Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2014-09-21T09:47:00+02:00

Le Bonheur, après tout... [extraits]

Publié par MyaRosa

thatpartwastrue.jpg

Le Bonheur, après tout... (That part was true)

de Deborah McKinlay, traduit par Jean-Noël Chatain

[Extraits]

> Mon billet sur ce roman <

 

 "Eve,

Ces derniers mois, vous avez été ma pierre de réconfort. Comme un galet ramassé sur la plage et qu'on retrouve au fond de sa poche au coeur de l'hiver : le simple fait de le frotter évoque la brise marine et apporte la paix intérieure. J'ai besoin de ça. L'un de mes livres s'intitulait Désert de sel, en raison du lac asséché où se situait l'intrigue, mais depuis quelque temps on pourrait y voir une métaphore de ma vie. Un désert de sel... On peut difficilement y faire pousser quoi que ce soit. La seule chose qui s'épanouit dans mon entourage, c'est vous. Vos lettres deviennent plus vivantes au fil des jours. Je vous souhaite beaucoup de bonheur.

Jack"

 

03.jpg

 

" Eve fit le lit avec la même précision qui était la sienne dans tout ce qu'elle entreprenait, et sa surface lissée lui procura le même plaisir qu'à la vision des conserves alignées et étiquetées dans le cellier. Elle éprouvait une satisfaction formidable, inhabituelle : le week-end pour elle toute seule ! [...] La perspective d'un week-end entier, seule dans une maison bien garnie, avec un bon feu de cheminée et un livre pour toute compagnie, l'apaisait, la protégeait des vicissitudes inopinées. [...] elle avait toujours besoin de retrouver son havre de paix. Elle descendit se préparer une deuxième théière et un toast, qu'elle beurra pendant que le thé infusait. Elle ajouta un peu de confiture de mûres de l'an dernier, puis coupa la tranche en diagonale avant de la poser sur une assiette en porcelaine, assortie à la théière, à la tasse et à la soucoupe. C'était son service préféré, orné de petits oiseaux exotiques qui folâtraient, leur luxuriant plumage rose et orange adouci par la sérénité du décor verdoyant. Elle disposa l'ensemble sur un plateau qu'elle emporta dans la bibliothèque, où elle avait déjà allumé le feu. Elle remplit ensuite sa tasse, s'installa et ouvrit son livre. [...] Elle associait toujours la lecture matinale à une sorte de plaisir coupable, mais Beth lui avait appris à s'en octroyer de temps à autre. A l'extérieur, le mauvais temps sévissait : bruine et nuages bas dans le ciel."

 

6775.jpg

 

"Parfois, je me réveille en pleine nuit et, quand ça m'arrive, j'aime bien boire du lait avec des cookies. Je ne suis pas sûr que ça se pratique dans votre coin. J'ai vu ces films britanniques à petit budget avec de bons acteurs, et personne ne se lève jamais au beau milieu de la nuit pour se préparer du lait et des cookies... Une erreur, à mon humble avis. Peut-être que c'est en rapport avec les restrictions budgétaires... ou d'autres restrictions britanniques ? Quoi qu'il en soit, je me suis levé cette nuit et Dieu sait que je n'ai pas manqué de cookies ! J'en ai fait une cargaison. Des cookies aux cacahuètes. C'était une recette de ma grand-mère. Je vous l'envoie, pas seulement parce que je vous dois une grand-mère, mais parce que je pense que cette grand-mère-là aurait apprécié vos scones à la lavande. Qu'est-ce que je raconte ? Apprécié ? Elle se serait pâmée !  Et la confiture aux pétales de rose. Elle aurait invité toutes les dames du coin et leur aurait mis le nez dedans. Une recette anglaise... A ses yeux, tout ce qui était anglais avait une classe folle. Je commence à penser qu'elle avait raison.

Jack

P. S. - Au fait, je sale toujours un peu les cacahuètes avant de les faire griller."

 

0.jpg

 

"Vous êtes une vraie merveille, Eve. [...] vos lettres [...] embellissent [...] mes journées. Et vous avez l'air heureuse. Il vous faut fêter ça ! Faites donc une fournée de ces biscuits au parmesan et dégustez-en une poignée avec votre sherry. Car si on ne reconnaît pas les bons moments, mon amie, ils passent devant vous à toute allure. Vous avez raison : il faut célèbrer le bonheur."

 

photo-2-18-.JPG

 

"Il y a la tristesse et il y a l'apitoiement, Eve. L'apitoiement, c'est ce truc plein d'amertume que vous vous concoctez toute seule. Votre fardeau, c'est votre tristesse, une tristesse oppressante dont je suis ravi d'apprendre que vous vous en débarassez petit à petit, mais l'apitoiement n'est pas votre genre. Vous m'avez rappelé de ne pas en faire ma seconde nature. "

 

01.jpg

 

"[...] je me demande sans cesse pourquoi je n'ai pas compris, avant d'avoir cinquante et un ans, quels étaient les ingrédients du bonheur. Je pense que chacun trouve sa propre recette et j'ai trouvé la mienne. J'espère qu'il en est de même pour vous."

 

photo-1-19-.JPG

En savoir plus sur ce roman : mon billet


Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

L'or rouge, l'or des chambres 22/09/2014 18:27

Les extraits me plaisent beaucoup, je les attendais avec impatience comme je l'avais dit ;0) Le deuxième surtout, j'adore, c'est tout à fait l'ambiance cocooning comme je l'aime !! Bravo aussi pour
ta nouvelle bannière, elle est super sympa !! Oh et je vois que tu lis le deuxième tome de "La maison d'hôtes", j'ai hâte de lire ton billet, il m'attend aussi sur ma PAL ;0) Bisous, et bonne
soirée

MyaRosa 23/09/2014 17:33



Alors, je suis ravie que ça te plaise ! :) C'est à toi que j'ai pensé en faisant ce billet. Moi aussi, j'aime cette ambiance et d'ailleurs, je la retrouve avec plaisir dans le roman de Debbie
Macomber que je savoure. Merci beaucoup pour la bannière. Ca me fait plaisir. :)



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog