Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature etrangere

2021-02-13T17:50:15+01:00

Quelques battements de coeur

Publié par MyaRosa

Grace is Gone - Emily Elgar

376 pages, éditions Belfond, novembre 2020

L'histoire :

La petite ville d’Ashford, en Cornouailles, est sous le choc : qui a pu assassiner Meg Nichols, mère célibataire et courageuse aimée de tous ? Pire encore, quel monstre a pu kidnapper Grace, sa fille lourdement handicapée, sans même emporter les médicaments qui maintiennent l’adolescente en vie ?

Alors que tout le village cherche la jeune fille, que la police se lance à la poursuite du père, réputé violent, Jon Katrin, journaliste local, s’interroge : quelque chose ne colle pas dans l’histoire de cette famille, mais quoi ? Aidé de Cara, l’amie d’enfance de Grace, Jon va peu à peu découvrir les drames, les mensonges et les inavouables secrets de cette mère et de sa fille, que chacun pensait exemplaires.

Car, à bien y regarder, qui connaissait vraiment les Nichols ?

 

Mon avis :

 

 Séduite dès les premières lignes, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman captivant. Comment rester insensible face à cette terrible histoire ? Un crime abominable, une mère exemplaire abattue violemment et sa fille gravement malade introuvable... Avouez qu'il y a de quoi attiser la curiosité et la compassion !

 

 

 Pour être tout à fait honnête, j'ai trouvé l'histoire très prévisible et j'espérais être surprise par quelques révélations mais ça n'a pas été le cas. Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, je ne suis pas déçue. J'ai adoré ce roman du début à la fin et je l'ai trouvé très intéressant car il aborde beaucoup de sujets difficiles et nous permet de voir les choses sous différents angles. J'ai trouvé, par exemple, particulièrement intéressant de voir à quel point cette mère et sa fille avaient réussi à souder toute une communauté. Avant leur arrivée, les gens se parlaient à peine, mais ils ont tous été sensibles à l'histoire de cette mère endeuillée qui sacrifie sa vie pour prendre soin de sa fille gravement malade et ils sont aussi tombés sous le charme de Grace, petite fille fragile et souriante qui ne se plaint jamais malgré tout ce qu'elle traverse.

 

 J'ai également beaucoup aimé la manière dont l'histoire nous est racontée ainsi que le duo d'enquêteurs original et attachant. On navigue entre les impressions de Cara, la meilleure amie de Grace, et Jon, un journaliste qui s'est intéressé de près à leur histoire. Cara était très proche de Grace étant plus jeune, pas forcément par choix car sa mère était la meilleure amie de celle de Grace et elles aimaient les voir passer du temps ensemble. Cara la trouvait touchante mais elles se sont éloignées avec le temps. Grace était de plus en plus malade et ne pouvait plus beaucoup sortir alors que Cara grandissait, commençait à fréquenter des gens de son âge et à travailler. Cara s'en veut beaucoup de ne pas avoir été plus présente pour elle et se replonge dans ses souvenirs tout en faisant de son mieux pour retrouver Grace. Jon est détesté de tous car il a écrit un article sur Grace et sa mère en reprochant à cette dernière de laisser Simon (le père de Grace) à l'écart. Personne n'a apprécié que cette femme exemplaire soit montrée du doigt et que l'on puisse défendre cet homme qui ne s'est jamais occupé d'elles et qui s'est montré violent et irresponsable à plusieurs reprises. Jon s'est attiré les foudres de toute une communauté et cette situation est en train de l'éloigner de sa famille... Ces deux personnes qui n'ont pas grand chose en commun si ce n'est cet intérêt pour la famille Nichols vont rapidement se mettre à enquêter ensemble. J'ai vraiment apprécié le fait que ces deux personnages soient très différents et qu'il n'y ait pas d'ambiguïté dans leur relation, juste cette envie de connaître la vérité, d'aider et de se racheter. Ils forment un duo épatant et très agréable à suivre.

 

 

 J'ai adoré aussi le fait que l'histoire se passe en Cornouailles : les falaises, le vent, les plages désertes et sauvages... J'ai vraiment eu l'impression d'y être ! Je ne peux pas en dire beaucoup plus, mais j'ai vraiment aimé les thèmes abordés et la manière dont l'auteure s'y est prise. Ce n'est pas le genre d'histoire que l'on oublie car elle pousse à s'interroger sur nous-mêmes. Aurions-nous réagi de la même manière ? Aurions-nous pris les mêmes décisions que les personnages ? Connaissons-nous vraiment les gens qui nous entourent et savons-nous voir au-delà des apparences ? Aimons-nous sincèrement les gens que nous aidons ou aimons nous l'idée d'aider ou de montrer que l'on est là pour les autres ? L'écriture d'Emily Elgar est très agréable et je n'ai vraiment pas vu le temps passer. Je n'avais pas envie de tourner la dernière page. C'est un thriller glaçant qui l'est d'autant plus quand on sait qu'il s'inspire de faits réels. Brrrr, ça fait froid dans le dos ! C'est une histoire difficile à oublier...

 

Voir les commentaires

2021-02-08T13:40:33+01:00

Mon amie Adèle

Publié par MyaRosa

Behind Her Eyes - Sarah Pinborough

448 pages, éditions Préludes, septembre 2017

Présentation de l'éditeur :

LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.

DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante.

ADÈLE
L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise...

Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles. David est-il l’homme qu’il prétend être ? Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ? Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?

 

Mon avis :

 

 Ce livre, je l'ai vu un peu partout depuis sa sortie et j'avais très envie de le lire. Du coup, lorsque j'ai vu qu'une adaptation en mini-série était prévue sur Netflix, je me suis empressée de le lire avant et je ne regrette pas car j'ai vraiment adoré !

 

 

 Difficile de parler de ce livre sans trop en dire, mais je comprends pourquoi j'en ai autant entendu parler. C'est un livre qui ne peut que diviser. Ce que je peux vous dire, c'est qu'il est très différent de ce que j'avais imaginé. Ce n'est pas un thriller conventionnel et cela peut déranger. Certains vont l'adorer et d'autres le détester. Difficile de faire l'unanimité quand on prend de telles libertés, mais j'ai justement adoré ce parti pris de l'auteure de nous emmener ailleurs et de nous faire découvrir autre chose. Si on arrive à adhérer et à se laisser porter et si on accepte d'y croire alors on ne peut qu'adorer tant c'est addictif !

 

 J'ai adoré l'atmosphère pesante et assez malsaine de ce livre. C'est vraiment très particulier mais difficile à lâcher. J'ai beaucoup aimé le personnage d'Adèle, hypnotique et fascinant. J'ai adoré les retours dans le passé et tout ce mystère autour de la jeunesse d'Adèle et des drames qui l'entourent. J'ai également beaucoup aimé Louise et David et les relations étranges de ce trio de choc.

 

 C'est vraiment bizarre car je pourrais reprocher des tas de choses à ce roman : de grosses ficelles, des choses peu crédibles ou trop faciles et des révélations prévisibles, pourtant... j'ai adoré ! Ce livre m'a changé les idées et m'a tenu en haleine jusqu'à la fin. Je me suis laissée emporter  là où l'auteure voulait aller, et ça m'a vraiment beaucoup plu. C'était une expérience intéressante. J'ai vraiment hâte de découvrir l'adaptation. J'ai choisi de ne pas regarder la bande-annonce avant de lire le livre pour ne pas être influencée. Et vous, vous l'avez lu ? Vous comptez regarder la série ? Elle sera disponible dès le 17 février et la bande-annonce est déjà en ligne sur Netflix (vous trouverez aussi des infos ici). On en reparle ? J'ai hâte !

 

 

Voir les commentaires

2021-02-05T08:25:04+01:00

L'Empire de la poussière

Publié par MyaRosa

L'Impero della polvere - Francesca Manfredi

208 pages, éditions Robert Laffont (Pavillons), janvier 2021

L'histoire :

 Valentina, douze ans, a une grand-mère pieuse et sévère et une mère sublime et insaisissable. Le père est absent la plupart du temps et se contente de faire des apparitions dans la vieille maison de campagne où les trois femmes cohabitent. Ses murs sont épais et ne sont percés que de rares fenêtres, ses fondations sont imposantes mais fragiles ; dans la région, on l’appelle « la maison aveugle », un empire de poussière qui a l’air d’exister depuis toujours. C’est l’été 1996 et un événement vient troubler les longues journées de vacances : le corps de Valentina change et tout autour d’elle semble vouloir crier le secret qu’elle a choisi de garder. La mère et la grand-mère deviennent de plus en plus distantes tandis que la maison elle-même semble vibrer et s’animer d’étranges présages. Alors que grenouilles, moustiques et sauterelles envahissent les champs alentour et progressent jusqu’à la bâtisse, Valentina explore le terrain dangereux de l’adolescence, découvrant les amitiés fusionnelles et leurs points de rupture, la sensualité âpre et curieuse ainsi que l’énergie féminine et mystique de la nature, la possibilité de mentir pour conserver l’illusion que tout résiste au temps, que rien ne change jamais.

 

Mon avis :

 

 Cela fait plusieurs jours que j'ai achevé la lecture de ce roman, pourtant je peine à trouver les mots juste pour en parler et décrire mon ressenti. L'écriture m'a beaucoup plu, tout comme l'atmosphère de ce roman. Il y a une certaine tension tout le long. Il ne se passe rien et en même temps il se passe tellement... C'est difficile à décrire. Valentina est en train de changer et de grandir et elle est bouleversée par ce qu'elle ressent et par ce qui se passe en elle. Elle veut à tout prix le cacher et que tout redevienne comme avant. Elle se sent coupable et a l'impression que des choses graves vont se passer et que tout est de sa faute.

 

 C'est comme si elles étaient maudites, elles, les femmes de la maison aveugle. Condamnées à vivre ici, loin des autres et sans homme. Prisonnières de cet empire de poussière. Condamnées à rester là sans voir le reste du monde. Condamnées à payer le fait d'être nées femmes, condamnées à payer pour le passé et obligées de prier pour que le malheur ne vienne pas à nouveau s'abattre sur elles. Elles sont écrasées par le poids du passé, des secrets et des non-dits qui pèsent entre elles un peu plus de jour en jour...

 

 Le mysticisme et la féminité sont au coeur de ce roman. La nature a également une place essentielle et semble reprendre ses droits. On y retrouve toute l'étrangeté du réalisme magique. C'est parfois déstabilisant parfois envoûtant. Si j'ai aimé ces femmes et leur histoire, je dois vous avouer que je me suis quand même un peu lassée de tout cela au fil des pages. L'atmosphère hypnotique de ce roman et l'écriture poétique de l'auteure n'ont pas suffit à me captiver jusqu'à la fin et j'ai fini par ne plus me sentir concernée. J'attendais qu'il se passe quelque chose mais en vain. J'ai tout de même bien aimé la fin ainsi que les révélations qui arrivent dans la dernière partie. Ce fût une lecture plaisante et intéressante, un texte fort qui aborde des sujets intéressants, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

 

"Ton père m'a dit une fois qu'il était tombé amoureux de moi à cause de ma lumière. Il m'a dit que j'avais, quelque part, une lumière particulière, très forte, et que c'est ce qui l'avait fait tomber amoureux. Je ne le crois pas. Les êtres humains sont différents des animaux, des plantes. Nous ne sommes pas attirés par la lumière, mais par l'ombre. Nous sommes séduits par ce que nous ne parvenons pas à comprendre, ce qui nous fait peur. Nous nous éprenons de la saleté, de la poussière, des failles plus que de la perfection."

 

A découvrir aussi : 

 

Voir les commentaires

2020-12-23T14:24:45+01:00

Winterhouse Hôtel

Publié par MyaRosa

Winterhouse - Ben Guterson

431 pages, Le Livre de Poche Jeunesse, novembre 2020

Quatrième de couverture :

Envoyée à l'hôtel Winterhouse pour les vacances de Noël, Elizabeth n'en croit pas ses yeux. Loin du lieu sordide qu'elle avait imaginé, Winterhouse est un hôtel fabuleux niché au beau milieu des montagnes. Et la surprise ne s'arrête pas là, car l'hôtel cache bien des mystères sous sa surface dorée. Au programme des vacances : un secret de famille enfoui, un livre magique et une chasse au trésor. Bienvenue à Winterhouse !

 

Mon avis :

 

 Ce roman m'aura tenu compagnie une bonne partie du mois de décembre. J'ai mis beaucoup de temps à le lire mais ne vous y trompez pas, j'ai adoré ! En fait, le rythme est assez lent mais ça n'a rien de dérangeant. Winterhouse est bien plus qu'un lieu, c'est toute une atmosphère, une ambiance mystérieuse et parfois inquiétante, un endroit incroyable qu'on a envie de prendre le temps d'explorer tranquillement. Comme Elizabeth, on se laisse envoûter par cet endroit lourd de secrets et chargé d'Histoire dont on a envie de découvrir chaque recoin. On découvre chaque pièce, on y retourne, on prend le temps de continuer le puzzle géant de l'hôtel ou de déguster des flurschen au coin du feu. On oublie le temps au milieu des livres de la merveilleuse bibliothèque et on décide d'aller patiner ou de faire une sortie en raquette et on retrouve finalement avec plaisir la chaleur de ce foyer partagé par de nombreux hôtes qui n'est pourtant pas sans ombre...

 

 

 Quelle aventure palpitante ! J'ai été séduite dès les premières pages et je me suis tout de suite attachée à Elizabeth dont la vie n'est pas franchement joyeuse... C'est une jeune fille discrète et intelligente qui aime par-dessus tout les mots. Elle lit beaucoup, s'amuse à faire des anagrammes et des échelles de mots tout le temps et va vivre des vacances incroyables dans un lieu qui semble tout droit sorti des romans qu'elle dévore. J'ai adoré découvrir Winterhouse Hôtel à ses côtés et rencontrer toutes sortes de personnages plus fascinants et énigmatiques les uns que les autres. Cerise sur le gâteau, l'histoire se déroule au moment des fêtes de fin d'année et le récit est ponctué de délicieuses références littéraires. Je me suis régalée de ce décor fabuleux qui plaira à coup sûr à ceux qui, comme moi, aiment l'hiver et la montagne mais aussi à ceux qui aiment les vieilles demeures pleines de secrets que de vieux objets semblent renfermer et pleines de pièces étonnantes à explorer. C'est un roman qui plaira aussi à ceux qui aiment les énigmes, les jeux de mots, les enquêtes et les mystères à résoudre. Je n'ai qu'une hâte : y retourner ! Les tomes 2 & 3 étant déjà disponibles, je me réjouis de ne pas avoir à attendre plus longtemps. Alors, qui se sent prêt à aller passer des vacances à Winterhouse ?

 

Voir les commentaires

2020-11-12T09:17:02+01:00

Un Hiver sans fin

Publié par MyaRosa

The Way Past Winter - Kiran Millwood Hargrave

255 pages, éditions Michel Lafon, novembre 2020

L'histoire :

Enfermées dans un pays au cœur d'un hiver éternel, Mila et ses sœurs se réveillent un beau matin pour découvrir que leur frère Oskar a été enlevé par de mystérieux voyageurs. Bien décidée à le retrouver, Mila va vite découvrir que tous les garçons du village ont disparu.
Tous, sauf un : Rune, le mage.

Mila et Rune partent alors pour un long voyage à la recherche des enfants perdus. Ensemble, ils traverseront les plus hautes montagnes peuplées de loups et les plus terrifiantes régions du Nord, où le froid règne en maître.

" C'était un hiver dont on fait des légendes.
Un hiver qui était venu et qui n'était jamais reparti. "

 

Mon avis :

 

  Je suis certaine que le nom de Kiran Millwood Hargrave ne vous est pas inconnu. Cette jeune auteure a remporté de prestigieux prix grâce à son très beau roman "La Fille d'encre et d'étoiles" et son roman "Les Graciées" n'est pas passé inaperçu à la rentrée. Cette fois, c'est un très beau conte d'hiver qu'elle nous offre. Une aventure palpitante portée par une écriture pleine de poésie. Et regardez un peu cette superbe couverture toute dorée !

 

 

 Dès les premières pages j'ai été séduite par l'écriture envoûtante de Kiran Millwood Hargrave et par les paysages enneigés qu'elle nous décrit. De la neige, encore et encore. De la neige à perte de vue. Un froid glacial. Une petite maison isolée dans laquelle vivent un frère et ses trois soeurs. Leur père les a quitté quelques années plus tôt, ne supportant plus le vide laissé par la mort de sa femme. Depuis, l'hiver règne en maître et ne semble plus vouloir s'arrêter. Certains ont choisi de partir tandis que d'autres ont accepté de vivre dans cet hiver éternel. Certains se souviennent à peine du printemps et du paysage qui les entoure sans son manteau blanc.

 

 Mais voilà qu'un jour d'étranges voyageurs arrivent sur leurs terres. Personne ne leur fait confiance et tout le monde se montre prudent en attendant qu'ils repartent. Mais leur départ signe aussi celui d'Oskar, le frère. Est-il parti de son plein gré ? Les a-t-il abandonné sans se retourner ? Sanna, l'aînée en est convaincue, mais Mila - celle du milieu - pense le contraire et décide de partir à sa recherche. Arrivera-t-elle à retrouver son frère et à percer le mystère de sa disparition ? Cette aventure s'annonce difficile car en plus du froid et de la neige un terrible danger sembler planer au dessus d'elle. Que se passe-t-il vraiment dans cet endroit loin de tout ?

 

 J'ai adoré l'atmosphère de ce roman. Sombres forêts, eau glacée, courses-poursuites en traîneau, avalanches, maléfices et neige à perte de vue, arbres aux feuilles d'or, rivière magique... le décor est époustouflant mais ne vous y trompez pas, cela tient plus du cauchemar que du joli rêve. On ne sait pas trop où on va ni où et quand situer le roman. C'est comme si on était perdu ou piégé au milieu de nulle part dans ce décor enneigé et silencieux où tout semble possible. C'est à la fois féerique et glaçant. On passe d'une sensation à l'autre. On apprécie parfois le silence et la beauté du paysage et on le trouve oppressant et terrifiant à la page suivante.

 

 On suit avec plaisir Mila et les siens dans cette aventure et comme eux on ne sait plus à qui se fier. J'ai vraiment aimé le personnage de Mila et j'ai trouvé cela très intéressant qu'il y ait une fratrie au coeur de cette histoire et que les relations entre ses membres soient compliquées. Sanna est intrigante. On a du mal à la cerner mais on la comprend peu à peu. Pipa est impressionnante pour son âge. Elle a une détermination sans faille et un courage exemplaire. Mila ne perd jamais espoir et tient plus que tout à sa famille. C'est la première fois qu'elle va aussi loin de chez elle et découvre ce qu'il y a autour. Elle s'est toujours trouvée plutôt peureuse comparé au reste de sa famille et va pourtant faire preuve d'un courage incroyable pour tenter de réunir les siens.

 

 J'ai aimé cette histoire, sa dimension écologique, le rôle des animaux, l'omniprésence de la nature et ses liens avec les humains mais aussi cette manière d'aborder la famille, les différences, l'attachement mais aussi le besoin de suivre son propre chemin. C'est un roman assez étrange et déroutant, mais en même temps captivant un peu comme un rêve,  qui m'a séduite et que je n'oublierai pas. Une jolie lecture pleine de neige, d'aventures et de magie !

 

 

Voir les commentaires

2020-09-22T06:58:00+02:00

L'Héritage du maître de chai

Publié par MyaRosa

Kristen Harnisch

448 pages, éditions L'Archipel, septembre 2020

L'histoire :

Après La Fille du maître de chai et Les Vignes de Sarah, on retrouve la famille Lemieux, qui se bat pour faire prospérer ses vignobles en Californie et dans le Val de Loire. Mais la Première Guerre Mondiale qui fait rage en France pourrait bien mettre en péril tous leurs efforts.

Décembre 1917. Sarah Lemieux a 40 ans. La fille du maître du chai et son mari Philippe exploitent avec courage leur vignoble californien d'Eagle's Run. Mais la situation devient critique. Des ligues bien-pensantes veulent interdire le négoce du vin dans la région. Et depuis l'entrée en guerre des États-Unis, en juillet, nombre de jeunes Américains tombent sur les champs de bataille du Vieux Continent. À 21 ans, Luc, leur fils adoptif, a pris les rênes du clos Saint- Martin, dans le Val de Loire, là où Sarah a grandi. Il y fait la connaissance d'Ondine, 17 ans, qui s'est murée dans le silence depuis que les Allemands ont tué sa mère sous ses yeux. Luc entend lui redonner le goût de la vie, mais il est appelé sur le front...

Sarah saura-t-elle une fois encore préserver les siens et l'héritage familial ?

 

Mon avis :

 

 Parmi les lectures qui m'ont le plus passionnée ces dernières années, je peux citer sans hésiter cette trilogie de Kristen Harnisch. Quelle saga passionnante ! On navigue entre la France et les Etats-Unis et on suit une famille dans le quotidien tourne autour du domaine viticole. Cette famille va être confrontée à de nombreux bouleversements et drames souvent liés au contexte. On les suit durant plusieurs décennies et c'est vraiment captivant.

 

 J'attendais beaucoup de ce troisième tome et je n'ai pas été déçue. On retrouve avec plaisir les personnages que l'on avait quitté bien trop vite à notre goût. C'est vraiment émouvant de suivre cette famille durant plusieurs décennies et de découvrir ainsi plusieurs générations. Je me suis beaucoup attachée à eux et c'est vraiment un déchirement de devoir les quitter.

 

 Le contexte de guerre présent dans ce tome est vraiment intéressant d'autant plus que l'on suit la famille des deux côtés de l'Atlantique. C'est une saga qui ne s'est pas essoufflée au fil des tomes. J'ai pris autant de plaisir à lire chacun des tomes et je suis, à chaque fois, passée par toutes sortes d'émotions. On rit, on pleure, on a le coeur lourd. C'est une saga qui ne laisse pas indifférent et qui bouleverse vraiment. Il ne faut surtout pas la manquer si vous aimez les histoires de famille, les sagas historiques, les drames et les romans chargés d'émotions. De mon côté, c'est un gros coup de coeur et je sais déjà que c'est une saga que je relirai !

 

 

Voir les commentaires

2020-08-31T12:43:53+02:00

L'Amie prodigieuse, tome 2 : Le Nouveau nom

Publié par MyaRosa

Elena Ferrante

623 pages, éditions Folio, janvier 2017

L'histoire :

Naples, années soixante. Au cours de son repas de mariage, Lila découvre que son mari Stefano a offert les chaussures imaginées et dessinées par elle à Marcello Solara, qui règne sur le quartier avec son frère, Michele, deux hommes qu'elle déteste. Pour Lila, née pauvre et devenue riche en épousant l'épicier Carracci, c'est le début d'une période trouble : elle méprise son mari, refuse qu'il la touche, mais finit par céder.
Elle va travailler dans la nouvelle boutique de la famille Carracci, tandis que Stefano ouvre également un magasin de chaussures en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena, la narratrice, continue ses études au lycée et est toujours amoureuse de Nino Sarratore, qui fréquente à présent l'université. Quand les vacances d'été arrivent, les deux amies partent pour Ischia en compagnie de Nunzia, la mère de Lila, et de Pinuccia, sa belle-soeur, car l'air de la mer doit aider Lila à prendre des forces pour qu'elle puisse donner un fils à Stefano. La famille Sarratore aussi est en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.

 

Le nouveau nom est la suite de L'amie prodigieuse , qui évoque l'enfance et l'adolescence de Lila et Elena. Avec force et justesse, Elena Ferrante y poursuit sa reconstitution d'un monde, Naples et l'Italie, et d'une époque, des années cinquante à nos jours, donnant naissance à une saga romanesque au souffle unique.

 

Mon avis :

 

  Pour moi, cet été 2020 aura été marqué par "L'Amie prodigieuse". J'ai lu et beaucoup aimé le premier tome et c'est ensuite la série qui m'a accompagnée un petit moment et m'a donné envie de me plonger sans attendre dans le second tome. J'avais prévu de changer ensuite d'univers, mais j'ai finalement commencé le tome 3. Difficile de me sortir Lila, Elena et les autres de la tête. A vous aussi, la saga d'Elena Ferrante vous fait cet effet-là ?

 

 J'ai trouvé ce second tome plus fluide que le premier. Il y a, je trouve, moins de longueurs. Est-ce parce que le décor est déjà planté et parce que l'on connaît déjà les personnages ? C'est possible ! Je n'ai pas eu de mal à me repérer au niveau des personnages, des familles, des liens et des surnoms de chacun. J'avais le premier tome et la première saison de la série bien en tête alors je n'ai eu qu'à me laisser porter.

 

 J'ai adoré retrouver cette ambiance si particulière et ces personnages aux relations si singulières. C'est assez hypnotique, comme lecture ! On y pense même quand le livre est fermé et on a vite envie d'y revenir. J'ai bien apprécié ce retour à Ischia et je n'avais pas envie que ça s'arrête. J'ai été surprise par tous les rebondissements qui surviennent dans ce tome. J'aime l'écriture d'Elena Ferrante, sa manière de saisir l'instant, de remarquer les petits détails, les sensations, les ambiguïtés. Je pense que cette saga me laissera vraiment un souvenir marquant. Je poursuis ma lecture du tome 3 et j'ai vraiment hâte de découvrir la saison 2 de l'adaptation.

 

 

 

Voir les commentaires

2020-07-20T11:30:00+02:00

Swan Hill, tome 1 : Les Pionniers

Publié par MyaRosa

Anna Jacobs

374 pages, éditions L'Archipel, juillet 2020

L'histoire :

Si, dans les années 1860, Singapour a tout d'une destination exotique, elle n'en reste pas moins une ville impressionnante pour Isabella, jeune Anglaise sans le sou, orpheline depuis la mort de sa mère.
Ne trouvant pas de place de gouvernante, elle accepte l'offre de M. Lee, un riche marchand chinois. Elle s'installera chez lui et lui enseignera l'anglais. Deux ans plus tard, ce dernier lui présente Bram Deagan, un Irlandais ambitieux souhaitant s'installer en Australie et y ouvrir un négoce. M. Lee pousse Isabella à épouser Bram et à le suivre dans l'aventure...


Début d'une fresque qui verra Isabella et Bram tenter de s'inventer une vie nouvelle dans la colonie de Swan Hill, au cœur de l'Australie sauvage. Mais la vie réserve des dangers, parfois des infortunes. Le bonheur sera-t-il au bout du voyage ?

 

Mon avis :

 

 Ayant dévoré et adoré la précédente trilogie de l'auteure, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau roman. Cette fois encore, Anna Jacobs nous offre une histoire dépaysante, envoûtante à souhait et pleine de rebondissements. J'ai beaucoup aimé !

 

 Quelle début de saga prometteur ! On se laisse tout de suite emporter par l'histoire et le contexte est très intéressant. L'auteure nous entraîne dans une colonie australienne au XIXème siècle. On y découvre la rudesse de la vie à l'époque ainsi que les difficultés rencontrées par les étrangers pour s'y installer. On suit avec plaisir Isabelle et Bram venus s'établir là-bas. Entre rêves et désillusions, leur installation dans ce coin du monde ne sera pas une mince affaire...

 

 Si je devais donner quelques bémols, je dirais qu'on voit certaines choses venir un peu trop à l'avance et que certains personnages sont un peu clichés. Pourtant, ce n'est vraiment pas cela que je retiendrai de cette lecture qui m'a emportée ailleurs et m'a passionnée du début à la fin. Difficile de l'expliquer autrement, c'est une lecture qui n'est pas sans défaut mais qui est hyper prenante dès le début et nous dépayse vraiment. Je n'en attendais pas moins de la part d'Anna Jacobs et je ne peux que vous recommander ses romans. Dépaysement garanti !

 

 

Voir les commentaires

2020-07-06T15:45:19+02:00

L'Amie prodigieuse

Publié par MyaRosa

L'Amica Geniale - Elena Ferrante

430 pages, éditions Folio, octobre 2016

L'histoire :

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.

 

Mon avis :

 

  Ce livre était dans ma PAL depuis un bon bout de temps et c'est la diffusion de son adaptation qui m'a poussé à sauter le pas. Je voulais absolument découvrir ce roman dont on parle tant sans être influencée par la série. Je voulais pouvoir imaginer Elena, Lila et ce quartier de Naples avant de les voir prendre vie sur un écran. Je ne regrette pas du tout car j'ai passé un très bon moment.

 

 J'ai tout de suite été séduite par l'écriture d'Elena Ferrante. Je trouve qu'il y a beaucoup de force dans ses mots. Il y a des passages que j'ai eu envie de relire plusieurs fois tant je les trouvais beaux ou bien choisis, évocateurs de sentiments ou de sensations qui me parlaient ou qui étaient si bien retranscrits que j'avais l'impression d'y être et de ressentir la même chose que les personnages. Elle aborde l'adolescence, les changements et tous les bouleversements que cela entraîne avec beaucoup de justesse. J'ai trouvé qu'il n'y avait pas de demi-mesure, tout est vécu et ressenti intensément, avec passion, et cela m'a beaucoup plu ! J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la manière dont Elena décrit qu'elle s'imaginait que les adultes avaient une existence lisse et fade comparée à la leur qui était tourmentée, mouvementée et passionnée.

 

 J'ai vraiment aimé le contexte, l'atmosphère et je me suis tout de suite prise d'affection pour Elena. On comprend sa fascination pour Lila et cette amitié si singulière dans laquelle il y a autant d'amour que de haine. Et puis, ces petites filles qui se débattent et qui aspirent à un quotidien différent de celui de leurs parents mais sont comme engluées dans cette vie-là... Que cette histoire est forte et émouvante ! Elle est surprenante et hypnotique. Honnêtement, j'ai trouvé que c'était parfois un peu long, mais pourtant je n'arrivais pas à me détacher de cette histoire. J'avais envie de retrouver Lila et Elena, de savoir comment allaient évoluer leur relation et leurs vies respectives. D'ailleurs, j'ai très envie de lire la suite. J'ai commencé à regarder l'adaptation que je trouve très réussie. Et vous, qu'avez-vous pensé de ce roman ? Avez-vous vu l'adaptation ?

 

 

Voir les commentaires

2020-07-04T16:20:00+02:00

L'île de la mangrove rouge

Publié par MyaRosa

Der Insel den roten Mangroven - Sarah Lark

484 pages, éditions L'Archipel, juin 2020

L'histoire :

Jamaïque, 1753. Deirdre, la fille de Nora et de l'ancien esclave Akwasi, vit dans la plantation de sa mère et de son beau-père. Les garcons de l'île, fascinés par la jeune métisse, ne cessent de lui tourner autour. Mais Deirdre n'a d'yeux que pour un seul homme : le Dr Victor Dufresne...
 

 

Mon avis :

 

 Ce livre se déroule après "L'île aux mille sources". Il est tout à fait possible de le lire sans avoir lu le précédent mais je trouve tout de même plus intéressant de les lire dans l'ordre. Cela permet de bien comprendre certains personnages et de connaître leur histoire et leur passé puisque nous les suivons sur plusieurs décennies.

 

 J'aime beaucoup les romans qui nous font voyager et nous entraînent dans un ailleurs vraiment loin de notre quotidien. Avec Sarah Lark, le dépaysement est toujours garanti ! Il y a beaucoup de romans de ce genre me direz-vous, mais ce que ceux de Sarah Lark ont en plus, c'est l'aventure ! Il y a de l'amour, des drames et un contexte intéressant mais ils nous font vivre en plus des aventures palpitantes. On ne s'ennuie pas une seconde ! Si vous aimez les pirates, vous allez être servis !

 

 J'ai dévoré ce second tome encore plus rapidement que le premier. Je n'ai pas vu le temps passer et j'ai englouti les presque 500 pages sans m'en rendre compte. Quel voyage ! Quelle aventure ! Cette fois, je n'ai pas trouvé les personnages particulièrement attachants, mais cela n'a gâché en rien ma lecture. J'ai été totalement envoûtée par l'époque, les décors et les costumes au point d'avoir l'impression d'avoir tout cela sous les yeux. Un grand moment d'évasion et la lecture de vacances idéale !

 

 

Voir les commentaires

2020-06-26T09:02:36+02:00

Sa dernière promesse

Publié par MyaRosa

Her Last Promise - Kathryn Hughes

373 pages, éditions Calmann-Lévy, juin 2020

L'histoire :

Croyez à la promesse de l'amour... Tara se sent seule après son divorce. Mais une lettre cachée dans un coffre va briser pour toujours sa solitude. Des mots inespérés qui dévoilent une partie d'un évènement survenu quarante ans plus tôt et resté bien mystérieux. De Manchester au sud de l'Espagne, un sublime voyage dans les émotions et le passé. Un roman incroyable et déchirant sur la façon dont l'espoir peut renaître grâce au pouvoir rédempteur de l'amour.

 

Mon avis :

 

  Kathryn Hughes fait partie de mes auteurs préférés. Ce que j'aime par-dessus tout dans ses romans, c'est le plaisir qu'ils me procurent. Ils ne sont peut être pas parfaits - d'ailleurs, ce n'est pas ce que je recherche - mais je sais déjà que je vais passer de bons moments, que je vais adorer du début à la fin et que j'aurais vraiment hâte de m'y replonger. Je sais que je peux y aller les yeux fermés. J'ai tellement aimé les trois précédents romans que j'ai voulu me plonger dans celui-ci sans lire la quatrième de couverture et j'ai bien fait car j'ai été surprise par la tournure que prend l'histoire. J'ai donc préféré modifier un peu la présentation du livre dans ce billet.

 

 

 Que dire de plus ? Cette fois encore, j'ai adoré d'un bout à l'autre ! Je me suis laissée emporter par l'histoire de Tara et Violet qui n'ont pas une vie facile et ne savent pas de quoi demain serait fait. J'ai été touchée par leur complicité, leur force et leur courage et par la bienveillance des gens qui les entourent : Alf, Tom, Nan...  J'ai aimé suivre Tara des années plus tard et la voir s'affirmer et reprendre sa vie en main sans regretter ce mari qui n'a pas su se montrer digne d'elle. J'ai adoré toute la partie qui se déroule en Espagne, le monastère, le petit village médiéval, les chevaux, la boulangerie, la simplicité et la douceur de cette vie loin de tout. C'était vraiment plaisant de naviguer entre passé et présent, entre l'Angleterre et l'Espagne.

 

 J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. Je n'avais pas du tout envie de changer d'univers et de quitter les personnages. Concernant les révélations, j'ai été très surprise par certaines et un peu déçue par d'autres, mais cela n'enlève rien à mes impressions sur ce livre qui m'a énormément plu. Même en connaissant le fin mot de l'histoire j'ai déjà envie de le relire ! Je me sens d'ailleurs encore en Espagne. Les descriptions étaient tellement belles que j'ai eu l'impression d'y être et franchement cela m'a donné envie d'y retourner et de lire d'autres histoires qui se déroulent dans ce beau pays.

 

 

 Je ne peux que vous encourager - encore et encore ! - à découvrir les romans de Kathryn Hughes. Si vous aimez les histoires mystérieuses avec des secrets, des faux-semblants, de l'amour et beaucoup d'émotions alors vous ne serez pas déçus. Je suis vraiment fan et j'attends d'ores et déjà le prochain roman de l'auteure avec impatience.

 

 

 

A lire aussi :

Il était une lettre

Il était un secret

La Clé du coeur

Voir les commentaires

2020-06-18T09:54:30+02:00

La Morsure de la goyave

Publié par MyaRosa

El mordisco de la guayaba - María Eugenia Mayobre

242 pages, éditions NiL, juin 2020

Présentation de l'éditeur :

Lorsque la belle Julia frappe à la porte de doña Yolanda à la recherche d'un travail, nul ne se doute qu'elle porte en elle le fruit d'un péché. Le jour de l'accouchement, Yolanda prédit que cet enfant qu'on surnomme "le poète", sera à l'origine du destin tragique de la famille.


70 ans plus tard, Primitiva Serapio, l'arrière-petite-fille de Yolanda est en train de sombrer dans la folie comme toutes ses parentes avant elle. Comment un même homme a-t-il pu faire perdre la raison à quatre générations de femmes cultivées et intelligentes ?


C'est cette histoire que Primitiva raconte. D'une plume vive et sensuelle, María Eugenia Mayobre nous offre un premier roman original et impertinent en jouant avec les codes de la littérature latino-américaine et le réalisme magique.

 

Mon avis :

 

 Difficile de décrire ce roman tant il est particulier, mais ce que je peux vous dire c'est qu'il m'a emballée du début à la fin. Ça fait un bien fou de lire un roman rafraîchissant, surprenant et plein d'audace après une lecture insipide et sans surprise ! Je me suis laissée porter par la plume envoûtante de María Eugenia Mayobre sans trop savoir où je mettais les pieds et sans vraiment m'en soucier. J'ai aimé découvrir toutes ces femmes d'une même famille qu'un même homme relie ainsi qu'un douce folie. Il y a quelque chose d'indescriptible et de mystérieux qui m'a subjuguée.

 

 La narratrice de cette histoire a deux personnalités qui prennent le dessus à tour de rôle. L'une est féministe, indépendante et forte. Elle n'a besoin de personne et a soif de liberté. Cela la révolte au plus haut point de voir les femmes de sa famille se plier en quatre pour un homme. La seconde, en revanche, ne rêve que du jour où elle rencontrera son prince charmant. Elle est sensible, fragile, romantique et rêveuse.... tout ce que la première déteste. La première tente d'écraser la seconde mais celle-ci ressurgit parfois sans crier gare. La seconde voudrait à tout prix s'affranchir de sa famille et de tout ce que l'on attend d'elle et ainsi briser cette malédiction mais elle est sans cesse ramenée à son point de départ.

 

 Les autres femmes de cette famille cherchent l'amour et le bonheur et c'est avec le même homme qu'elles espèrent le trouver. Elles usent et abusent de stratagèmes sans savoir que cet amour va finalement causer leur perte et être la source de tous leurs malheurs. Cette espèce de malédiction qui n'en est pas une et ce tourbillon de femmes m'a beaucoup plu. C'est un roman qui parle des femmes, de la famille, de la recherche de l'amour et de la quête du bonheur, de liberté, de nos renoncements et de tout ce qui nous emprisonne. Je l'ai trouvé extrêmement juste, très bien écrit et captivant. J'ai aimé l'atmosphère étrange de ce roman, la manière dont sont abordées la sensualité et la folie, ces personnages qui se débattent et le côté théâtral et dramatique de cette histoire auquel vient s'ajouter une bonne dose d'humour. C'est surprenant ! Une vraie réussite !

 

 

 

Voir les commentaires

2020-06-16T13:41:05+02:00

Lune de Tasmanie

Publié par MyaRosa

Spindrift - Tamara McKinley

365 pages, éditions de l'Archipel, mai 2020

L'histoire :

1905. À la mort de son mari, Christy décide, à bientôt 65 ans, de se rendre en pèlerinage sur l'île de Skye, en Écosse, terre rude où elle a passé les quinze premières années de sa vie. Avant que ses parents ne soient contraints à l'exil et s'installent en Tasmanie, au sud de l'Australie.

Accompagnée de sa fille Anne et de sa petite-fille Kathryn, Christy embarque pour un long voyage vers le passé, où de douloureux souvenirs referont surface. Un retour aux sources qui bouleversera à jamais la vie des siens...

 

Mon avis :

 

 Tamara McKinley est une auteure que j'aime beaucoup et dont j'attends chaque nouvelle publication avec impatience. Je l'ai découverte avec "La Dernière valse de Mathilda" qui m'a transportée jusqu'en Australie et m'a fait découvrir les grandes sagas romanesques dont je suis maintenant très friande. C'est le premier roman de ce genre que je lisais et il m'a vraiment marquée. D'autres lectures de Tamara McKinley ont suivi et m'ont émue, notamment sa saga "La Pension du bord de mer" que j'adore. Ma dernière lecture de l'auteure - Une pluie d'étincelles - a été plus mitigée et malheureusement il en va de même pour celle-ci...

 

 J'ai trouvé l'histoire de Christy très émouvante et j'ai beaucoup aimé le fait que l'on navigue entre passé et présent au fil de ses souvenirs. J'ai adoré le fait qu'une partie de l'histoire se déroule sur l'île de Skye, il y a des passages très drôles même si les scènes qui s'y passent sont parfois très dures, mais malheureusement bien souvent j'ai trouvé le temps long. Il y a des souvenirs douloureux jamais racontés et un secret sur le point d'être dévoilé qui sont intéressants, mais on tourne autour du pot sur plus de 300 pages et ça finit par devenir lassant, surtout qu'on devine tout bien avant le moment des révélations. La partie qui se déroule en Australie est terriblement longue et inintéressante et on sait déjà comment cela va se finir. Elle est presque en trop, en fait. J'ai trouvé cela frustrant car j'aurais juste aimé suivre la jeunesse de Christy et son retour sur son île natale mais pas le reste.

 

 En dehors de Christy, je n'ai pas trouvé les personnages attachants. Anne est insupportable et Harold assez antipathique malgré ses bonnes intentions. J'aurais aimé ressentir plus d'émotions mais en dehors des quelques souvenirs d'enfance de Christy qui m'ont émue mais qui tiennent finalement sur très peu de pages, je me suis ennuyée. Je me suis accrochée pour venir à bout de cette lecture et je n'avais pas spécialement hâte de m'y replonger. C'est assez paradoxal car je pense que l'histoire de Christy me restera en mémoire, mais je ne garderai pas un très bon souvenir de cette lecture qui fût plutôt éprouvante et sans surprise.

 

 

Voir les commentaires

2020-06-04T04:41:00+02:00

Park Avenue Summer

Publié par MyaRosa

Renée Rosen

413 pages, éditions Belfond (Le Cercle), avril 2020

Quatrième de couverture :

En acceptant le poste de secrétaire de la toute nouvelle rédac’ chef de Cosmopolitan, Alice n’imaginait pas qu’elle allait faire la rencontre de sa vie. Petite provinciale de vingt et un ans tout juste débarquée de son Ohio natal, elle se retrouve ainsi face à une figure du New York des sixties : Helen Gurley Brown, auteure du sulfureux best-seller Sex and the Single Girl.
Mais cette grande visionnaire n’a pas que des amis dans la presse et elle se trouve en réalité sur un siège éjectable. Alice ne va pas tarder à découvrir que sa rebelle patronne fait l’objet d’une cabale acharnée, menée par ses collègues masculins bien décidés à démontrer que la place d’une femme est davantage dans la cuisine qu’à la tête d’un magazine.

Parler à une nouvelle génération de femmes, débarrasser la presse de ses vieilles figures patriarcales est un défi de taille. Fascinée par Helen, Alice est prête à tout pour l’aider à inventer une « Cosmo Girl » fière, sûre d’elle, libérée de tout carcan puritain. Qu’importent les coups bas. Et les coups au cœur…

 

Mon avis :

 

  L'histoire de ce roman se déroule dans les sixties. Alice est une jeune fille sage et sérieuse qui - pour fuir son passé ou pour courir vers son avenir - quitte sa petite ville natale pour s'installer à New York où elle espère réaliser son rêve : devenir photographe. Si New York est le lieu de tous les possibles, c'est aussi la ville dont lui parlait tout le temps sa mère quand elle était petite. Maintenant qu'elle n'est plus là, Alice a décidé de parcourir les lieux dont elle lui a parlé, ce qui lui permettra peut être de la retrouver un peu... C'est donc avec des rêves plein la tête mais sans y croire vraiment qu'Alice se retrouve presque du jour au lendemain new-yorkaise. Grâce à une amie de sa mère, elle trouve un emploi provisoire dans la presse féminine, un monde qu'elle ne connaît absolument pas, tout comme son excentrique patronne Helen Gurley Brown, fraîchement nommée rédactrice en chef du Cosmopolitan. Ensemble, elles vont découvrir cet univers impitoyable et vont vite se rendre compte que la réalité est bien différente de ce qu'elles imaginaient...

 

 S'il s'agit bel et bien d'un roman, l'auteure s'est inspirée de la fascinante Helen Gurley Brown qui a révolutionné la presse féminine. Alors qu'on ne lui laissait aucune chance, celle-ci a mis tout en oeuvre pour que les choses changent et pour que les femmes ne soient plus considérées comme des ménagères dépendantes de leurs maris. Helen prônait la liberté sexuelle et l'indépendance financière. Elle était pour la libération des femmes et voulait leur offrir un magazine moderne et dynamique écrit par des femmes pour les femmes et non conçus par des hommes qui avaient une image désuète et trop sage de la femme. Ses idées ont choqué beaucoup de monde et elle s'est attirée les foudres des féministes, mais c'est un personnage qui, par sa détermination, ne peut que forcer l'admiration. Je l'ai trouvé totalement fascinante et j'ai adoré la découvrir au travers de cette histoire.

 

 En plus de cela, le contexte est très intéressant : New York dans les années 1960, le monde de la presse, les expositions d'art, les palaces et les restaurants, le monde du travail et les petits coups bas entre collègues, les célébrités et le travail des photographes, la possibilité pour quelqu'un venu d'ailleurs de repartir à zéro... J'ai beaucoup aimé ! Et puis, il y a Alice. J'ai aimé la voir s'épanouir et s'affirmer. On la découvre en jeune fille fragile et un peu perdue qui n'a pas vraiment confiance en elle et on la quitte en femme libérée et déterminée, bien décidée à réaliser ses rêves. Quel chemin parcouru ! Les seuls petits bémols que j'ai relevé concernent la vie privée d'Alice. Il y a des révélations qui devraient nous surprendre mais l'auteure nous donne tellement d'indices qu'on les voit venir à des kilomètres. C'est un peu dommage mais cela n'a pas gâché mon plaisir. L'écriture est agréable. Il y a des passages très drôles et d'autres qui sont vraiment émouvants. Je n'ai pas vu le temps passer et j'avais du mal à reposer mon livre tant j'étais absorbée.  J'ai passé un très bon moment et j'ai adoré suivre Alice et découvrir l'incroyable Helen Gurley Brown. Je serais bien restée un peu plus longtemps à New York...  Merci à Renée Rosen pour cette lecture rafraîchissante et captivante !

 

 

Voir les commentaires

2020-05-25T16:17:42+02:00

Louisiana

Publié par MyaRosa

Louisiana's Way Home - Kate DiCamillo

140 pages, éditions Didier Jeunesse, juin 2019

L'histoire :

Il y a trois choses à savoir sur Louisiana Elefante : premièrement, elle a une voix d'ange. Deuxièmement, elle adore son chat Archie, ses meilleures amies et Monsieur Chien (sans ordre d'importance). Enfin, sa grand-mère est complètement foldingue ! Persuadée d'être poursuivie par une terrible malédiction familiale, elle réveille Louisiana à trois heures du matin pour partir sur les routes. Une nouvelle lubie ? Plutôt un voyage sans retour, qui amène Lousiana à affronter les secrets de son passé.

 

Mon avis :

 

  "Voilà pourquoi j'aime tant la littérature de jeunesse !" > C'est ce que j'ai envie de crier au monde entier à chaque fois que je tourne une page de ce livre qui fait battre mon coeur plus vite. Kate DiCamillo est unique. Elle raconte les histoires comme personne. C'est déjanté, émouvant, triste et drôle à la fois et tellement bien écrit ! Une pépite que j'ai savouré avec des papillons dans le ventre et le sourire jusqu'aux oreilles. ❤

 

 Louisiana - déjà croisée dans "Little Miss Florida" - a été élevée par sa grand-mère et n'a pas connu ses parents qui étaient trapézistes professionnels. Les deux femmes s'en sortent tant bien que mal mais une nuit elles partent en voyage pour échapper à une malédiction qui pèse sur leur famille. La jeune fille n'a pas le temps de comprendre ce qui se passe que la Floride est déjà loin derrière eux. Louisiana n'a pas du tout envie de quitter ses meilleures amies et ses animaux de compagnie mais sa grand-mère lui annonce sans détour que ce voyage sera certainement sans retour...

 

 Il y a vraiment quelque chose d'unique dans les romans de Kate DiCamillo et je dirais même - car pour moi cela n'a rien de péjoratif - de spécial. Je pourrais comprendre que l'on n'aime pas même si moi j'adore car il n'y a rien de terre à terre là-dedans, c'est totalement déjanté et cela peut être un peu déroutant pour le lecteur qui ne sait pas trop où il va ni ce qu'il doit comprendre. Il y a un petit côté "Alice au pays des merveilles" qui me charme totalement. Louisiana a une personnalité étonnante et irrésistible. Elle m'a fait penser à Luna Lovegood. C'est comme si elle ne voyait pas le monde comme la plupart des gens. Autour d'elle, tout semble plus coloré, plus fou, plus vivant. Je l'ai trouvé terriblement touchante et attachante.

 

 

 On croise, au fil des pages de ce livre, une femme qui ne quitte - presque - jamais ses bigoudis, un révérend qui ressemble à un morse, une femme sans dent, une fée bleue qui fait des gâteaux, un corbeau qui rit, un garçon qui grimpe aux arbres et une maison rose cachée au fond des bois. Il est question de cirque, de malédiction, d'une tombola, de mensonges, de quête d'identité et aussi de cacahuètes et de sandwich au salami. L'histoire est terriblement triste et pourtant on sourit et on rit tout le long. C'est aussi amusant que tragique, aussi loufoque que bouleversant. On se sent privilégié de partager ce petit bout de chemin avec Louisiana, cet instant où tout a basculé et où elle a décidé de prendre sa vie en mains. On aimerait la suivre plus longtemps et savoir ce qui va lui arriver ensuite, mais j'aime cette fin qui n'en est pas une, cette porte ouverte sur tout un tas de possibilités, cet optimisme malgré tout. C'est une lecture que je n'oublierai pas. Un personnage que je garderai en mémoire longtemps. Après avoir découvert Romy et Louisiana, j'ai hâte d'en savoir plus sur Beverly.

 

 

" Que se passe-t-il ? a-t-elle grondé.

J'ai toujours un peu de mal à répondre à cette question. Je ne la trouve pas assez précise. A chaque instant, il se passe dans le monde un nombre incalculable de choses, et je ne me sens pas le courage d'en dresser la liste."

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog