, un peintre reconnu et célébré dans tout le pays à l’égal de Jackson Pollock, y vit reclus depuis des années, souffrant de la maladie d’Alzheimer. Son état a récemment empiré et une crise de démence l’a conduit à l’hôpital. Si ses jours ne sont pas en danger, ses moments de lucidité sont rares. Jake, qui a le corps entièrement tatoué d’un chant de L’Enfer de Dante, souvenir d’une jeunesse perturbée, est lui aussi un artiste en son genre. Travaillant en indépendant pour le FBI, il possède un don unique pour lire les scènes de crime et entrer dans l’esprit des psychopathes. Alors qu’un terrible ouragan s’approche des côtes, Dan Hauser, le shérif de la ville, profite de la présence de Jake pour lui demander de l’aider à résoudre un double assassinat. Devant la méthode employée par le tueur, Jack ne peut s’empêcher de faire le lien avec un autre crime, jamais résolu, le meurtre de sa mère lorsqu’il avait 12 ans. Alors que le village est bientôt coupé du monde par la tempête, les meurtres se succèdent et Jack est bientôt convaincu que son père connaît l’identité de l’assassin. La clé réside-t-elle dans les 5 000 mystérieux tableaux qu’il a peints inlassablement ces dernières années et qui semblent constituer une sorte d’étrange puzzle ? C’est dans l’esprit de son père que Jack va cette fois devoir entrer, comme il entre d’habitude dans celui des criminels, pour trouver la vérité.

 

¤¤

 

 Jake Cole revient dans la ville de son enfance qu'il a quitté depuis une trentaine d'années suite à la 456.jpgdégradation de l'état de son père atteint de la maladie d'Alzheimer. On sent tout de suite que les deux hommes ne s'aiment pas et que Jake a beaucoup de griefs contre lui. Peu de temps après son arrivée, il est appelé en renfort par le shérif du coin qui enquête sur un double meurtre. Jake est employé par le FBI et possède un talent hors du commun. Il a une mémoire excellente et analyse les scènes de crimes comme personne mais ce à quoi il va être confronté dépasse l'entendement. C'est un véritable massacre. Pour couronner le tout, un terrible ouragan menace la ville. Jake et les autres enquêteurs le savent, ils n'ont que peu de temps pour résoudre cette enquête. Un vent de panique s'abat sur la petite ville de Montauk et ne laissera personne indemne...

 

4567.jpg Quelle claque ! Ce roman machiavélique est incroyablement bien orchestré. Le récit est découpé en courts chapitres et à chaque fin de chapitre ou presque, un nouveau rebondissement vient semer le doute et apporter une nouvelle pièce du puzzle. Le rythme est impressionnant. Il y a énormément d'action et de rebondissements, les événements s'enchainent et on ne voit pas le temps passer. Tout se passe sur 4 jours et l'imminence de l'ouragan renforce cette impression d'urgence et de rapidité. Impossible de s'arrêter en cours de route, on a envie de comprendre ce qui se cache derrière ces meurtres sordides. Il y a plusieurs intrigues en parallèle : l'enquête en cours, l'ouragan qui approche, les mystérieux tableaux retrouvés dans l'atelier du père de Jake et puis la mort de sa mère jamais élucidée. Quand j'ai lu le synopsis, je me suis dit que ça faisait beaucoup de choses en même temps et j'avais peur que ce ne soit pas crédible mais le roman de Robert Pobi est totalement bluffant. On y croit de bout en bout et c'est bien ce qui est le plus effrayant... Les personnages, les faits, tout paraît tellement réel. On a l'impression d'assister à toutes ces horreurs. Il faut avoir le coeur bien accroché car il y a des passages vraiment sordides. En général, je n'aime pas trop ça mais ici c'est tellement bien intégré à l'intrigue que ça ne m'a pas dérangé.

 

45678.jpg Les personnages sont vraiment fouillés. J'ai tout de suite détesté Jacob, arrogant et dénué d'humanité. J'ai eu de la peine pour Jake, détruit par ce manque d'amour et par la mort de sa mère. Jake est un enquêteur  peu banal. C'est un ancien junkie couvert de tatouages qui ne mâche pas ses mots et n'en fait qu'à sa tête. J'ai tout de suite aimé sa famille. Sa femme, Kay, est aussi particulière que lui. Ils forment un couple détonnant et leur petit garçon est vraiment adorable. Tous les passages sur l'Art sont très intéressants. Le père de Jake est un peintre très célèbre et lorsqu'il était petit Jake a cotoyé de très grands artistes et revient de temps en temps sur ces moments passés. Il y a dans ce thriller un petit côté mystérieux qui m'a beaucoup charmé. Une histoire un peu mystique qui fait que ce récit a parfois un goût de fantastique. Ca m'a notamment rappelé l'histoire de l'homme de boue que j'ai découverte dans Les Heures lointaines de Kate Morton. Une histoire entre cauchemar et réalité.

 

 Pour moi, ce roman n'a aucune faiblesse. C'est un thriller très bien ficelé, sombre et impossible à lâcher. La tension est palpable, le rythme est implacable et les personnages sont bien construits. Le suspense est total, l'auteur arrive à nous mener en bateau, à nous faire douter et imaginer tout et n'importe quoi. L'écriture est agréable et les dialogues ne manquent pas d'humour et de piquant. L'approche de l'ouragan n'est pas un détail anodin. C'est un vrai plus qui accélère le rythme, crée une tension supplémentaire, un sentiment d'urgence et de panique qui rend l'atmosphère apocalyptique. L'Invisible est un roman angoissant et dérangeant dont on ne sort pas indemne. Robert Pobi signe ici un premier roman magistral et je suis sûre qu'il fera beaucoup parler de lui. J'espère que son prochain roman sera aussi bon que celui-ci. Je me suis régalée ! A LIRE ABSOLUMENT !

 

photo-59-bis.jpg

Voir les commentaires

2012-05-08T11:07:00+02:00

Blue Jay Way

Publié par MyaRosa

Blue Jay Way

de Fabrice Colin

couv75445956

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Sonatine

Date de parution : 16 février 2012

Nombre de pages : 480

Prix : 22,30€

 

L'histoire : Julien, jeune Franco-Américain féru de littérature contemporaine, a perdu son père le 11 septembre 2001 dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone. Désireuse de lui faire oublier ce drame, la célèbre romancière Carolyn Gerritsen, qui l’a pris en amitié, lui propose d’aller vivre à Los Angeles chez son ex-mari producteur, afin qu’il officie en tant que précepteur auprès de leur fils Ryan.
À Blue Jay Way, villa somptueuse dominant la ville, Julien est confronté aux frasques du maître des lieux, Larry Gordon, et à une jeunesse dorée hollywoodienne qui a fait de son désœuvrement un art de vivre : un monde où tous les désirs sont assouvis, où l’alcool, les drogues et les parties déjantées constituent de solides remparts contre l’ennui. Peu à peu, Julien se laisse séduire par ce mode de vie délétère et finit par nouer une relation amoureuse avec Ashley, la jeune épouse de Larry (et belle-mère de Ryan).
Lorsque la jeune femme disparaît mystérieusement, il doit tout faire pour dissimuler leur liaison sous peine de devenir le principal suspect. Ce n’est que le début d’un terrible cauchemar : très vite, les morts violentes se succèdent, mensonges, trahisons et manipulations deviennent la norme, et la paranoïa apparaît comme le dernier refuge contre un réel insupportable. Julien doit savoir, pourtant, il n’a plus le choix : il fait partie de l’histoire.

 

¤¤

 

 Fabrice Colin est un auteur dont on entend beaucoup parler depuis quelques temps. Il s'est illustré dans de nombreux domaines et a reçu plusieurs prix littéraires. Il écrit aussi bien pour les adultes que pour la jeunesse et il signe avec Blue Jay Way son premier thriller. Sonatine est, pour moi, une valeur sûre et j'étais curieuse de découvrir Fabrice Colin dans un autre univers. Je me suis donc plongée dans ce roman avec beaucoup d'attentes et franchement, je ne suis pas du tout déçue.

 

 Nous faisons d'abord la connaissance de Julien, un jeune franco-américain un peu paumé qui ne trouve pas sa place. Son père est mort dans les attentats du 11 septembre 2001 et depuis ses relations avec sa mère sont compliquées. Il accumule les échecs amoureux et ne sait pas vraiment ce qu'il veut. Il se passionne pour la littérature et en particulier pour Carolyn Gerritsen, une romancière avec qui il réussit à entrer en contact. Quelques temps plus tard, celle-ci lui propose un job à Los Angeles : vivre à temps plein chez son ex-mari, un producteur richissime. Officiellement, il sera le précepteur de Ryan, leur fils d'une vingtaine d'années devenu incontrôlable. Officieusement il devra essayer de se rapprocher de lui et d'essayer de le comprendre pour le remettre dans le droit chemin. Commence alors pour Julien un nouveau départ dans la ville du luxe et de la débauche. Tour à tour dérouté et fasciné par cet univers sans tabou, il se prend rapidement au jeu jusqu'à devenir intime avec la femme de son employeur. Les choses se corsent lorsque celle-ci disparaît... On suit également d'autres histoires en parallèle, un amour à sens unique, un enfant obnubilé par le mal et un autre brisé dès le commencement de sa vie.

 

"Le mal est la lumière du monde. A trop vouloir fermer les yeux, on finit par se perdre."

 

Blue Jay Way est un thriller ancré dans l'air du temps. C'est le portrait d'une jeunesse hollywoodienne friquée et totalement désanchantée aux moeurs aussi écoeurantes que fascinantes. Drogue, sexe et alcool à profusion, langage souvent cru, c'est un roman sans tabou qui ne plaira pas à tout le monde mais que j'ai trouvé très addictif. La majorité de l'histoire se passe dans la villa de Blue Jay Way. C'est intéressant que tout soit décrit avec les yeux de Julien, jeune français issu d'un milieu totalement différent. Humour et cynisme sont très présents et j'ai aimé les nombreuses références à la culture de notre époque. Des stars que nous connaissons tous jouent même un petit rôle dans cette histoire. On croise Bruce Willis, les Strokes, Sean Penn, Jessica Garner et bien d'autres au fil des pages. L'écriture de Fabrice Colin est agréable, les dialogues sont crédibles que l'on suive un personnage totalement perché et superficiel ou un autre érudit et totalement cinglé. La construction du récit est vraiment bluffante. Complot, machination, paranoïa, mensonges, Fabrice Colin sème le doute et nous balade à sa guise entre plusieurs histoires et plusieurs vérités. C'est assez perturbant, je me suis souvent sentie mal à l'aise mais c'est ce que j'aime quand je lis un thriller. J'ai pensé à plusieurs auteurs durant ma lecture : Bret Easton Ellis évidemment, mais aussi Chuck Palahniuk ou encore Dennis Lehane. Blue Jay Way est un récit sombre, dérangeant, troublant et habilement mené du début à la fin. Je ne l'oublierai pas de sitôt !

 

"Tu as changé, me disais-je en avançant vers le nord. Ce qui s'est passé t'a détruit mais le pire, tu dois le reconnaître, aurait été que le destin t'oublie."

 

 

 

 

"On ne sait jamais de quoi parle l'histoire. On ne le sait jamais jusqu'à ce que survienne le mot "fin", jusqu'à ce qu'un autre s'empare du matériau brut et s'emploie à le mettre en forme."

 

"Dieu a déserté le monde. Dieu ne crée plus la moindre histoire. Dans ce qui reste du décor, il nous revient d'inventer la nôtre."

 

Et comme j'aime les livres qui parlent de livres, j'ai relevé ce petit passage :

"Pour tromper mon impatience, je suis entré dans une librairie [...] J'ai retourné une paire de volumes, parcourant distraitement les quatrièmes de couverture. Me concentrer était impossible. J'étais accro à l'odeur des pages, j'observais les clients à la dérobée. J'aurais aimé que le temps s'arrête. J'aurais aimé passer le restant de mes jours dans ce lieu, au milieu d'histoires soigneusement inventées, calibrées, découpées en rassurants chapitres."

 

J'ai eu le plaisir de partager cette lecture avec Cassandre (Merci) N'hésitez- pas à aller lire son avis.

 


Voir les commentaires

2012-05-04T12:10:00+02:00

Serum, saison 1, épisode 2

Publié par MyaRosa

Serum

saison 1 - épisode 2

de Henri Loevenbruck

& Fabrice Mazza

couv36938553.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : J'ai Lu

Date de parution : 25 avril 2012

Nombre de pages : 218

Prix : 6€

 

L'histoire : 1773 : Mesmer invente l'hypnose 1886 : Freud invente la psychanalyse 2012 : Draken invente le sérum Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient profond d'Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire. Mais quand les morts suspectent se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

 

¤¤

 

 Après avoir dévoré le premier épisode de ce roman-feuilleton, je me suis jetée sur la suite car je ne pouvais décemment pas attendre plus longtemps alors que j'avais la suite sous la main. Waouh ! Eh bien, le moins que l'on puisse dire est que cette série est addictive ! Ce second tome est aussi bien, si ce n'est meilleur que le premier. L'histoire file à toute vitesse sans aucun temps mort, sans aucune longueur et nous découvrons de nouveaux personnages et des révélations plutôt innatendues. Humour, action, suspense, cette série me plait énormément et je sens que l'attente jusqu'au 27 juin va être terriblement longue...

 

 Les personnages sont toujours aussi attachants. Lola est pleine de mystères et Draken me fait vraiment beaucoup rire. Je le vois un peu comme Docteur House ! Les visions d'Emily sont fascinantes et j'adore suivre le travail d'interprétation de Draken. C'est passionnant ! Je ne pensais pas que ça allait me plaira autant. Aucune fausse note pour ce second épisode. Vivement la suite !

 

¤ le site officiel ¤

 

J'en profite pour vous parler d'une initiative que je trouve excellente. Henri Loevenbruck  partira dix jours à moto - accompagné d'un journaliste et d'un photographe - à la rencontre de ses lecteurs pour soutenir les librairies indépendantes. Il se rendra chaque soir dans une librairie indépendante pour une séance de dédicaces et un appel aux dons sera organisé. Plus d'infos ici. Venez nombreux !

librairiesindependantes.jpg

Voir les commentaires

2012-05-03T11:13:00+02:00

Serum, saison 1, épisode 1

Publié par MyaRosa

Serum

saison 1 - épisode 1

de Henri Loevenbruck

& Fabrice Mazza

couv7371696.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : J'ai Lu

Date de parution : 28 mars 2012

Nombre de pages : 182

Prix : 6€

 

L'histoire : 1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM


Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

 

¤¤

 

 J'ai entendu parler de cette nouvelle série il y a quelques mois et j'étais curieuse et impatiente de découvrir ce premier épisode. Le concept me plait bien, Serum est en fait un roman-feuilleton en plusieurs saisons. La première comptera six tomes à raison d'un tome par mois. C'est également un livre interactif puisque grâce à des flashcodes ou en vous rendant sur le site internet, vous pouvez accéder à des bonus, notamment à une bande-originale. Rassurez-vous, ce n'est pas du tout une obligation. Vous pouvez parfaitement lire le livre sans utiliser les flashcodes.

 

 Qu'est ce que j'en pense ? J'avais lu beaucoup d'avis positifs sur ce premier tome et je dois reconnaître que je comprends pourquoi. Ce premier épisode commence sur les chapeaux de roue. On rentre tout de suite dans l'histoire. Il y a beaucoup d'action et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Les chapitres sont courts, percutants et les rebondissements sont très nombreux. Je me suis tout de suite attachée aux personnages et j'ai bien envie d'en savoir plus sur la vie de Lola. L'affaire que l'on suit est très intéressante et je sens qu'elle va le devenir de plus en plus. La fin est grandiose mais nous laisse vraiment sur notre faim. Heureusement que j'ai la suite sous la main ! Je ne veux pas trop en dire sur l'histoire mais on se prend facilement au jeu. C'est un roman très visuel qui se dévore à toute vitesse. Original, surprenant et addictif, ce premier épisode est une vraie réussite ! A suivre...

 

¤ le site officiel ¤


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog