Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-06-17T11:39:04+02:00

Les Héritiers du fleuve (partie 1 : 1887 - 1914)

Publié par MyaRosa

Louise Tremblay d'Essiambre

542 pages, éditions Charleston, juin 2018

L'histoire :

D'une rive à l'autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses.

Nous voici au XIXe siècle, sur les rives du Saint-Laurent, là où le fleuve se mêle à la mer. Deux rives : celle du nord, aride, majestueuse, faite de falaises et de plages ; celle du sud, tout en vallons, en prés verdoyants et en terres fertiles. Des couples et leur famille : Alexandrine et Clovis, Albert et Victoire, Emma et Matthieu, ainsi que James O'Connor, Irlandais immigré, seul membre de sa famille ayant survécu à la traversée.

Ces personnages plus grands que nature, plus vrais que la rudesse de l'hiver, plus émouvants que les larmes et les sourires qui se succèdent au rythme des marées, peuplent le premier tome des Héritiers du fleuve, une saga incomparable comme seule Louise Tremblay d'Essiambre sait en créer.

 

Mon avis :

 

Pour info, cette saga compte quatre tomes et ce livre réunit les deux premiers.

 

 Emma, Alexandrine et Victoire sont nées dans le même petit village et ont grandi ensemble. Pourtant, à l'âge adulte, leurs vies vont être très différentes. Emma est partie vivre de l'autre côté du fleuve et n'est jamais revenue.  Pourtant ce n'est pas l'envie qui manque, mais les grossesses se sont enchaînées et le temps est passé très vite. Son quotidien de mère de famille nombreuse est bien remplie mais ses amis et sa famille lui manquent et elle ne sent pas tellement épanouie dans cette maison où personne ne rit. Sa vie est loin d'être ce qu'elle avait imaginé... De l'autre côté du fleuve, Alexandrine et son mari Clovis sont amoureux comme au premier jour et élèvent leurs enfants dans la joie et la bonne humeur. Mais Clovis doit souvent partir loin de la maison pour son travail et ces départs sont un peu plus difficiles à vivre chaque année. Quant à Victoire, elle s'est mariée tardivement, plus pas peur de finir seule que par véritable amour, mais elle s'en accommode même si l'absence d'enfant se fait cruellement ressentir dans la grande maison où elle vit. Alors, à défaut de pouvoir bercer un nouveau-né et pour ne plus y penser, Victoire occupe ses journées à pâtisser. Son talent est tel qu'on entend parler de ses gâteaux bien au-delà du fleuve.

 

 J'aime les histoires de famille et les grandes sagas dans lesquelles on suit des personnages durant toute leur vie, mais j'étais loin de me douter que ce roman allait autant me plaire. J'ai vécu toutes ces histoires comme si j'y étais. Je me suis profondément attachée à Alexandrine, Emma et Victoire. J'ai eu l'impression d'être leur confidente et j'ai suivi avec passion le déroulement de leurs vies, les joies et les drames, les regrets et les rêves. On voit leurs enfants grandir, leurs envies changer, leurs rêves s'évanouir ou devenir réalité. On rit et on pleure avec elles. On s'énerve et on s'attriste de l'injustice de la vie et des terribles épreuves auxquelles nos amies de lettres sont confrontées. C'est beau, parfois cruel et souvent très émouvant.

 

 J'ai beaucoup aimé les descriptions de la vie à cette époque dans ce petit coin du monde. Cela m'a rappelé, par bien des aspects, la vie de mes grands-parents. Chez eux, les portes étaient toujours ouvertes et il y avait du monde, des éclats de rire et de bonnes odeurs de cuisine. Ma grand-mère adorait être entourée de sa famille et elle n'avait besoin de rien d'autre pour être heureuse. C'était la maison du bonheur ! La vie décrite dans le livre était rude et les journées ne devaient pas être de tout repos, mais je pense que c'est une vie qui m'aurait plu. Vivre dans une ferme ou dans une grande maison pleine d'enfants avec un potager à cultiver, de longs repas de famille et des tas de petits-enfants.

 

 Il y a des personnages secondaires qui m'ont aussi beaucoup plu comme Mamie, James, Lionel, Clovis, Albert, Gilberte, Marguerite ou encore Catherine et Prudence. Je ne saurais dire combien de fois j'ai ri ou pleuré en lisant ce livre, mais plus d'une fois, c'est certain. J'ai adoré la façon dont l'auteur raconte toutes ces histoires. On sent dès les premières pages et sa petite note que Louise Tremblay d'Essiambre est une merveilleuse conteuse, une magicienne des mots. J'ai adoré ce tourbillon d'émotions, ces vies qui s'entremêlent, ces personnages qui évoluent et se rachètent parfois des fautes qu'ils ont pu commettre. J'ai aimé les dialogues, le franc parler des personnages et leurs mots d'un autre temps. C'est un roman plein d'espoir et d'humanité qui m'a beaucoup touchée et je regrette de ne pas avoir les deux tomes suivants sous la main car j'ai très envie de savoir ce qui va arriver ensuite à ces familles. Vivement cet automne !

 

Coup de coeur !

 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Lady K 20/06/2018 14:05

Je ne connaissais pas du tout, mais tu me donnes très envie de découvrir l'auteure et surtout cette saga ! :) Cela semble être pile ce que j'aime lire en ce moment :O

MyaRosa 21/06/2018 11:32

Je ne pensais vraiment pas être emballée à ce point et pourtant... J'ai tellement aimé ! Une lecture pleine d'émotions qui m'a donné envie de découvrir tous les livres de l'auteure. J'attends la suite avec impatience ! Si tu te laisses tenter, j'espère que ça te plaira. On est vraiment transporté à une autre époque dans ces petits villages...

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog