Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2014-02-18T09:15:00+01:00

La Bête (Catherine Hermary Vieille)

Publié par MyaRosa

La Bête

Catherine Hermary Vieille

couv60677268

Catégorie(s) : Littérature francophone - Roman historique

Edition / Collection : Albin Michel

Date de parution : 29 janvier 2014

Nombre de pages : 160

Prix : 15€

 

L'histoire :

Au XVIIIe siècle, dans le petit village de La Besseyre-Sainte-Marie, en Gévaudan, on a moins peur des loups, que l'on sait traquer depuis longtemps, que du Diable. Seul le père Chastel sait le tenir à distance avec ses potions et ses amulettes. On respecte, on craint cet homme qui détient tant de «secrets». Mais lorsque la région devient la proie d'un animal aussi sanguinaire qu'insaisissable, comme vomi par l'enfer, le sorcier reste impuissant. La perte de ses pouvoirs serait-elle liée au retour de son fils Antoine, cet étrange garçon solitaire et sauvage, échappé des geôles du dey d'Alger ?

 

monavis

 

 L'histoire sombre et inquiétante de la bête du Gévaudan a fait couler beaucoup d'encre et est sujette à de nombreuses interprétations plus ou moins farfelues. Catherine Hermary Vieille nous livre sa version de l'histoire. Elle commence d'abord par planter le décor avec brio. Une terre reculée où les hivers sont rudes et où la vie n'est pas toujours facile. Des petits villages isolés dans lesquels on prie pour maintenir le diable à distance. Un endroit où les contes et les légendes sont omniprésents. On se raconte des histoires terrifiantes, le soir au coin du feu. On se rend chez le guérisseur afin d'obtenir des amulettes pour se protéger des monstres et du malin. On se barricade à la nuit tombée, craignant l'attaque des loups et des créatures terrifiantes qui hantent les bois et les tourbières. C'est dans ce contexte que va sévir la bête. Une bête effroyable dont la fureur et la cruauté vont faire trembler les villageois. Une bête que rien n'arrête et qui sème tant de cadavres sur son passage que ce fait divers va arriver aux oreilles du roi, en personne, qui va faire intervenir ses hommes afin de venir à bout de la bête. Mais aussi terrifiants soient-ils, il y a encore bien pire que les loups et que le diable dans ces terres reculées du Gévaudan...

 

 J'ai adoré la façon dont Catherine Hermary Vieille plante le décor. Toutes ces références aux mythes, aux légendes et aux contes m'ont beaucoup plu. J'aurais bien aimé rester un peu plus longtemps dans cette atmosphère pesante et inquiétante. Un huis clos dans ce petit village de Lozère ne m'aurait vraiment pas déplu, mais ce n'est pas du tout la direction prise par l'auteur. Nous suivons Antoine, le fils du guérisseur du village. C'est un jeune homme étrange et solitaire qui aspire à une vie meilleure et à plus de liberté. C'est ainsi qu'un beau matin, il prend la route pour le sud, se décidant enfin à aller voir la mer dont il rêve depuis si longtemps. Mais les choses ne vont pas du tout se passer comme il l'espérait et Antoine va revenir au village, quelques années plus tard, changé à jamais.

 

 Ne vous y trompez pas, ce n'est pas un roman à suspense. On sait rapidement de quoi il retourne. Catherine Hermary Vieille nous livre un roman très documenté entre l'histoire réelle et le mythe du Gévaudan, même si la barrière entre les deux est toujours obscure à l'heure actuelle. Il y a une part de fiction, bien sûr, mais le récit semble d'autant plus vraisemblant qu'il est ponctué de faits qui ont réellement eu lieu et les personnages portent même les noms des gens impliqués, de près ou de loin, dans cette affaire. Malgré le titre, il y a, dans ce roman, plusieurs bêtes. L'auteur nous montre également jusqu'où peut aller la folie humaine. Nous avons certainement tous en nous une part obscure et des pulsions bestiales et violentes et c'est intéressant de réfléchir à ce qui peut pousser quelqu'un à basculer de l'autre côté, à aller au bout de ces pulsions même si je reste persuadée que le personnage auquel je pense a toujours eu ce côté obscur en lui, qui n'attendait pas grand chose pour sortir. Jusqu'au bout, on espère et on attend une rédemption. Je ne vous dirais pas si elle finit par arriver ou non, mais la fin m'a semblé logique. Il n'aurait pas pu en être autrement.

 

 Malgré des passages vraiment désagréables à lire car trop crus et violents à mon goût, j'ai aimé les réflexions qu'apportent cette histoire et j'ai été séduite par l'écriture de l'auteur. Je regrette, par contre, de ne pas avoir réussi à m'attacher aux personnages principaux et surtout de ne pas avoir ressenti de compassion pour eux. C'est quelque chose qui m'a vraiment manqué et qui aurait rendu cette lecture bien plus forte. En revanche, j'ai vraiment aimé le décor peint par l'auteur ainsi que le fait que ce roman soit richement documenté et très proche de la réalité. Tellement proche qu'on se demande où se situe la frontière entre fiction et réalité et ça, ça fait froid dans le dos ! Un roman très court sur lequel il y a pourtant beaucoup à dire.

 

"Jamais il n'a eu d'amis et il n'aurait pas su quoi en faire. Se retrouver entre garçons du même âge pour rigoler, avaler des gobelets d'eau-de-vie ne procure que l'illusion de la fraternité. Manger, boire ensemble, c'est partager de la solitude. Rien de plus." (Page 48)

 

" En Gévaudan, on ne survit pas seul, on dépend des saisons, du temps, du gibier, du produit des vergers et des potagers. On vénère de vieux arbres, des rocs, on voit dans les ruisseaux de bonnes fées à la chevelure mousseuse que parent les libellules. L'hiver au coin du feu, ce n'est pas de Dieu que l'on parle mais des loups-garous, des âmes des morts qui se manifestent dans les feux follets, des bêtes sans nom qui hurlent à la lune. Les enfants écarquillent les yeux, les vieux sommeillent, le bois pétille dans l'âtre. On entend parfois l'appel lointain d'un loup, le hululement d'un chat-huant, le craquement d'une branche. On se serre épaule contre épaule.

 Jamais les Chastel ne participent aux veillées. Derrière leurs fenêtres, on aperçoit la lueur d'une chandelle qui brûle tard dans la nuit. Si par hasard une chouette se fait entendre près de chez eux, on se signe. Quelqu'un va mourir ou "naître", disent plutôt les vieux : mourir ou naître, n'est-ce pas la même chose ? " (Pages 11 & 12)

 

En quelques mots :

Un roman noir bien écrit, documenté et fort intéressant qui revient sur l'histoire de la bête du Gévaudan.


Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
B
Je viens de le chroniquer. Ce livre me fait froid dans le dos !<br /> Antoine est un personnage bouleversant que j'ai eu envie d'aider mais que j'ai détester vraiment profondément. C'est une lecture qui me dérange mais que j'ai trouvé passionnante !
Répondre
C
J'ai été marquée il y a 10 ans environ par le film La bête du Gévaudan. C'est par lui que j'ai eu connaissance de cette "légende". Très intrigant effectivement et qui a su montrer la part de<br /> dérives humaines dans cette histoire.<br /> Ce roman qui joint documentaire et fiction me paraît très intéressant aussi pour en savoir un peu plus au sujet de tout ça.
Répondre
M
<br /> <br /> Oh j'aimerais beaucoup le voir ! J'ignorais tout de cette histoire avant mon installation en Auvergne. Je m'en souviens encore. On était sur la route pour Montpellier et je vois le panneau "bête<br /> du Gévaudan". Mon homme m'a fait des yeux ronds quand je lui ai demandé ce que c'était... :D<br /> <br /> <br /> <br />
C
Je n'ai jamais entendu de cette légende du Gévaudan. Ni du Gévaudan en fait... ^^'
Répondre
M
<br /> <br /> C'est une affaire qui a eu lieu entre 1764 et 1767 et qui a fait couler beaucoup d'encre. Il y a eu plus d'une centaine de morts et on n'a jamais su le fin mot de l'histoire. Certains parlaient<br /> du plus gros loup qu'on ait jamais vu, d'autres d'un loup-garou ou d'une bête entraînée pour tuer. Il y a eu des thèses plus récentes dans lesquelles il était question d'un tueur en série...<br /> <br /> <br /> Le comté du Gévaudan correspond à l'actuelle Lozère qui n'est pas très loin de chez moi...<br /> <br /> <br /> <br />
L
Un livre qui me tente beaucoup. J'aime bien cette auteur. Récemment j'avais lu d'elle "Le siècle de Dieu", entre fiction et documentaire... ^^ Très bon !
Répondre
M
<br /> <br /> Je ne connaissais pas du tout mais je vais aller regarder ça de plus près. Merci :)<br /> <br /> <br /> <br />

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog