Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

thrillers - policiers -...

2013-10-18T13:32:00+02:00

Les Impliqués (Zygmunt Miloszewski)

Publié par MyaRosa

Les Impliqués

(Uwikanie)

Zygmunt Miloszewski

couv37056491.png.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Mirobole éditions

Date de parution : 3 octobre 2013

Nombre de pages : 442

Prix : 22€

 

L'histoire :

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère en plein coeur de Varsovie, Henri Telak est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’oeil. L’affaire atterrit sur le bureau du procureur Teodore Szacki, las de la bureaucratie inhérente à son poste et de sa vie de famille sans relief. Il rencontre Monika Grzelka, une reporter qui affiche un goût certain pour le flirt, et découvre le pouvoir effrayant de certaines méthodes thérapeutiques non conventionnelles basées sur les mises en scène. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de tuer Telak ? L’enquête de Szacki fera resurgir un assassinat commis vingt ans plus tôt, avant la chute du communisme, et le mènera à des faits qui, pour sa propre sécurité, auraient mieux fait de rester oubliés.

 

monavis2

 

 Je poursuis ma découverte des éditions Mirobole avec ce thriller polonais qui fait vraiment froid dans le dos. Le récit se construit autour d'un meurtre macabre à souhait et théâtralement mis en scène et sublimé par l'auteur. Ce meurtre peu banal a été commis lors d'une séance de thérapie collective assez étrange, dans un ancien monastère de Varsovie. S'ensuivent des révélations en chaîne, imbriqués avec brio comme les pièces d'un puzzle qui se révèle au fil des pages. Beaucoup de tension et de suspense dans ce roman plus complexe qu'on l'imagine...

 

 J'ai particulièrement apprécié Teo, le personne principal. Il est procureur à Varsovie et a une manière bien à lui d'enquêter et de rechercher la vérité avec l'aide de la police locale. J'ai aimé son caractère, sa détermination et les échanges délicieux qu'il entretient avec les autres,notamment ses collègues. On le suit également dans sa vie personnelle. C'est un personnage complexe et bien construit qui m'a semblé authentique et loin des carricatures. J'ai aimé découvrir les rouages du système judiciaire polonais et sa complexité, sans oublier la ville de Varsovie qui est un personnage à part entière. Cette ville est tellement chargée d'histoire et malheureusement bien trop souvent oubliée... Je dois avouer que j'étais loin d'imaginer tout ce qu'elle a traversée...

 

 J'ai adoré cette histoire de thérapie complètement loufoque et qui nous est bien expliquée. Cela permet de mettre en lumière et de s'interroger sur le bien-fondé de certaines méthodes psychanalytiques. Je me suis régalée à lire ce roman et j'étais loin de me douter de la vérité. Le suspense est maintenu jusqu'au bout et c'est justement ce qui m'avait manqué dans les derniers thrillers que j'aie lus. J'ai émis beaucoup d'hypothèses, tout comme Teo, et j'ai été réellement surprise par le dénouement tout en le trouvant finalement logique et crédible.  J'ai vraiment adoré être baladé de la sorte entre les différentes possibilités, les différents protagonistes et les rues de Varsovie, chargées d'Histoire et de souffrance. Ne passez pas à côté de ce très bon thriller ! Vivement le prochain Zygmunt Miloszewski !

 


Voir les commentaires

2013-10-03T04:00:00+02:00

Puzzle (Franck Thilliez)

Publié par MyaRosa

Puzzle

de Franck Thilliez

couv22979384

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Fleuve noir / Thriller

Date de parution : 10 octobre 2013

Nombre de pages : 430

Prix : ?

 

L'histoire :

Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.


Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. »


Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

 

monavis

 

 Franck Thilliez est l'un de mes auteurs préférés. Plonger dans l'un de ses livres, c'est oublier tout le reste durant quelques heures, être sûr de passer un bon moment et être surpris et bluffé à chaque fois. Chacun de ses thrillers m'a captivé, envoûté, passionné, effrayé, et c'est toujours à regret que je referme le livre, attendant déjà avec impatience le prochain Thilliez. Je n'ai jamais été déçue et l'auteur confirme, une nouvelle fois, son talent avec ce thriller magistral et angoissant que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher.

 

 Le début du roman m'a fait penser au film "The Game" que j'aime beaucoup. Il est question dans les premiers chapitres, de joueurs, passionnés par les énigmes, qui prennent le monde comme terrain de jeu pour de passionnantes chasses aux trésors. Ils tentent tous de participer à ce qu'ils considèrent comme le plus grand jeu jamais organisé : Paranoïa. Ils ne sont même pas sûrs que ce jeu existe vraiment, et pourtant, ils tentent tous d'en trouver l'entrée car il y aurait 300 000€ à la clé ! Ilan est le personnage que nous suivons durant tout le roman. Pas franchement convaincu ni emballé au départ, il finit par se laisser convaincre par Chloé, son ex petite-amie, de tenter l'aventure. Assez rapidement, il se passe des choses vraiment étranges et il devient difficile de distinguer le jeu de la réalité. Ilan ne sait plus quoi penser. Il ne sait plus où s'arrête le jeu et où commence la réalité. Il ne sait pas s'il doit s'inquiéter des faits troublants qui se sont produits récemment. Est-ce que tout est lié à Paranoïa ou est-il vraiment en danger ? Les choses se compliquent encore quand le jeu les entraîne dans un endroit terriblement macabre, Swanessong, un hôpital psychiatrique désaffecté qui va les confronter à leurs plus grandes peurs et semblent cacher de terribles secrets...

 

 Brrrr ! Quelle lecture effrayante ! Franck Thilliez a réunit ici tout ce que j'aime dans un thriller. Il y a de l'action, du suspense, beaucoup de rebondissements et un lieu lugubre à souhait pour décor, qui semble cacher de multiples secrets... Le lieu est presque un personnage à part entière. J'ai adoré me balader dans les couloirs sombres de cet endroit terrifiant, en ayant l'impression que des fantômes allaient surgir à la moindre occasion. L'écriture est percutante et rythmée, les chapitres sont courts et  il n'y a pas de longueurs. Tout est bien décrit, l'écriture est très cinématographique. On a l'impression que les images défilent sous nos yeux, y compris les plus terrifiantes. Ca fait vraiment froid dans le dos ! Comme toujours avec Thilliez, on sent qu'il maîtrise son sujet et s'est bien documenté car on apprend des tas de choses sur des sujets passionnants : le fonctionnement de l'esprit humain, les méandres de la mémoire, les recherches et les essais psychiatriques, etc...

 

Si le début m'a fait penser à "The Game", la suite m'a rappelé d'autres lectures que j'avais adoré et dans lesquelles on retrouve ce genre d'ambiances oppressantes : les "Dix petits nègres" d'Agatha Christie, "Le Horla" de Maupassant, le génialissime "Shutter Island" de Dennis Lehane ou encore "Le Briseur d'âmes" de Fitzek. L'histoire se transforme en un huis clos terrifiant qui ressemble beaucoup à un scénario de film d'horreur. On est plongé - pour ne pas dire enfermé - avec les personnages, en plein cauchemar et on se demande comment on va bien pouvoir sortir de ce terrible rêve. On sait qu'il va nous falloir, comme eux, résoudre une énigme, que la clé est là, sous nos yeux, et on se prend vraiment au jeu. Je me suis sentie embarquée dans l'aventure, prise au piège de cette terrible toile qui se tisse au fil des chapitres. C'est une véritable chasse au trésor. On croit que Franck Thilliez nous aide en nous envoyant dans une direction,  mais il nous envoie ensuite vers d'autres pistes toutes aussi plausibles, à tel point qu'on ne sait plus quoi penser. Folie ? Complot ? Simple jeu ? On est totalement dans le flou jusqu'au dénouement qui réunit enfin toutes les pièces du puzzle. On doute de tout et de tout le monde, même de ce que nous raconte le personnage principal. On est totalement perdu. J'ai vraiment adoré. Il me reste encore en mémoire des images et des scènes terrifiantes que je vais avoir du mal à m'enlever de la tête. C'est flippant, passionnant, jubilatoire et magistralement orchestré. Un excellent thriller qui m'aura fait passer quelques heures de pur... bonheur ? cauchemar ? J'hésite encore...

 

 

Voir les commentaires

2013-09-23T13:42:00+02:00

La Ville des serpents d'eau (Brigitte Aubert)

Publié par MyaRosa

La Ville des serpents d'eau

Brigitte Aubert

couv12649783.jpg

Catégorie(s) : Thriller / polar

Edition / Collection : Points / Thriller

Date de parution : 5 septembre 2013

Nombre de pages : 326

Prix : 7€

 

L'histoire :

Ennatown, la ville des serpents d'eau : sans histoire, avec son club interconfessionnel, sa bonne conscience, son lot de mâles chasseurs si conventionnels, et leurs épouses qui s'ennuient à mourir, genre Desperate Housewives. Une sérieuse ombre au tableau, toutefois : l'un des leurs, forcément un des leurs, a enlevé cinq gamines il y a plus de dix ans. Quatre ont été retrouvées au fond d'un lac ou d'une rivière. D'où le surnom du mystérieux criminel : le Noyeur. La dernière n'a jamais refait surface... Et voici justement que surgit de nulle part, sous la neige à la veille de Noël, une petite créature crasseuse en survêtement rose maculé, muette et terrifiée, qui aussitôt s'enfuit avec le citoyen le moins fréquentable d'Ennatown: Black Dog, géant noir un peu demeuré et SDF. Qui est-elle? Trop jeune pour être la disparue... alors? Le fantasme collectif repart de plus belle : c'est Black Dog, le Noyeur, évidemment... Et la chasse à l'homme de démarrer. Seul Limonta, ex-flic alcoolo à la conscience chargée, s'étonne que personne n'ait signalé la disparition d'une enfant de cinq ans...

 

monavis2

 

 C'est d'abord la couverture de ce roman qui m'a tapé dans l'oeil, puis sa présentation énigmatique et surprenante. J'ai lu beaucoup d'avis positifs sur les romans de Brigitte Aubert, mais je n'avais jamais entendu parler de celui-ci. Raison de plus pour sauter le pas ! Je me suis donc lancée dans cette lecture sans attentes particulières et j'en ressors agréablement surprise. J'ai a-do-ré !

 

 Le roman commence comme ça : "Je suis morte il y a treize ans." Plutôt pas mal, comme entrée en matière, non ? J'ai adoré la façpn dont est menée le récit. Nous découvrons Ennatown, la ville des serpents d'eau, petit couv44233722.jpgbled paumé qui, sous son apparente tranquillité, cache de bien vilaines choses... Les femmes au foyer exemplaires cachent dans leurs placards des regrets en pagaille, des amants et des bouteilles de vodka, les hommes de foi ont quelques petites choses à se faire pardonner, l'hypocrisie est omniprésente et l'un d'entre eux est certainement celui que l'on appelle "le noyeur" parce qu'il a kidnappé et tué plusieurs fillettes, treize ans plus tôt, sans être appréhendé... Au milieu de tout ça, un SDF connu de tous est aperçu avec une petite fille que personne ne connaît, et le temps que quelqu'un s'en inquiète, les deux ont mystérieusement disparus, laissant un cadavre sur leur passage. Qui est cette petite fille dont personne n'a signalé la disparition ? Que fait-elle avec ce SDF ? Vince Limonta, un enfant du pays, ex-flic et alcoolo décide de  mener l'enquête avec son ami, Snake.T, ex star du rap estropié et de retour à Ennatown, lui aussi.

 

 J'ai aimé ce duo d'enquêteurs improbable et attachant. Le lecteur a une longueur d'avance, ce qui rend l'intrigue encore plus palpitante et n'enlève rien au suspense qui est omniprésent. On sait que le tueur est là, quelque part, qu'on le croise certainement sans se douter de rien. On a envie d'être les premiers à découvrir le coupable, mais franchement, je n'y suis pas arrivée. J'ai soupçonné tout le monde et plus j'avançais, plus j'avais des doutes. Brigitte Aubert a réussi à me balader de bout en bout ! J'ai adoré la façon dont elle arrive à nous faire croiser le tueur tout en masquant son identité. C'est tout simplement brillant ! Son écriture m'a un peu surprise au début, mais je m'y suis habituée et j'ai finalement beaucoup aimé. Je me suis attachée à plusieurs personnages et j'en ai détesté d'autres, mais ils ne m'ont pas laissé indifférente. J'ai dévoré les pages de ce livre et j'ai eu beaucoup de mal à le reposer.

 

L'intrigue est originale et rondement menée et j'ai adoré le cadre et le contexte de l'histoire : une petite ville paisible où tout le monde se connaît, en pleine période de Noël. Un Noël blanc qui devient rouge. Un Noël qui fait ressortir toute l'hypocrisie de l'humanité. Des secrets en pagaille, des non-dits, des rumeurs, des habitants totalement excités par ce terrible drame qui anime la ville alors que l'horreur est là, sous leurs yeux. Je n'aimerais pas vivre à Ennatown, c'est certain, mais j'ai adoré cette petite immersion au sein de cette communauté. Ce thriller est une très belle surprise pour moi et je suis vraiment étonnée de découvrir après ma lecture des avis très mitigés à son sujet. En ce qui me concerne, j'ai adoré d'un bout à l'autre et je ne suis pas du tout déçue du dénouement. J'ajoute ce livre à ma liste de lectures de Noël et je sais déjà que je le relirai, même en connaissant le fin mot de l'histoire car j'ai envie de chercher les indices et de retrouver les personnages qui m'ont tant plu. C'est un thriller que je conseille fortement !

 

coeur.gif"Ennatown était un labyrinthe sans issue où des petites filles mortes erraient pour l'éternité, où le passé tenait lieu d'avenir. 

Un Noël blanc teinté de sang." (p257)

 

En quelques mots :

Quelle belle surprise que ce roman qui démarre fort et vous tient en haleine jusqu'au dénouement ! Brigitte Aubert décortique les failles et les secrets que cachent les petites villes sans histoire sous le couvert de la tranquillité. Elle nous prend dans ses filets et nous enferme dans un huis clos angoissant. C'est noir, glaçant, surprenant et ça se passe, en plus, à la période de Noël ! Tout ce que j'aime ! Je ne suis pas près d'oublier cette lecture que j'ai vraiment adoré !

 

christmaslove.jpg

 878786665.jpg

Voir les commentaires

2013-09-16T06:24:00+02:00

Juste une ombre (Karine Giebel)

Publié par MyaRosa

Juste une ombre

Karine Giebel

7654

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Pocket

Date de parution : 7 mai 2013

Nombre de pages : 606

Prix : 7,80€

 

L'histoire :

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t'imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour... Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t'observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d'aller consulter un psychiatre. Tes amis s'écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t'aider. Tu es seule. Et l'ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard... Tu commandes ? Apprends l'obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence...

 

monavis

 

 J'ai découvert Karine Giebel, il y a quelques années, et j'en garde un très bon souvenir. A l'époque, je ne connaissais pas encore le monde virtuel lié à la lecture, les forums, blogs et autres sites communautaires m'étaient encore inconnus et je ne connaissais pas encore grand chose aux thrillers, mais la couverture et le synopsis des "Morsures de l'ombre" m'avaient tapé dans l'oeil. Je me souviens de ce livre parce que les premières pages m'avaient laissé de marbre et je m'étais dit que j'avais fait un mauvais choix de lecture, et puis finalement, au bout de quelques pages, j'étais scotchée à mon livre et je l'ai lu quasiment d'une traite avant de le refermer, le souffre court, émue et choquée par toute cette noirceur... "Les Morsures de l'ombre" est certainement LE thriller qui m'a donné envie de poursuivre ma découverte et de lire d'autres romans de ce genre et c'est pour cela que j'en garde un souvenir particulier.

 

 Je n'avais pas lu Giebel depuis des années et j'étais impatiente de voir si la magie opérait toujours sur moi. Ce n'est pas le coup de coeur que j'espérais, néanmoins, j'ai passé un très bon moment et je trouve que l'auteur a un don incroyable pour saisir le lecteur, l'embarquer dans son histoire en faisant en sorte qu'il n'arrive plus à en sortir. J'ai lu ce thriller à toute vitesse, et quand je ne lisais pas, j'étais encore dedans. Je pensais à Cloé, à ses angoisses, aux événements terrifiants qui sont venus bouleverser sa vie et je me demandais comment cette histoire allait se terminer. Mal, sans doute, oui, mais de quelle façon et jusqu'où l'auteur est-elle capable d'aller ?

 

 Il y a quelques petits points qui m'ont un peu déçue. J'ai trouvé que par moment c'était un peu long et plus l'histoire avançait, plus je trouvais Cloé antipathique et malgré l'horreur de la situation, j'avais parfois du mal à avoir pitié d'elle. A l'inverse, j'ai trouvé Gomez irrésistible et très attachant. J'aurais aimé qu'on doute encore plus, qu'on se demande davantage si toute cette histoire sort de son imagination ou s'il y a un réel danger, et j'ai trouvé que l'identité du harceleur se devinait un peu trop rapidement. Dommage...

 

 Cependant, Karine Giebel a su me tenir en haleine du début à la fin et elle a encore réussi à me surprendre en allant loin, très loin dans la noirceur et dans l'horreur. Ce que j'aime chez elle, c'est qu'elle n'hésite pas à malmener ses personnages. Elle n'a pas peur de décevoir le lecteur en ne faisant pas de son personnage principal un héros surpuissant qui s'en sort sans une égratignure. Dans les romans de Giebel, personne ne s'en sort indemne. Il y a toujours quelque chose d'irrévocable qui se produit, qui nous laisse pantelants et impuissants. Et autre point très positif, la dame sait soigner ses fins et nous offre encore une fois, un véritable bouquet final explosif et terrifiant. Je n'en attendais pas moins de sa part, et j'ai tout simplement adoré les derniers rebondissements particulièrement jouissifs et atroces. Ca m'a donné envie de lire encore d'autres thrillers.

 

 En quelques mots :

C'est une histoire très bien construire - malgré quelques éléments trop prévisibles - et qui fait vraiment froid dans le dos. C'est crédible et c'est ce qui rend la chose encore plus effrayante. On se met à la place de Cloé, on imagine ses angoisses et les choix que l'on ferait si on était à sa place. On sort de ce roman complètement retourné et angoissé. J'ai adoré !


Voir les commentaires

2013-09-02T04:00:00+02:00

Hipnofobia (Salvador Macip)

Publié par MyaRosa

Hipnofobia

Salvador Macip

couv1382800.jpg

Catégorie(s) : Thriller / Science-fiction

Edition / Collection : Black Moon / Thriller

Date de parution : 6 mars 2013

Nombre de pages : 233

Prix : 18€

 

Quatrième de couverture :

Lumière blanche. Sol blanc. Le plafond, s'il existe, est blanc lui aussi. Je ne peux pas voir mes mains, attachées dans mon dos, mais elles doivent sûrement être déjà aussi pâles que tout ce qui m'entoure. Le blanc, c'est le vide. Le vide de la pièce où l'on m'a enfermé. Je suis assis sur une chaise invisible, figé dans l'espace et le temps. Ils prétendent que mes pensées n'ont pas de consistance mais ils ne peuvent stopper mon mental. Ils ne savent pas que je les entends. Que je les vois. Je n'ai pas besoin de l'ouïe, ni de la vue, ni d'aucun autre sens. Plus maintenant. Je peux suivre leurs mouvements de là où je suis. Je sais comment ils parlent de moi, comment ils doutent, comment ils se croient en sécurité après avoir coulé ces mètres de béton entre nous. La voix du docteur M parvient jusqu'à moi aussi clairement que s'il se trouvait à mes côtés : « Nous le gardons en observation depuis déjà trois semaines, et il n'a pas encore dormi. »

 

monavis

 

 "Hipnofobia" est un roman paru en début d'année qui n'a pas fait beaucoup parler de lui. J'en suis assez étonnée car j'ai passé un très bon moment. C'est un roman qui navigue entre le thriller et la science-fiction avec parfois quelques passages qui font penser aux romans fantastiques et young-adult que l'on rencontre beaucoup depuis quelques années. Quand je me suis lancée dans cette lecture, je ne savais pas bien où je HVB.jpgmettais les pieds, et je suis agréablement surprise par la tournure que prend l'histoire au fil des chapitres. L'écriture de l'auteur est prenante et il arrive sans peine à nous embarquer dans son histoire, à nous faire accrocher sans que l'on comprenne véritablement dans quoi on s'embarque et de quoi il sera question. Les chapitres sont assez courts. Au début, on est un peu perdu car on ne comprend pas très bien ce qui lie les différentes histoires que nous raconte l'auteur, mais très vite, tout se met en place et les pièces du puzzle s'assemblent pour former un tableau très sombre... Bien évidemment, je ne vais pas vous dire de quoi il est véritablement question dans ce livre, mais si je devais rapprocher ce livre d'autres romans, la liste serait assez surprenante. Je dirais que c'est un savant mélange de "Enfants de la paranoïa" de Trevor Shane , de "La 5ème vague" de Rick Yancey et de romans plus ados comme les séries "Night School" de C.J. Daugherty  et "Pouvoirs obscurs" de Kelley Armstrong. Sympathique, n'est-ce pas ? N'ayez pas peur de la présentation. La science-fiction n'est pas trop ma tasse de thé, mais j'ai beaucoup aimé ce thriller. D'ailleurs, je pense que ceux qui aiment particulièrement ce genre pourraient être un peu déçus car l'histoire est assez classique et plus proche du roman young-adult que de la science-fiction pour adultes.

 

 J'ai vraiment trouvé la lecture agréable et sans trop de longueurs. On n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages car tout va très vite et on les voit peu, mais ça ne m'a pas dérangé plus que cela. Ce n'est vraiment pas le but de ce roman. J'ai aimé les enjeux, les rebondissements, le suspense. L'auteur a pris un risque énorme en choisissant une fin ouverte. Certains diront qu'il a préféré la facilité, mais je ne vois pas comment cette histoire aurait pu se terminer autrement et je trouve la fin logique et pertinente. Elle nous fait réfléchir et on s'imagine dans ce futur terrible où le monde est en train de dériver. C'est réaliste, crédible, ça manque parfois un peu d'explications et de profondeur, mais en même temps c'est ce qui rend la lecture si fluide et agréable, je pense. L'auteur nous épargne des explications scientifiques qui auraient certainement alourdi le récit, et ce n'est pas par manque de connaissances qu'il a fait ce choix car il est lui-même chercheur en biochimie donc il sait de quoi il parle... Ce n'est pas une lecture inoubliable, mais j'ai tout de même passé un très bon moment.

 

En quelques mots :

Salvador Macip réussit sans peine à nous embarquer dans son roman qui est un mélange de thriller et de science-fiction. Il a choisi d'aller droit au but en nous livrant un récit rythmé qui n'est pas alourdi par une multitude d'explications scientifiques, et c'est tant mieux ! Les adeptes du genre seront sans doute un peu déçus, mais les plus réticents pourraient bien être agréablement surpris. J'ai passé un très bon moment.


Voir les commentaires

2013-07-26T04:00:00+02:00

La Méthode du crocodile (Maurizio De Giovanni)

Publié par MyaRosa

La Méthode du crocodile

(Il Metodo del coccodrillo)

Maurizio De Giovanni

couv50370086.jpg

Catégorie(s) : Thriller/Policier - Littérature italienne

Edition / Collection : Fleuve Noir

Date de parution : 7 mai 2013

Nombre de pages : 288

Prix : 19,90€

 

L'histoire :

Le crocodile, le prédateur le plus froid et le plus redoutable, rôde dans les rues de Naples...

 

Tapi dans l'ombre, à l'affût, il observe, attend, se prépare. Rien n'est laissé au hasard, il repère les lieux, les habitudes, les horaires de ses victimes. Et quand il frappe, il ne manque jamais sa cible. D'autant que rien n'est plus facile que de passer inaperçu dans une ville comme Naples, où chacun vaque à ses occupations, indifférent à ce qui se passe autour de lui. Quand à quelques jours d'intervalle, plusieurs jeunes sont retrouvés assassinés d'une balle dans la nuque, la presse se saisit de l'affaire. Le meurtrier, qui sème des mouchoirs en papier imprégnés de larmes sur les scènes de crime, se voit aussitôt affublé du surnom de Crocodile. Comme le prédateur, il semble pleurer en tuant ses victimes... L'enquête est confiée à l'inspecteur Lojacono, Sicilien déraciné, personnage effacé voire invisible. Dans une Naples fébrile et pluvieuse, deux hommes solitaires vont se livrer bataille. Le flic contre le tueur. Lequel s'imposera ?

 

monavis

 

the-crocodile.jpg Ce polar a été élu meilleur thriller italien de l'année au Noir in Festival de Courmayeur 2012. Il est sorti en France au début de mois de mai, et il est passé un peu inaperçu. C'est bien dommage car ça faisait longtemps que je ne m'étais pas autant régalée avec un roman policier. J'ai tout de suite beaucoup aimé l'écriture de l'auteur et la construction de ce roman. Les chapitres sont très courts et nous présentent différents points de vue. Le récit est bien rythmée et l'auteur ne s'embarrasse pas avec des longueurs, il va droit au but, tout en dressant un tableau noir et froid de la ville de Naples qui ne donne pas franchement envie de la visiter... Il nous la présente comme une ville grise, pluvieuse, froide, polluée, où les gens se croisent mais ne s'intéressent pas les uns aux autres. Les habitants, hormis certains, ne semblent pas chaleureux. Chacun s'occupe de ses affaires et tout le monde semble enfermé dans sa bulle, à l'abri des regards. Les personnages sont, comme souvent dans les romans policiers, torturés et solitaires. Lojacono, un inspecteur sicilien déraciné, se retrouve dans cette ville qu'il ne connait pas, loin de sa famille, à la suite d'une faute dont on l'accuse mais qu'il n'a pas commise. Il est relégué au bureau des plaintes où il passe ses journées à jouer aux cartes sur son ordinateur, jusqu'au jour où il se retrouve malgré lui au coeur de l'enquête sur le meurtrier que l'on surnommera plus tard le crocodile, parce qu'il est le premier sur les lieux et le seul a voir dans cette affaire, autre chose qu'un règlement de compte mafieux. La seule à le soutenir HGDKL.jpgdans sa démarche est Laura Piras, substitut du procureur de la république, une jeune et jolie trentenaire qui se noie dans le travail depuis la mort de celui qu'elle aimait. Leurs solitudes se font écho et ils vont finalement se retrouver seuls à suivre la même piste, à l'opposé de celle que suivent les autres enquêteurs.

 

 Ce roman policier m'a totalement bluffée. C'est bien simple, j'ai tout aimé. Pour moi, il n'y a rien à changer. Il est tout simplement parfait. Il n'y a rien en trop. L'auteur va à l'essentiel et pourtant, il ne manque rien. Tout est là. C'est rythmé, bien écrit, bien construit, avec de nombreux rebondissements, des personnages attachants et une intrigue très bien ficelée. C'est noir, machiavélique, terriblement flippant et paradoxalement c'est à la fois tendre et cruel, sombre et plein d'espoir. Pour ceux qui détestent les thrillers gores et sanglants, pas d'inquiétude, celui-ci ne l'est pas. Et pourtant c'est noir et ça fait vraiment froid dans le dos ! Il y a dans ce livre, la plus grande peur de tout parent et on n'en sort pas indemne. On se met à la place de chacun et c'est vraiment terrifiant. Le coeur.giftitre est bien choisi et l'auteur ne fait pas les choses à moitié. Il va jusqu'au bout dans la noirceur et c'est ce que j'aime dans les thrillers. Ca faisait longtemps que je n'en avais pas lu de si bon alors je vous recommande chaudement ce thriller. Il serait dommage de passer à côté... Il y a vraiment de très bons crus chez Fleuve Noir, cette année. J'avais déjà beaucoup aimé "La Dernière pluie" - un thriller d'anticipation court mais palpitant, tout droit venu de Finlande - que je vous recommande aussi, mais celui-ci m'a encore plus plu !

 

"La mort est une danse, pense Lojacono.

Une danse conçue par un mauvais chorégraphe." (p279)

 

En quelques mots :

Un thriller bluffant et terrifiant à découvrir à tout prix ! C'est machiavélique et terriblement noir. J'ai adoré la construction du roman, l'intrigue, les personnages... Il n'y a rien à jeter. C'est un excellent roman à la construction irréprochable et au suspense implacable, dont on sort le souffle court et le coeur lourd.



Voir les commentaires

2013-07-11T20:03:00+02:00

Un intérêt particulier pour les morts (Ann Granger)

Publié par MyaRosa

Un intérêt particulier pour les morts

(A Rare interest in Corpses)

Ann Granger

couv56927829.jpg

Catégorie(s) : Roman policier historique

Edition / Collection : 10/18 / Grands détectives

Date de parution : 20 juin 2013

Nombre de pages : 379

Prix : 7,50€

 

L'histoire :

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d'apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l'un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s'est passé. Elle renoue avec un ami d'enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.

 

monavis2

 

L'intrigue de ce roman se déroule à Londres en 1864. Lizzie est une provinciale célibataire et bientôt 51HeDU6k9TL._SY300_.jpgtrentenaire. Orpheline de mère depuis son plus jeune âge, elle a été élevée par son père, un homme bon et généreux, médecin de profession, qui lui a inculqué des valeurs humanistes et lui a offert certainement plus de liberté que n'en avaient les jeunes filles à cette époque. Lizzie est donc une jeune fille en décalage avec son temps. Elle est curieuse, indépendante et progressiste. Elle a lu Darwin, n'a pas sa langue dans sa poche, et n'attend pas désespérément qu'un gentleman vienne lui demander sa main. A la mort de son père, elle se retrouve sans le sou et accepte une place de dame de compagnie chez une lointaine parente habitant Londres. Elle débarque ainsi dans la grande ville pour la première fois et découvre peu à peu l'autre côté du miroir... Outre les quartiers malfamés, la pauvreté, la crasse et les lieux de débauche, Londres abrite de superbes demeures qui cachent de bien vilaines choses... Qu'est-il arrivé à Maddie, l'ancienne dame de compagnie disparue peu de temps avant l'arrivée de Lizzie ? Est-elle vraiment partie de son plein gré ? Alors que tout le monde autour d'elle semble vouloir étouffer l'affaire, notre héroïne, assoiffée de justice, est bien décidée à découvrir le fin mot de l'histoire...

 

 Je ne vais pas vous laisser mariner plus longtemps, j'ai beaucoup aimé cette lecture. Les personnages sont 513nCEMeMvL._SY445_.jpgtrès attachants et je me réjouis de savoir qu'on les retrouvera dans d'autres enquêtes. Lizzie m'a vraiment beaucoup plu. Elle est intelligente, drôle et effrontée. Alors qu'elle mène officieusement l'enquête, c'est l'inspecteur Ross qui est chargé de l'affaire. Celui-ci n'est pas un ami d'enfance de Lizzie, comme il est écrit sur la quatrième de couverture, mais un personnage qu'elle a croisé une fois dans son enfance et qu'elle n'a jamais oublié. Ils vont se retrouver après de nombreuses années et le moins que l'on puisse dire c'est que le courant passe bien entre ces deux-là... Leurs rencontres et leurs échanges sont vraiment délicieux. Ils ont beaucoup de points communs et sont tous les deux humanistes et progressistes. Il y a des petits détails vraiment amusants. Par exemple, l'inspecteur Ross a pour habitude de prendre des notes durant ses enquêtes, chose qui ne se faisait absolument pas à l'époque. Ca choque les personnes qu'il interroge et fait rire ses collègues, mais il est persuadé que plus tard, tous les enquêteurs prendront des notes.

 

 L'intrigue policière est très classique. Il n'y a rien d'extraordinaire de ce côté là même si le suspense est bien mené, mais j'ai été totalement conquise par la plume de l'auteur délicieusement acérée et par les dialogues qui sont totalement savoureux. Elle dresse un tableau très noir de Londres, dénonce l'hypocrisie des plus riches et les faux-semblants. Les gentleman, ladies et hommes de foi en prennent pour leur grade ! J'ai adoré tous les petits détails d'époque et la façon dont l'auteur nous 61-jjOnwjSL._AA278_PIkin4-BottomRight--46-22_AA300_SH20_OU0.jpgtransporte en plein XIXème siècle. La période qu'elle a choisi est fascinante. Nous sommes en pleine période de renouveau pour Londres. La gare St Pancras est en pleine construction. Tout le monde s'active dans les mines. On s'y croirait. On a l'impression d'entendre les sabots des chevaux, de sentir les odeurs qui se mêlent (feu, charbon, soufre, poussière, chou bouillie, crasse et transpiration... ça fait rêver, non ?) et d'être enseveli dans le brouillard londonien presque palpable. On a l'impression d'être isolé et prisonnier de ce monde vaporeux, humide et étouffant. Le temps semble suspendu, c'est comme s'il n'y avait plus ni jour ni nuit. Les gens restent calfeutrés chez eux, attendant vainement que le brouillard se lève. Il y a des scènes très réussies qui deviennent effrayantes tant l'atmosphère est troublante.  Le roman est partagé entre deux univers opposés qui forment un beau tableau londonien du XIXème siècle : d'un côté les quartiers pauvres et malfamés avec leurs odeurs nauséabondes, les nombreux accidents sur les bords de la Tamise, les voleurs, les ivrognes et les prostituées et de l'autre, les gens aisés chez qui tea time et brandy sont de mise et qui sont souvent couverts d'un épais vernis d'hypocrisie. Tout le monde semble louche et suspect. C'est vraiment très bien ficelé.

 

"Le brouillard de Londres est ainsi. Il rôde autour de vous, d'abord caché dans la brume au-dessus du fleuve ou dans un tourbillon de vapeur dans un parc, et d'un seul coup, avant que vous ne vous en rendiez compte, il sort de sa tanière et il s'étend de toutes parts, comme une pieuvre en chasse qui allonge ses tentacules." (p314)

Le brouillard est une chose curieuse. Il joue des tours à notre esprit." (p342)

 

 Ann Granger a déjà écrit plus d'une trentaine d'ouvrages qui a été traduit dans de nombreuses langues et ce roman est le premier traduit en français. Il était temps ! "Un intérêt particulier pour les morts" est le premier volet de sa série "Lizzie Martin" qui compte déjà quatre volumes en VO. Je suis vraiment impatiente de découvrir le suivant et de replonger dans cette noirceur victorienne. J'espère que la couverture du prochain roman sera aussi jolie que celle-ci car je la trouve vraiment magnifique. Je tiens également à préciser que la traduction est impeccable. Aucune tournure de phrase un peu étrange et je pense que la traductrice, Delphine Rivet, a bien su retranscrire la magie des dialogues. Pour cela, un grand merci !

 

En quelques mots :

Une intrigue plutôt classique mais un livre qui vaut le détour. Les personnages sont attachants, les dialogues savoureux et la plume de l'auteur acérée. Ann Granger dresse un tableau très sombre de la ville de Londres au XIXème siècle. On s'y croirait !

 


Voir les commentaires

2013-06-05T14:25:00+02:00

Le Manuel du serial killer (Frédéric Mars)

Publié par MyaRosa

Le Manuel du serial killer

de Frédéric Mars

couv28672894

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Black Moon / Thriller

Date de parution : 6 mars 2013

Nombre de pages : 462

Prix : 18€

 

L'histoire :

Dans deux ou trois heure tout au plus, ce garçon sera mort. Je vous raconte la suite ? Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ? Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé. Les yeux du gamin ont cessé de papillonner. Le coma ne va pas tarder à l'emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va ... Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ? Non. Je vais plutôt vous parler de moi. C'est ça, de moi seul. La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.

 

monavis

 

 Une fois n'est pas coutume, je ne vous dirais rien de l'intrigue de ce livre. Ce n'est pas que je n'en ai pas envie, mais pour une fois que la quatrième de couverture n'en dit pas trop, ce serait dommage de gâcher l'effet de surprise. Ce que je peux vous dire, en revanche, c'est que ce thriller est redoutablement bien ficelé. Il vous happe dès les premières lignes. Il vous captive, vous intrigue, vous prend dans ses filets et ne vous laisse plus repartir. Une fois ce livre entamé, il est bien difficile de le reposer sans connaître le fin mot de l'histoire. On a envie de savoir à tout prix. De comprendre. Pourquoi ? Comment ? Qui ? Quand ? En général, lorsque je lis un thriller, j'ai le sentiment que j'avance, que mes réflexions progressent et que je ne suis plus loin d'avoir compris ce qu'il en est vraiment. Le livre de Frédéric Mars m'a donné la sensation contraire. Au lieu d'avancer, on s'embourbe de plus en plus. Ce qui avait l'air simple se complique. On croit avoir compris et on découvre que finalement c'est beaucoup plus complexe que ça en a l'air. Plus on avance et moins on en sait. C'est assez déroutant et perturbant car on ne sait plus quoi penser ni qui croire. On est totalement perdu... J'ai adoré cette sensation et je me suis vraiment régalée à lire ce livre. L'écriture de Frédéric Mars est percutante et m'a beaucoup plu. J'avais déjà bien accroché avec son style lors de ma lecture du premier tome des "Ecriveurs", mais là ça se confirme, il faut absolument que je lise ses autres romans ! J'adore la façon qu'il a de s'adresser directement au lecteur. On a parfois l'impression que le narrateur est là, juste derrière nous, et qu'il nous souffle ses mots. Brrr, ça fait froid dans le dos ! La construction de ce thriller est vraiment bluffante. On a parfois l'impression que ça part dans tous les sens alors qu'en fait tout est bien ficelé, bien orchestré, rien n'est laissé au hasard... Il y a énormément de rebondissements et des révélations qu'on ne voit pas venir et qu'on n'avait même pas envisagé...

 

 J'ai passé un très bon moment, dévorant avec avidité les pages de ce livre et je ne peux que vous le recommander car il est captivant et terriblement addictif ! Je n'ai pas vu le temps passer et j'en ressors complètement chamboulée. Néanmoins, je dois bien avouer que je suis un tout petit peu déçue par la chute que je trouve un peu "facile". En revanche, je dois reconnaître que l'auteur a pris la peine de nous apporter les réponses aux questions que l'on se pose et qui justifient ce dénouement alors qu'il aurait pu s'arrêter là. Du coup, ça m'a donné envie de relire le roman depuis le début pour essayer de dénicher les indices semés ici et là. Ce qui a certainement joué aussi, c'est que j'ai récemment lu un autre thriller qui a une chute assez similaire et du coup, je pense que ça m'a vraiment gâché l'effet de surprise. Ca, on ne pouvait pas le prévoir et ça n'enlève en rien les qualités de ce thriller, c'est juste dommage... Si je l'avais lu à un autre moment, j'aurais certainement été encore plus enthousiaste. C'est exactement ce que j'avais ressenti lors de ma lecture de "L'Invisible", l'excellent thriller de Robert Pobi. Ce livre est vraiment très bon et je pense qu'il peut plaire à un public très large, autant aux amateurs de thrillers qu'à ceux qui n'ont pas l'habitude d'en lire ou qui n'apprécient pas forcément les détails sanglants. Ce serait vraiment dommage de passer à côté d'un tel page-turner !  Un petit conseil avant de vous quitter, essayez de lire ce roman lorsque vous aurez du temps devant vous car je vous assure qu'il est vraiment difficile de le reposer et vous n'aurez certainement pas l'esprit tranquille lorsque vous l'aurez terminé...

 

Voir les commentaires

2013-06-03T08:48:00+02:00

Les Justes (Michael Wallace)

Publié par MyaRosa

Les Justes

(The Righteous, book 1)

de Michael Wallace

couv59264009.jpg

Catégorie(s) : Roman policier / Thriller

Edition / Collection : MA éditions / Pôle noir

Date de parution : 12 juin 2013

Nombre de pages : 300

Prix : 17,90€

 

L'histoire :

Par une froide nuit du désert de l’Utah, une jeune femme s’enfuit de chez elle, sa petite fille de trois ans endormie dans ses bras. Elle sera retrouvée morte, la gorge tranchée et la langue arrachée, quelques heures plus tard. La fillette, quant à elle, a été ramenée dans son lit saine et sauve. Les habitants de Blister Creek souhaitent que cette affaire soit résolue au plus vite, et en toute discrétion. Ils sont membres d’une communauté mormone dissidente dans laquelle la polygamie est de rigueur, et ne veulent, à aucun prix, que des informations sur leur mode de vie filtrent dans le « monde extérieur ». C’est un des leurs qui va mener l’enquête : Jacob Christianson, fils d’un patriarche respecté, et accessoirement cousin de la victime. Avec l’aide de sa sœur adolescente, Eliza, Jacob commence à enquêter sur ce meurtre. Il va bientôt mettre au jour un monstrueux secret, qui pourrait détruire les fondements même de leur église...

 

monavis.jpg

 

 L'originalité de ce roman policier est qu'il se déroule au sein d'une communauté mormone. L'auteur connaît très bien son sujet puisqu'il a, lui même, grandi dans ce milieu. Ce roman nous permet une plongée et une immersion dans un univers fermé et secret et c'est justement ce qui m'a donné envie de le découvrir. Les communauté de mormons ne fonctionnent pas toutes de la même manière. Celle que nous découvrons est une communauté polygame basée en plein désert, au coeur de l'Utah.

 

the-righteous1.jpg Le roman commence par un meurtre absolument atroce qui va être le point de départ d'une enquête un peu particulière puisque ce ne sont pas des hommes de loi qui enquêtent, mais Jacob, un jeune homme de vingt six ans, étudiant en médecine et fils d'un patriarche respecté. Cette responsabilité lui a été confiée car il n'est pas question pour les mormons d'ébruiter l'affaire. Ils tiennent à rester discrets. Jacob va être accompagné de sa jeune soeur, Eliza, âgée de dix-sept ans. Vous vous doutez bien que si elle l'accompagne, ce n'est pas officiellement pour l'aider dans son enquête, car dans ce milieu ce n'est pas du tout ce que l'on attend d'une femme. Si Eliza l'accompagne, c'est uniquement parce que Jacob doit profiter du voyage imposé par son enquête pour la présenter à ses prétendants car son père attend d'elle qu'elle se marie prochainement pour offrir ainsi à son frère une possibilité d'évolution au sein de la communauté qu'il ne pourrait obtenir qu'en se mariant avec la fille d'un autre patriarche respecté. Mais Jacob et Eliza ont d'autres rêves, d'autres espérances. S'ils ont grandi au sein de la communauté avec ces valeurs et ces croyances qu'on leur impose, ils aspirent à plus de liberté. Ils ont un regard plutôt objectif sur leur communauté et n'approuvent pas toujours les choix des patriarches. Ils sont tous les deux très intelligents et j'ai beaucoup aimé leur lucidité et le recul qu'ils ont par rapport à ce qu'on leur impose. Malgré tout, ils restent fidèles à leur communauté et sont souvent tiraillés entre leur foi, les règles imposées et leurs aspirations personnelles.

 

51bI8NsUgeL._SS500_.jpg L'intrigue est très prenante et l'écriture de l'auteur est agréable. J'ai eu un peu peur au début car je trouvais qu'on nous disait un peu trop de choses, mais on découvre au fur et à mesure que le mobile est bien plus complexe qu'il n'y parait et j'ai rapidement été captivée. Je me suis beaucoup attachée au duo Jacob-Eliza. C'est vraiment révoltant de découvrir la place que tiennent les femmes dans beaucoup de milieux et de cultures. Elles sont soumises et n'ont pas leur mot à dire sur les choix qui les concernent. Mais dans cette histoire, on constate quand même que même si leurs maris sont loin de s'en douter, certaines sont beaucoup moins naïves et soumises que ce qu'on attendrait d'elles. J'ai été totalement révoltée aussi par les actes terribles que peuvent commettre les hommes au nom de Dieu. Ce n'est, bien sûr, un secret pour personne, mais certains se servent de leur foi comme d'une arme pour commettre les pires atrocités en toute impunité. Quelle abomination ! Mais ne vous y trompez pas. Le but de ce livre n'est pas de jeter la pierre aux croyants ou aux mormons, il y a des hommes bons et des hommes mauvais dans tous les milieux.

 

 J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, plus pour l'immersion que pour l'intrigue finalement car je ne l'ai pas trouvée extraordinaire non plus même si elle est tout de même prenante. Cette histoire fait vraiment froid dans le dos ! J'ai aimé les rebondissements et l'immersion dans ce milieu mais ce qui m'a le plus marqué, c'est assurément ce duo d'enquêteurs peu banal et terriblement attachant. D'après ce que j'ai compris, il s'agit du premier volet d'une série dont les tomes peuvent se lire indépendamment - il y a déjà 5 romans parus en VO - donc on devrait retrouver rapidement Jacob et Eliza dans de nouvelles enquêtes. Je m'en réjouis d'avance !

 

¤¤

 

couv23307512.gif.jpgComme je vois que je ne suis pas la seule à être intéressée par histoires qui se déroulent chez les mormons, je vous recommande également ce roman de Jacquelyn Mitchard que j'avais présenté au tout début de mon blog (ICI).

 

 Veronica Swan vit une enfance paisible dans un hameau isolé de l'Utah, au sein d'une communauté de mormons. Cette harmonie vole en éclats quand ses deux petites sœurs sont assassinées. Ses parents trouvent la force de pardonner au meurtrier. Veronica, elle, ne peut pas. Des années plus tard, elle change d'identité et entreprend de venger la mort de ses soeurs. Mais, alors qu'elle resserre son étau autour de l'assassin, Veronica prend une décision qui va la transformer, tout comme ses proches, à jamais... Grâce au portrait de Veronica, Jacquelyn Mitchard explore les actes mystérieux qui donnent sens à nos vies.


Voir les commentaires

2013-05-12T05:14:00+02:00

Broken (Karin Slaughter)

Publié par MyaRosa

Broken

de Karin Slaughter

broken-karin-slaughter.jpg

Catégorie(s) : Thriller / Littérature américaine

Edition / Collection : Grasset / Thriller

Date de parution : 3 avril 2013

Nombre de pages : 418

Prix : 19,90€

 

L'histoire :

Le corps d'une jeune femme assassinée de manière atroce est découvert dans un lac du Comté de Grant.
Quelques heures plus tard, Tommy Braham, l'assassin présumé, un attardé mental, est arrêté après avoir grièvement un policier lancé à ses trousses. Incarcéré, il passe aux aveux et se suicide dans sa cellule. Sur les murs, son ultime message, comme un appel au secours : « Pas moi ».
Sara Linton, l'ancien médecin légiste du Comté de Grant, retourne pour la première fois dans la ville où son mari policier a été tué. Rongée par la culpabilité car Tommy a été l'un de ses patients, Sara se lance dans une enquête désespérée, persuadée que les enquêteurs locaux cachent la vérité.
Elle demande l'aide de Will Trent, l'agent fédéral du Georgia Bureau of Investigation : les deux enquêteurs vont devoir se confronter à des policiers corrompus et impitoyables.

 

monavis2

 

 J'ai lu Genesis, le précédent thriller de Karin Slaughter, il y a seulement quelques jours et j'ai vraiment adoré. Je me suis donc plongée dans celui-ci assez confiante et avec pas mal d'attentes et j'en ressors un peu déçue... Cette nouvelle enquête réunit les mêmes protagonistes que dans Genesis : Will Trent et Sara Linton. J'étais contente de les retrouver, mais cette fois, ça m'a un peu dérangé de ne pas avoir lu les précédents opus de Karin Slaughter car elle a choisi de nous replonger dans le passé des personnages. On Karin-Slaughter-Broken.jpgparle beaucoup de ce qui leur est arrivé avant et même si je n'ai pas eu de mal à comprendre car c'est bien détaillé, je pense que ça m'a beaucoup moins touché que si je les avais suivi depuis plusieurs romans déjà. On sent que ce roman est là pour répondre aux questions que se posent les fidèles lecteurs de Karin Slaughter et ce, un peu au détriment de l'enquête...

 

 Ca se lit tout seul et l'écriture de Karin Slaughter est toujours aussi agréable, mais j'ai trouvé l'intrigue moins palpitante et ça traîne parfois en longueur. De plus, j'ai été un peu agacée par les querelles de flics qui étaient déjà très présentes dans Genesis mais qui ne m'avaient pas dérangé plus que cela. C'est certainement le fait d'avoir lu les deux romans à la suite, mais du coup, dans celui-ci ça m'a un peu lassé et semblé redondant. Heureusement il y a quand même pas mal de rebondissements et de suspense. J'ai aimé cette lecture mais je suis quand même moins emballée par Broken que par Genesis mais comme je l'ai dit plus haut, c'est certainement parce que je n'ai pas lu tous les romans mettant en scène Will Trent et Sara Linton. Je pense qu'il est quand même préférable de connaître un peu leurs histoires personnelles avant de se plonger dans ce roman. J'ai tout de même passé un bon moment et je compte bien continuer ma découverte des romans de l'auteur.

 

A lire également :

¤ Genesis ¤


Voir les commentaires

2013-05-11T09:02:00+02:00

Genesis (Karin Slaughter)

Publié par MyaRosa

Genesis

(Undone)

de Karin Slaughter

couv genesis slaughter

Catégorie(s) : Thriller - Littérature américaine

Edition / Collection : Le Livre de Poche / Thriller

Date de parution : 10 avril 2013

Nombre de pages : 666

Prix : 8,10€

 

L'histoire :

Quelqu'un l'a torturée... torturée longuement... Ancien médecin légiste, Sara Linton travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, où elle tente de se reconstruire. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur. L'inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation et sa coéquipière Faith Mitchell comprennent rapidement que la patiente de Sara est la première victime d'un tueur sadique, d'un esprit dérangé. Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace. Après Tryptique et Irréparable, Karin Slaughter nous offre une fois de plus une intrigue impeccablement tissée, à la fois roman à suspense, polar psychologique et portrait cru de la vie de flic...

 

monavis2

 

 C'est avec ce titre que je découvre enfin Karin Slaughter. J'ai beaucoup entendu parler de cet auteur, croisé son nom des dizaines de fois, et pourtant, je n'avais encore jamais sauté le pas. Genesis (Undone) est le troisième thriller mettant en scène le personnage de Will Trent, enquêteur assez peu ordinaire et difficile à oublier. Je n'ai pas lu les précédents et même si, en général, je préfère lire les livres dans l'ordre, je dois bien avouer que ça ne m'a pas du tout dérangé durant ma lecture. L'auteur passe beaucoup de temps à nous parler de ses personnages, à nous décrire leur vie, leurs sentiments, leurs aspirations. Je me suis d'ailleurs souvent dit que ça pourrait ennuyer bon nombre de lecteurs, mais personnellement, j'ai adoré. L'auteur est vraiment très, très bavarde et il lui arrive souvent de divaguer, de nous parler de petits détails de la vie de personnages pourtant peu essentiels à l'intrigue, mais c'est tellement bien écrit qu'on se prend au jeu. Ses personnages sont crédibles et si bien décrits qu'on a l'impression de les connaître. Elle a une vraie sensibilité et un don hors norme en ce qui concerne la psychologie des personnages.

 

 Mais ne vous y trompez pas ! Je m'étends sur ce point car ça m'a vraiment sauté aux yeux durant ma lecture, mais ce n'est pas le seul talent de Karin Slaughter. Elle écrit vraiment bien et comprend parfaitement l'esprit humain, mais l'intrigue de son roman n'est pas en reste et m'a vraiment beaucoup plu. Il y a beaucoup de suspense, plusieurs éléments qui viennent s'imbriquer comme les pièces d'un puzzle. Tout est savamment orchestré et mené de main de maître. J'ai été surprise plus d'une fois par les révélations qui arrivent au compte-goutte, jusqu'au dénouement implacable et parfaitement maîtrisé. Je me suis régalée avec ce thriller palpitant et j'ai adoré les personnages, aussi bien Sara que Will ou Faith. Si vous aimez les thrillers bien écrits qui mettent en scène des tueurs machiavéliques et des enquêteurs ayant aussi une vie bien remplie et des ennuis à la pelle, vous aimerez Genesis. Je lirai avec grand plaisir d'autres romans de Karin Slaughter et je sens que de belles heures de lecture m'attendent vu le nombre de romans qu'elle a écrit ! Une belle découverte et un nom de plus sur ma liste d'auteurs de thrillers à ne surtout pas manquer. 

 

1092912-gf.jpgcouv52250633.jpggenesis.jpgUndone-by-Karin-Slaughter.jpg


Voir les commentaires

2013-04-09T22:48:00+02:00

La Dernière pluie (Antti Tuomainen)

Publié par MyaRosa

La Dernière pluie

(Parantaja)

de Antti Tuomainen

512gk0UkDWL. SL500 AA300

Catégorie(s) : Thriller - Littérature finlandaise

Edition / Collection : Fleuve Noir

Date de parution : 11 avril 2013

Nombre de pages : 231

Prix : 18,90€

 

L'histoire :

À Helsinki, les changements climatiques sont si violents que la plupart des habitants ont fui la ville. Tapani est resté chez lui. Deux jours avant Noël, sa femme Johanna, une journaliste de renom, disparaît. Tapani se lance dans une recherche frénétique. Il est persuadé que sa disparition n est pas étrangère à ses récentes recherches sur un serial killer aux motivations politiques surnommé « le Guérisseur ». Mais en fouillant dans le travail de sa femme, il découvre des secrets sur son passé qui la relient aux meurtres sur lesquels elle enquêtait... Tapani est prêt à tout pour retrouver l amour de sa vie quels que soient les secrets de son passé.

 

monavis

 

 Antti Tuomainen est un auteur de roman policier finlandais qui a déjà conquis le nord de l'Europe avec ses trois romans unanimement salués par la critique, et celui-ci, le premier traduit en français, a d'ailleurs reçu le prix Clue Award pour le meilleur roman policier finlandais en 2011.

 

parantaja.jpg La grande force de ce roman est sans aucun doute l'atmosphère dans laquelle nous plonge l'auteur dès les premières pages. On comprend rapidement que l'histoire ne se déroule pas de nos jours, mais dans un futur proche terriblement sombre. L'Europe est dévastée par des dérèglements climatiques sans précédent, des réfugiés de toutes nationalités ont envahi la Finlande dans l'espoir d'y trouver de quoi vivre mais le constat est accablant. La pauvreté est partout, les gens n'ont plus de travail, à peine de quoi se nourrir. Les magasins sont totalement désertés voire abandonnés, conséquence de cette terrible crise économique qui fait rage. De terribles maladies refont surface or il n'y a personne pour les soigner et la police n'est même plus en mesure d'assurer la sécurité car il n'y a plus de personnel. Ce tableau totalement noir et terrifiant est pourtant d'un grand réalisme. C'est parfaitement crédible. On n'a pas du tout le sentiment de lire quelque chose de fictif, cette vie terrifiante ne semble pas si loin de la nôtre et c'est justement ce qui est le plus effrayant...

 

 C'est dans ce contexte et sous une pluie qui ne s'arrête jamais que l'on rencontre Tapani, qui s'inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa femme, Johanna, une journaliste qui enquêtait sur une affaire liée à un serial killer. Quelque chose cloche et Tapani le sait. Jamais sa femme ne serait partie sans le prévenir. Malheureusement pour lui, le rédacteur en chef du journal pour lequel travaillait Johanna ainsi que la police ne lui sont pas d'une grande aide. C'est donc tout seul que Tapani va mener l'enquête et découvrir des pans de la vie de sa femme qu'il était loin de soupçonner. Mais connaît-on vraiment les gens que l'on aime ?

 

 J'ai vraiment adoré l'ambiance de ce roman. Elle m'a semblé étrange et déconcertante au début car l'auteur ne nous fournit pas beaucoup d'indications concernant le contexte (il n'y a aucune date), mais on se prend rapidement au jeu et on s'y croirait. On a l'impression d'être prisonnier de cette grisaille, de tout ce pessimisme et de cette pluie qui n'en finit pas. C'est oppressant, angoissant et vraiment terrifiant. J'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur, sarcastique et poétique à la fois. Il y a des passages d'une noirceur terrible et d'autres - notamment lorsque Tapani se plonge dans ses souvenirs - d'une beauté troublante. Il arrive à rendre de petits détails, de petits instants du quotidien infiniment précieux. On sent tout l'amour que Tapani porte à sa femme. On suit avec curiosité et fascination l'enquête qu'il mène ne sachant pas très bien où l'auteur veut nous emmener et pourtant, la fin est tellement logique, tellement évidente quand on y pense... Elle est le fruit d'un lent cheminement, d'une prise de conscience terrible mais légitime. C'est un récit vraiment troublant et très bien construit.

 

 Je trouve que ce polar nordique réunit les ingrédients qui font le succès de ce genre tout en étant très original. Chapeau ! C'est noir, glacial, lent sans pour autant traîner en longueur, et l'on tourne la dernière page le souffle court. C'est terriblement sombre, pessimiste, oppressant et dérangeant. J'espère sincèrement que notre monde ne va pas devenir tel qu'il est décrit dans ce livre car ça fait vraiment froid dans le dos...

 

¤¤¤¤¤

 

"Pour moi, continuer d'écrire signifiait continuer de vivre. Et non pas parce que je m'imaginais trouver des lecteurs. Les gens essayaient de survivre au jour le jour, et cela n'avait pas grand chose à voir avec la poésie. Mes raisons étaient parfaitement égoïstes.

L'écriture m'apportait au quotidien une ligne à suivre. Les mots, les phrases et les vers maintenaient dans ma vie l'ordre qui avait disparu de notre monde. Ecrire empêchait le lien fragile entre passé, présent et futur de se rompre."

 

"- Tant que tu pensais savoir tout ce que tu devais savoir, tu étais satisfait. Là tu t'aperçois que tu ne sais pas tout, et ça te fait mal. On devrait toujours se demander si on veut vraiment tout savoir. Ne serait-ce que sur son épouse."

 

 


Voir les commentaires

2013-03-28T17:08:00+01:00

Clairvoyance, La Falaise écarlate

Publié par MyaRosa

Clairvoyance, La Falaise écarlate

de Amélie Sarn

couv66257750

Catégorie(s) : Thriller - Jeunesse/Young-adult

Edition / Collection : J'ai Lu

Date de parution : 13 mars 2013

Nombre de pages : 220

Prix : 12€

 

L'histoire :

"Elle s'est recroquevillée. Tout son corps est douloureux. Ses bras, son dos, son ventre. Partout où il l'a frappée. Il n'a épargné que son visage. Comme chaque fois. Elle le hait, du plus profond de son âme. Dès qu'il est apparu dans l'encadrement de la porte, elle a su ce qui l'attendait. Il est devenu un autre homme. Presque du jour au lendemain. Et elle repense à toutes ces mises en garde... qu'elle n'a pas voulu entendre... Pourquoi ?"

 

monavis

 

 En novembre dernier, je vous ai parlé du premier volet de Clairvoyance qui m'avait moyennement convaincu... En vérité, ce qui m'a déçu, c'est que je m'attendais à lire un thriller pour adultes assez sombre et je me suis retrouvée confrontée à des discussions et des préoccupations d'adolescents qui étaient loin de ce que j'attendais. Néanmoins, j'ai bien aimé le personnage d'Emma et j'avais envie de poursuivre l'aventure. Je dois bien avouer aussi que le synopsis assez énigmatique et la superbe couverture de "La Falaise éclartate" y sont pour quelque chose... Petite précision pour commencer, il est parfaitement possible de lire ce livre même si vous n'avez pas lu "La Maison de l'ombre".

 

 Dans ce nouvel opus, Emma part en Bretagne retrouver son père et sa nouvelle belle-mère pour les vacances. Cette idée ne l'enchante vraiment pas et c'est à regret qu'elle quitte sa mère et ses amis. L'adolescente pensait passer des vacances pluvieuses et ennuyeuses, mais c'est un soleil radieux et un drame qui l'attendent... Juste après son arrivée, elle fait des rêves étranges et une jeune fille est retrouvée morte au pied d'une falaise. Elle se serait suicidée. Pourtant, ça ne correspond en rien à ce qu'Emma a vu dans son rêve... Serait-il possible que ce ne soit pas un suicide ?

 

 Ce roman m'a vraiment beaucoup, beaucoup plu. L'intrigue est bien construite et je pense que beaucoup d'adolescentes pourront se reconnaître dans le personnage d'Emma et s'attacher à elle. Tiraillée entre ses cauchemars et des préoccupations plus banales d'adolescentes (la nouvelle belle-mère, la rancoeur qu'elle a contre son père, le sourire de Maxence qui la fait totalement craquer, etc...), Emma ne sait plus où donner de la tête. L'enquête est vraiment bien menée et même si je me suis doutée de beaucoup de choses, j'ai aimé suivre le cheminement d'Emma et découvrir ses rêves. Je pense que cette série est vraiment parfaite pour faire découvrir les thrillers aux jeunes qui ne connaissent pas encore ou qui lisent peu. Amélie Sarn écrit vraiment très bien et on plonge immédiatement dans l'histoire sans jamais trouver le temps long. J'ai vraiment adoré et j'attends le prochain volet de Clairvoyance avec impatience.

 

Voir les commentaires

2013-02-19T15:51:00+01:00

Black Coffee (Sophie Loubière)

Publié par MyaRosa

Black Coffee

de Sophie Loubière

couv7915773.jpg

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Fleuve noir

Date de parution : 14 février 2013

Nombre de pages : 557

Prix : 20,90€

 

L'histoire : 

Juillet 1966. Dans la petite ville perdue de Narcissa, Oklahoma, une maison isolée en bordure de la mythique route 66 est la cible d’un tueur sanguinaire. Une femme enceinte et une fillette sont assassinées, une mère et son fils Desmond grièvement blessés. Le jeune garçon va grandir à l’ombre de ce dossier jamais élucidé par la police, hanté par la figure du tueur, sous le regard d’une mère psychologiquement détruite et à des milliers de kilomètres d’un père absent le jour du drame, et qui n’a eu de cesse de raviver la culpabilité de son fils. Si seulement tu n’avais pas attaché le chien…

2011. Devenu journaliste puis professeur de criminologie à l’université, Desmond G. Blur décide de quitter Chicago pour s’installer en Arizona dans la maison de son père décédé. Une ultime tentative du fils pour se rapprocher de son père et s'en faire pardonner, sans savoir que celui-ci, d’outre-tombe, l’a peut-être mis sur la voie de la réconciliation avec leur passé. Car l’arrivée dans le secteur d’une femme vient bientôt réveiller les démons passés de Desmond : Lola, une femme au comportement étrange qui voyage seule avec ses deux enfants, visitant des villes fantômes. Une Française dont Desmond découvre vite que, sous couvert de jouer les touristes, elle recherche son mari littéralement volatilisé trois ans plus tôt sur la route 66. Ce dernier lui aurait fait parvenir un cahier, seul indice de la piste à suivre. Un cahier contenant un récit qui, s’il n’est pas l’œuvre d’un mythomane, est la preuve de l’existence d’un des plus ahurissant criminel que l’histoire des Etats-Unis ait connu… et dont le chemin sanglant traversait déjà la petite ville de Narcissa en Oklahoma l’été 1966.

 

monavis2

 

 J'étais vraiment impatiente de découvrir ce roman qui avait tout pour me plaire. J'aime beaucoup les histoires qui ont pour cadre la route 66 et ses légendes et je trouve la couverture vraiment très, très attirante. J'ai été totalement emballée par le début de ce thriller. L'auteur met tout en place habilement, photo-7-.PNGsème des indices ici et là et nous fait découvrir plusieurs facettes de la mythique route 66 en nous racontant différentes histoires à chaque chapitre. J'ai adoré les descriptions des passages désertiques, des villes fantômes ayant jadis eu leur heure de gloire. En revanche, je dois avouer que j'ai trouvé que ça s'essoufflait au fil des chapitres... Une fois les deux cent premières pages passées, quand le décor est posé et qu'on a compris où l'auteur voulait en venir, le temps semble beaucoup plus long. J'ai trouvé que ça traînait en longueur et qu'on s'attardait souvent sur des détails pas forcément indispensables à l'histoire. En ce qui concerne les personnages, c'est un peu la même chose, mon engouement s'est tari après quelques heures de lecture. Alors que je les trouvais très intéressants au début de l'histoire, ils ont fini par m'agacer avec leur jeu du chat et de la souris et leur façon de tourner en rond. Je les ai trouvé assez peu crédibles finalement alors que les idées de départ sur leur histoire personnelle étaient vraiment bien trouvées et ils m'ont laissé indifférente...

 

 En ce qui concerne l'enquête principale, elle m'a bien plu. J'ai aimé le cheminement des personnages et la façon dont l'auteur sème des indices et nous envoie vers plusieurs pistes. Dommage qu'elle ait été un peu noyée au milieu de trop de détails... Ce que j'ai préféré dans ce livre, c'est vraiment la route 66 qui est un personnage à part entière avec son histoire, les fantômes du passé qui la hantent, les légendes qui l'entourent et la façon dont elle peut changer d'un instant à l'autre. En ce sens, le livre est vraiment réussi car c'est très imagé et les descriptions m'ont vraiment charmé. C'est une route aux mille facettes, aussi fascinante que terrifiante. J'ai vraiment eu l'impression de faire un road trip, de parcourir la route 66 et j'ai maintenant encore plus envie de m'y rendre pour découvrir tout cela par moi-même même si je ne serai pas vraiment rassurée, je pense... J'avais beaucoup d'attentes concernant ce livre et même s'il y a des choses que j'ai apprécié, je suis un peu déçue. Le rythme est trop lent, les personnages manquent de profondeur et il n'y a pas assez de suspense à mon goût. La fin m'a plu ainsi que les descriptions, mais pas au point de rattraper tout le reste. C'est une lecture sympa mais pas inoubliable ni palpitante. Dommage...

 

 


 


Voir les commentaires

2013-02-04T09:33:00+01:00

Codex Lethalis (Pierre-Yves Tinguely)

Publié par MyaRosa

Codex Lethalis

de Pierre-Yves Tinguely

couv52963640

Catégorie(s) : Thriller

Edition / Collection : Hachette / Black Moon Thriller

Date de parution : 6 février 2013

Nombre de pages : 376

Prix : 18€

 

L'histoire :

Deux agents de police en patrouille découvrent une scène effroyable : une petite famille apparemment ordinaire a été massacrée. Pourquoi Harold Buchanan, bon père de famille sans histoires, aurait-il tué sa fillette et sa femme avant de se supprimer ? L'autopsie révèle que sa propre mort n'est pas un suicide : son cerveau et ses globes oculaires ont comme bouilli. Un informaticien est chargé d'inspecter l'ordinateur de Buchanan : à son tour, il est pris d'une crise de folie meurtrière, et le massacre est évité de peu. D'autres scènes similaires se succèdent : des gens deviennent fous de rage et s'effondrent après avoir tenté d'anéantir tout ce qui les entoure. Le point commun de toutes ces personnes à la fois meurtrières et victimes ? Une vidéo, huit secondes de mort vivante, diffusée sur la Toile et ouverte d'un simple clic sur leur écran.

 

monavis

 

 Je cherchais une lecture prenante et bien noire qui me ferait froid dans le dos, et j'ai eu envie d'essayer la nouvelle collection des éditions Hachette qui propose des thrillers adultes et jeunes adultes. La collection porte le nom et le logo Black Moon mais il ne s'agit pas d'une collection jeunesse. Les romans proposés sont dans la lignée de "Non stop" de Frédéric Mars qui avait surpris les lecteurs habituels de Black Moon car c'est un thriller plus violent et plus sombre que ceux proposés d'ordinaire dans cette collection. Je suis étonnée car on n'en parle pas beaucoup sur la toile alors que cette collection regroupe déjà plusieurs titres vraiment alléchants. J'ai choisi de commencer par celui-ci car le synopsis m'a fait penser au "Syndrôme [E]" de Franck Thilliez que j'ai adoré.

 

 La première moitié du livre m'a totalement captivé. Les chapitres sont courts, l'écriture incisive presque clinique va droit au but, on s'attarde peu sur les détails et l'histoire avance très rapidement. J'ai même été surprise par les descriptions de scènes de crimes qui sont vraiment noires et sanglantes et Pierre-Yves Tinguely ne nous laisse pas vraiment le temps de nous remettre de nos émotions car les meurtres s'enchaînent à toute vitesse. Pour un premier roman, c'est vraiment bluffant !

 

 En revanche, la seconde moitié de ce roman me laisse un sentiment plus mitigé et ce, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, au bout d'un moment "trop d'action, tue l'action". Ce qui me plaisait au début a fini par me lasser après plusieurs dizaines de chapitres. Les interventions de la police, les actions menées pour arrêter le tueur m'ont semblé beaucoup trop détaillées et répétitives. Mais la chose qui m'a le plus dérangé, c'est que l'intrigue prenne une tournure tout à fait inattendue qui m'a déstabilisé et m'a semblé beaucoup moins crédible. L'histoire qui, au départ, faisait froid dans le dos parce qu'elle s'approchait au plus près de la réalité du monde moderne et de ses dérives s'enfonce dans une noirceur ésotérique et fantastique assez abracadabrante et peu cohérente avec le début de l'histoire. Ce n'est que mon avis, mais je n'ai pas aimé ce changement et je crois que l'auteur m'a perdu en route. J'aurais adoré ce livre s'il n'y avait pas eu cet aspect si particulier ou alors il aurait fallu qu'il soit plus exploité parce que j'ai trouvé que c'était trop survolé pour qu'on y croit vraiment. Même chose pour les personnages, on nous en dit soit trop sur eux, soit pas assez. Je les ai trouvé sympathiques mais je n'ai pas eu le temps de m'y attacher. J'aurais aimé en savoir encore plus sur eux car je reste un peu sur ma faim.

 

 En résumé, je ressors de cette lecture un peu déçue. J'ai adoré la première moitié mais j'ai trouvé la seconde trop longue et répétitive et je n'ai pas aimé la tournure prise pas les événements qui, à mon sens, manquait de crédibilité. Malgré tout, je reste bluffée par le début de l'histoire et les idées de Pierre-Yves Tinguely et compte bien surveiller de près ses prochaines parutions. Je suis certaine que ce livre trouvera son lectorat et saura plaire aux amateurs de thrillers bourrés d'action et d'adrénaline. 


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog